KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Kickoff
  • Masterclass


Opération du tendon d’Achille en MLS (Major League Soccer) : RTS élevé mais durée de carrière diminué



INTRODUCTION

La rupture  du tendon d'Achille  est  une  blessure trés  courante sur les membres  inférieurs dans les sports avec ou sans contact. Elle est  le résultat de  plusieurs  facteurs , intrinsèques tels que les  microtraumatismes répétés, l’hypovascularité, le s changements dégénératifs ou  extrinsèques , tels que traumatismes directs avec accélération ou décélération  rapides. Les athlètes de haut niveau né cessitent des changements de direction explosifs et  une charge extrême  sur le tendon d’Achille, ils  augmentent le risque de subir des  lésions  du tendon d’Achille nécessitant une intervention chirurgicale. Cette  tendance se maintient dans la Major League So ccer (MLS), où  il y a  un taux plus  élevé de  lésion du tendon d'Achille que les sports sans contact. Des preuves  récentes suggèrent que le football est le sport provoquant le plus de  rupture du  tendon d'Achille en Europe et  au Canada.  De nombreux athlètes o ptent pour une  opération chirurgicale  suite à  cette blessure afin de réduire le taux de  récidive , de  maintenir la force, de réduire le temps de récupération et de diminuer le nombre  de matchs manqués. Cependant, des études récentes ont montré que la gestio n  aprés opération du tendon d'Achille chez les joueurs de la Ligue nationale de  football (NFL) , avait un effet négatif sur les performances postopératoires, le  retour au sport (RTS) et la durée de la carrière. Étant donné les revenus et la popularité crois sants de la MLS, il est important de  comprendre les résultats chirurgicaux de cette population. Le but de cette étude était de déterminer (1) le taux de RTS chez les joueurs MLS  après réparation du tendon d’Achille, (2) la durée d e carrière postopératoire  et le  nombre match par saison, (3) les performances préopératoires et postopératoires  et (4) les performances postopératoires p ar rapport à des  joueurs témoins,  par  position, âge, indice de masse corporelle (IMC), sexe, années d'expérience et  performances. Les auteurs ont émis l’hypothèse que les joueurs MLS ayant subi une  opération du  tendon d’Achille auraient (1) un taux de RTS inférieur à 80%, (2) une diminution  significative de la durée de la carrière posto pératoire et du nombre de match joués  les année s suivantes par rapport aux témoins, (3)  une  diminution de la  performance  entre  postopératoire  et préopératoire, (4) une diminution de  la  performance postopératoire par rapport aux témoins.

METHODE :

Les joueurs de  MLS ayant subi une  rupture du tendon d'Achille et subissant une  opération chirurgicale o n t été inclus dans l'évaluation,  d'avril 1996 (saison  inaugurale de la MLS) à octobre 2016 (figure 1). Le  RTS a été défini comme jouant  da ns n’importe quel match de MLS après  l'opération. Les cr itères d'inclusion  comprenaient tous les athlètes de la MLS inscrits sur une liste active avant la  lésion. Plusieurs variables ont été extraites, notamment l’âge, l’IMC , le sexe, la  position, la date  de la blessure, la date de la chirurgie et l’expérience  professionnelle antérieure. Chaque athlète a été classé en fonction de  son poste .  Les statistiques de performance ont été collectées pour chaque athlète identifié avant et après la  lésion pour tous les matchs de la saison.  Un groupe  contrôle a été  sélectio nné  pour  comparer les données  en fonction de l’âge, de la position, de  l’IMC, du sexe,  et  des performance des joueurs avant l’intervention chirurgicale et  des années d’expérience. Une date  “ index ” a été attribuée à chaque  témoin ,  elle correspond à la date  de la  chirurgie du joueur  du groupe étudié pour comparer les performances  postopératoires avec les performances postindex. Par exemple, si un joueur subit  une  opération du tendon d’Achille après 3 ans de carrière, la date index du joueur  témoin est 3 ans. Les statistiques des joueurs pour les cas préopératoires et postopératoires et les  joueurs témoins préindex et postindex ont été collectées et agrégées. Pour tenir compte de la différence du nombre de  ma tch joué par saison, chaque  catégorie statistique a é té divisée par  match joué . Tous les joueurs ont été inclus dans l'analyse RTS, les matchs par saison et  l'analyse de la durée de carrière. Une courbe de survie de Kaplan - Meier avec  «retraite» comme critère de jugement a été construite après l'opération pou r les  cas et après l'index pour les  témoins . Des comparaisons entre les groupes de c as et de  témoins et les moments  préopératoires et postopératoires ont été effectuées à l’aide des échantillons de  Student t test  en utilisant p <0,05 pour la signification. Le test Shapiro - Wilk a été  réalisé pour vérifier la normalité de tous les ensembles de données.
Opération du tendon d’Achille en MLS (Major League Soccer) : RTS élevé mais durée de carrière diminué

RESULTATS :

22 joueurs et 23 opérations de tendon d’Achille ont été analysés (tableau1). L'âge  moyen à la chirurgie était de 28,4 ans et l'expérience  moyenne de la MLS lo rs de la  chirurgie était de 3,8  ans. 13 joueurs avaient une  rupture du tendon d'Achille  gauche isolée (59,1%) et cinq du tendon d roit isolée (22,7%). Un joueur  a eu une  opération bilatérale et a été compté comme un événement isolé. La p lupart des  blessures ont eu lieu durant la saison (22/23; 95,6%) et  lors les matchs (19/23;  82,6%). 17 joueurs (77,3%)  ont été capables d’effectuer un RTS  en  MLS avec une  moyenne de 306,6 ± 199,2 jours  ( tableau 1).
Opération du tendon d’Achille en MLS (Major League Soccer) : RTS élevé mais durée de carrière diminué

Aucun joueur n'a été capable de RTS pendant la même saison que son opération. Tous les joueurs ayant pu participer à la RTS pouvaient jouer au moins une saison après la chirurgie. Ainsi, le taux global à un an des joueurs subissant une opération du tendon d’Achille était de 77,3%, suivi de 50,0% et 22,7% à 2 et 3 ans (figure 2).
Opération du tendon d’Achille en MLS (Major League Soccer) : RTS élevé mais durée de carrière diminué

Les défenseurs appartenant a u groupe témoin étaient  en MLS plus longtemps  après l'index que les défenseurs ayant subi une  opération du tendo n d'Achille  après la chirurgie . Les défenseurs du groupe témoin ont p articipé à plus de matchs  par saison post - index (21,9 matchs par saison) que les défenseurs opérés  (11,1  matchs par saison ) après la chirurgie. Il n’y a pas de différence significative en  termes de durée de carrière, de performances ou de matchs par saison entre les  cas et les  témoins pour les attaquants, les milieux de  terrain et les gardiens de but.  Globalement, les joueurs du groupe témoin  post - index  étaient  en MLS plus  long temps (4,5 saisons) que les joueurs  opéré du tendon d'Achille (2,5 saisons ). Les joueurs du groupe témoin ont joué dans plus de matchs par saison postindex  (23,2 par saison) que les joueurs  cas (13,4 matchs par saison) après la chirurgie.  Et ils  ont commis plus de fautes par saison (21,2 ) que les joueurs  cas (12,3 ). 15 équipes MLS (68,2%) ont subi au moins une opération du tendon d'Achille. La  position la plus  à risque de subir une réparation du tendon d’Achille était la défense avec 11 cas (50,0%) . Il n'y avait pas de différence en terme de  démographie et de performance entre les cas et les témoins préopératoire et  préindex. Il n'y avait pas de différence de la performance entre le groupe  témoin préindex et postindex ainsi qu'entre les cas de pré - chirurgie et de post - chirurgie  (tableau 4). Il n'y avait pas non plus de différence  d e minutes par match, buts par  saison, tirs par saison, tirs au but par saison , cartons jaunes,  rouges par saison  entre les cas postopératoires et les  temoins postindex.
Opération du tendon d’Achille en MLS (Major League Soccer) : RTS élevé mais durée de carrière diminué

DISCUSSION

Les deux premières hypothèses ont été confirmées : Un taux de RTS de 77 ,3%  après  chirurgie, une  diminution de la  d urée de carrière postopératoire  et un  nombre de matchs joués par sais on significativement plus faible, chez les sujets  opérés par rapport aux témoins. Cependant, les autres hypothèses  n’ ont été  que  partiellement c o nfirmées , en effet , il n'y avait pas de différences significatives d es  performances postopératoires par rapport  à celles du groupe témoin  postopératoire, à l'exception d ’ un nombre plus élevé de fautes commises par  saison dans le groupe témoin. Une étude antérieure avait été réalisée sur des joueurs de football professionnels  ayant subi une blessure au pied et à la cheville, dont  5 ruptures du tendon d'Achille  avec intervention chirurgicale. Cette étude antérieure a démontré un RTS de 100%  chez  les 5 joueurs  avec un RTS moyen de 180,0 ± 36,7 jours. Le RTS de cette étude  est plus élevée et plus rapide que les résultat s de la présente étude, avec un RTS de  77,3% à une moyenne de 306,6 ± 199,2 jours sur 22 joueurs de la MLS. Le RTS  supérieure est probabl ement du à la combinaison d'un échantillon plus petit et de  leur définition du RTS en tant que «retour sur terrain», qu'il s'agisse d'une  pratique ou d'un jeu, par opposition au document actuel définit RTS comme jouant  dans un match de  la  saison  de  MLS  après  une blessure. 
En utilisant  un groupe  témoin correspondant aux position s , à l'âge, à l'IMC, au sexe,  aux années d'expérience et aux performances, l'étude en cours a permis  d'améliorer la comparaison des données de performances entre les joueurs cas et  t émoins situés au même moment de leur carrière. En comparant simplement un  joueur avec lui - même, des améliorations rapides (ou des régressions) des  performances qui pourraient prévaloir parmi des joueurs similaires de la ligue  pourraient autrement ne pas être prises en compte.
De plus, la même pathologie peut être présente du côté controlatéral, semblable à  celle du côté chirurgical. Des études récentes ont démontré un taux de rupture du  tendon d’Achille controlatéral aussi élevé que 6,4%.
Malgré un RTS de 7 7,3%, il y a un grand nombre de joueurs qui prendront leur  retraite au cours des prochaines saisons après la chirurgie. À la 3e année  post chirurgie, seuls 22,7% des joueurs demeuraient  en MLS contre 64,7% des témoins  après l’index,  et seulement 9,1% des d éfenseurs restants  en MLS à 3 ans, contre  55,6% des témoins après l’index. De plus, les joueurs du groupe témoin  ont  étaient  plus long temp s  en  MLS (4,5 saisons) et ont joué dans plus de  matchs (23,5 parties) postindex que les joueurs ayant subi une  opérat ion du tendon d'Achille (2,5  saisons; 13,4 parties). Le faible taux de RTS peut être  dû à d'autres blessures, car il  a été démontré que de légères modifications de la biomécanique de la marche  après  une chirurgie augmentent le taux de blessures,  comme les blessure s au  genou ou une tendinopa thie d'Achille controlatéral voir même une  rupture. Le  nombre le plus élevé d’opération  du tendon d’Achille a été observé chez les  défenseurs avec 11  opérations (50%).  Plusieurs études ont démontré que les blessures au t endon d'Achille sont associées  à un IMC élevé . Une étude de la NFL réalisée par Jack et ses collaborateurs a révélé  que et les joueurs offensifs, qui ont un IMC plus  haut parmi les joueurs de la NFL,  ont eu la plus grande incidence de chirurgies du tendon  d’Achille. Fait intéressant, les défenseurs aya nt subi le plus grand nombre d’opérations  du  tendon d’Achille dans cette étude présentaient un IMC inférieur par rapport aux  non - défenseurs.  Une étude de Boden et al a montré que le mécanisme le plus courant  de fractures  du tibia et du péroné chez les joueurs de football était dû à un contact agressif lors  d u tacle glisé.  Il est possible que les défenseurs courent un risque accru de  blessures aux membres inférieurs en raison de leur position nécessitant des  ca dences de jeu plus importantes, ce qui entraîne une décélération soudaine par  rapport aux autres positions. Ces facteurs de jeu chez les défenseurs peuvent  également nécessiter une période de récupération plus longue, les 387,8  jours  avant le RTS é tant la  plus longue des poste s de l’étude.
De plus, les défenseurs du  groupe de contrôle étaient dans la MLS  depuis plus long temp s (3,3 saisons) et  jouaient significativement plus de  matchs par saison (21,9 parties) après index que  les défenseurs ayant subi une ré paration du tendon d’Achille (1,8 saisons; 11,1  parties). L es études antérieures n’avaient pas non plus commenté les  différences de  performances et de  RTS entre les  postes suivant la réparation du tendon d’Achille.  Il n'y avait pas de différences significatives dans la performance entre les cas et les  contrôles pré - chirurgie et pré - index entre les quatre poste s. Il n'y avait pas de différences significatives en termes de p erformance, de durée de  carrière ou de matchs par saison entre les cas et les groupes témoins entre les  attaquants, les milieux de terrain et les gardiens de but. Ces résultats indiquent que  la réparation du tendon d’Achille n’a pas eu d’influence notable  sur le  développement et les performances de ces joueurs. Cependant, le nombre de  fautes commises par saison était plus élevé parmi les contrôles postindex que dans  les cas postopératoires, ce qui pourrait indiquer que les joueurs postopératoires  pourraient ne pas jouer aussi agressivement que les joueurs préopératoires ou  n'ayant pas été blessés. Un nombre significativement plus élevé  d’opérations du tendon d'Achille sont  survenus  du coté gauche . Les  droitiers ont probablement une tendance accrue à  déchirer le tendon d’Achille gauche. Dans l’étude, Erickson et ses collaborateurs  ont présenté une hypothèse et une répartition des blessures similaires, révélant un  nombre significativement plus important de  lésion du ligament croisé antérieur du  genou gauche par rapport au genou droit chez les joueurs de la MLS en raison de la  charge et du couple exercés sur le genou gauche lors des coups de pied. La majorité  des joueurs de la MLS participant à la présente étude ont subi des déchirures du  tendon d’Achil le et ont  subi une opération  du tendon d’Achille au cours de la aison (95,6%), la plupart des blessures et des chirurgies ayant eu lieu hors saison  ou au cours des trois premiers mois de saison. Ceci est similaire à une étude de Jack et al. Dans laquelle 64% des joueurs de la NFL  ont subi une opération du tendon d'Achille lors des camps  d'entraînement en  basse saison.  D'autres études ont également corroboré ce résultat, car beaucoup  plus de blessu res étaient survenues au cours des premières semaines du camp  d'entraînement, leur gravité diminuant au fur et à mesure de l'avancement du camp d'entraînement.  En outre, une étude de Askling et al. ont constaté qu'un  programme préparatoire améliorait la fo nction et réduisait le taux de blessures  chez les joueurs de football professionnels, indiquant que l'ajout de l'entraînement  en force et de la condition physique en pré - saison pourrait être bénéfique pour les  athlètes professionnels

CONCLUSION :

L’étude  m ontre un taux  de  RTS de 77,3% après opération du tendon d’Achille en  MLS . Après cette intervention, la durée de carrière des joueurs était significativement  plus courte avec un nombre de matchs joués moins important par rapport au  groupe témoin. Cependant , on ne remarque pas de diminution des performances entre la période  pré et post - opératoire et celle post - opératoire et post - index

Article original
Kyle R Sochacki, Robert A Jack II, Takashi Hirase, Patrick C McCulloch, David M Lintner, Kevin E Varner, Pedro E Cosculluela, Joshua D Harris. There is a high return to sport rate but with reduced career lengths after Achilles tendon repair in Major League Soccer players. Journal of ISAKOS.
 
 
Références
1 Garrick JG, Requa RK. The epidemiology of foot and ankle injuries in sports. Clin
Sports Med 1988;7:29–36.
2 Kujala UM, Sarna S, Kaprio J. Cumulative incidence of achilles tendon rupture and
tendinopathy in male former elite athletes. Clin J Sport Med 2005;15:133–5.
3 Leppilahti J, Puranen J, Orava S. Incidence of Achilles tendon rupture. Acta Orthop Scand 1996;67:277–9.
4 Maffulli N, Waterston SW, Squair J, et al. Changing incidence of Achilles tendon
rupture in Scotland: a 15-year study. Clin J Sport Med 1999;9:157–60.
5 Nyyssönen T, Lüthje P, Kröger H. The increasing incidence and difference in sex
distribution of Achilles tendon rupture in Finland in 1987-1999. Scand J Surg
2008;97:272–5.
6 Raikin SM, Garras DN, Krapchev PV. Achilles tendon injuries in a United States
population. Foot Ankle Int 2013;34:475–80.
7 Suchak AA, Bostick G, Reid D, et al. The incidence of Achilles tendon ruptures in Edmonton, Canada. Foot Ankle Int 2005;26:932–6.
8 Houshian S, Tscherning T, Riegels-Nielsen P. The epidemiology of Achilles tendon
rupture in a Danish county. Injury 1998;29:651–4.
9 Cetti R, Christensen SE, Ejsted R, et al. Operative versus nonoperative treatment of Achilles tendon rupture. A prospective randomized study and review of the literature. Am J Sports Med 1993;21:791–9.
10 Jack RA, Sochacki KR, Gardner SS, et al. Performance and return to sport after achilles tendon repair in national football league players. Foot Ankle Int 2017;38:1092–9.
11 Amin NH, Old AB, Tabb LP, et al. Performance outcomes after repair of complete
achilles tendon ruptures in national basketball association players. Am J Sports Med 2013;41:1864–8.
12 Erickson BJ, Gupta AK, Harris JD, et al. Rate of return to pitching and performance after tommy john surgery in major league baseball pitchers. Am J Sports Med 2014;42:536–43.
13 Erickson BJ, Harris JD, Cvetanovich GL, et al. PErformance and return to sport after anterior cruciate ligament reconstruction in male major league soccer players. Orthop J Sports Med 2013;1:232596711349718.
14 Jack RA, Evans DC, Echo A, et al. Performance and return to sport after sports hernia surgery in NFL players. Orthop J Sports Med 2017;5:232596711769959.
15 Sochacki KR, Jack RA, Hirase T, et al. Performance and return to sport after forearm fracture open reduction and internal fixation in national football league players. Hand 2018;13:682–8.
16 Sochacki KR, Jack RA, Nauert R, et al. Performance and return to sport after
thumb ulnar collateral ligament surgery in national football league players. Hand
2018;1:155894471876000.
17 Oztekin HH, Boya H, Ozcan O, et al. Foot and ankle injuries and time lost from play in professional soccer players. Foot 2009;19:22–8.
18 Gwynne-Jones DP, Sims M, Handcock D. Epidemiology and outcomes of acute Achilles tendon rupture with operative or nonoperative treatment using an identical functional bracing protocol. Foot Ankle Int 2011;32:337–43.
19 Arøen A, Helgø D, Granlund OG, et al. Contralateral tendon rupture risk is increased in individuals with a previous Achilles tendon rupture. Scand J Med Sci Sports 2004;14:30–3.
20 Kvist M. Achilles tendon injuries in athletes. Sports Med 1994;18:173–201.
21 Kaufman KR, Brodine SK, Shaffer RA, et al. The effect of foot structure and range of motion on musculoskeletal overuse injuries. Am J Sports Med 1999;27:585–93.
22 Nigg BM. The role of impact forces and foot pronation: a new paradigm. Clin J Sport Med 2001;11:2–9.
23 Holmes GB, Lin J. Etiologic factors associated with symptomatic achilles tendinopathy. Foot Ankle Int 2006;27:952–9.
24 Scott RT, Hyer CF, Granata A. The correlation of achilles tendinopathy and body mass index. Foot Ankle Spec 2013;6:283–5.
25 Boden BP, Lohnes JH, Nunley JA, et al. Tibia and fibula fractures in soccer players. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 1999;7:262–6.
26 Askling C, Karlsson J, Thorstensson A. Hamstring injury occurrence in elite soccer players after preseason strength training with eccentric overload. Scand J Med Sci Sports 2003;13:244–50.
27 Brooks JH, Fuller CW, Kemp SP, et al. Epidemiology of injuries in English professional rugby union: part 2 training Injuries. Br J Sports Med 2005;39:767–75.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter