KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


POTENTIALISATION POST-ACTIVATION




Introduction :
La potentialisation post-activation (PAP) a été définie comme le phénomène par lequel les caractéristiques de performance musculaire sont considérablement améliorées du fait de leur passé contractile. 
La fatigue neuromusculaire, est l'effet le plus évident de l'événement contractile. Contrairement à la fatigue, qui nuit à la production de force, il existe des preuves que les antécédents contractiles peuvent faciliter la production volontaire de force, ce phénomène est connu sous le nom de potentialisation post-activation. La force qu'un muscle est capable de produire après une activité contractile antérieure est le résultat de l'équilibre net entre fatigue et potentialisation. 

Présentation théorique :
La PAP peut être atteinte lorsqu'une activité basée sur la force, telle qu'un exercice de résistance avec une charge égale ou supérieure à 85% de la 1RM, est effectuée avant un exercice basé sur la puissance ou la vitesse. 
Un exercice orienté vers la puissance ou la vitesse est un exercice dans lequel l’accélération se produit sur toute la plage de mouvement, ce qui se traduit par une vitesse de déplacement et une puissance de sortie plus élevées. La vision traditionnelle consiste à sélectionner des exercices similaires sur le plan biomécanique (par exemple : squat et détente verticale). 
Toutefois, il convient de noter que la vérification des contractions est également un substitut indirect de l'effet de la phosphorylation de l'actine-myosine sur la production de force musculaire, générant également une augmentation du nombre de ponts croisés formé et par conséquent une augmentation temporaire du taux de développement de la force. 
En ce qui concerne le PAP, la littérature existante attribue classiquement ce phénomène à des événements physiologiques localisés dans le muscle, tels que la phosphorylation des chaînes de myosine. Cependant, la PAP semble également se produire au niveau central, par le biais d’une efficacité synaptique accrue. 

Effet escompté :
D’un point de vue pratique, la physiologie qui sous-tend cette technique permettrait de tirer avantages de l’état de potentialisation du muscle afin d’accroitre la performance fonctionnelle suivant un exercice de force. 

Retours scientifiques : 

-Effect of postactivation potentiation on explosive vertical jump: a systematic review and meta-analysis 
Les résultats de la présente étude indiquent que la PAP induite par des charges lourdes (80% 1RM) n'améliorait pas la puissance explosive lorsque mesurée en tant que performance de saut vertical. Cependant, il y avait une hétérogénéité significative parmi les résultats. Les données extraites pour cette analyse indiquent que des intervalles de repos inférieurs à 3 minutes peuvent nuire aux performances. Inversement, prévoir un intervalle de repos entre 3 et 7 minutes a permis une amélioration faible mais statistiquement significative des performances de saut vertical. 
Sur ces 11 études rapportant des effets négatifs, 9 (82%) ont comporté des périodes de repos hors de l’interval de 3 à 7 minutes. Sur les 5 effets positifs, 4 (80%) ont été réalisés à des intervalles de repos compris entre 3 et 7 minutes. 
Les principales conclusions de cette méta-analyse étaient que la performance de saut vertical était principalement influencée par la longueur de l'intervalle de repos. Ces résultats suggèrent que les praticiens devraient envisager d'utiliser 3 à 7 minutes de repos avant la performance lors de l'utilisation de charges de 80% 1RM. 
 
-Factors Modulating Post-Activation Potentiation of Jump, Sprint, Throw, and Upper-Body Ballistic Performances: A Systematic Review with Meta-Analysis 
L’objectif de cette méta-analyse était de déterminer les effets de la PAP sur (1) la performance au saut, sprint, lancer et mouvements balistiques du haut du corps ; (2) l'influence de différents types d’activité de conditionnement (AC); et (3) comment les individus de différents niveaux de force répondent à ces divers composants du complexe force-puissance-potentialisation. 
Des effets faibles ont été constaté pour le saut, le lancer et la performance balistique du haut du corps, ainsi qu'un effet modéré pour les activités de sprint. 
Le niveau de potentialisation dépend du niveau de force et d’expérience de l’entraînement en résistance, du type d’AC, de la période de repos entre l’AC et la performance ultérieure, du nombre de séries et du type de charge utilisé pendant l’AC. 
Enfin, certaines composantes du complexe force – puissance – potentialisation modulent la réponse à la PAP des individus les plus faibles et les plus forts d'une manière différente. 
 
-Effects of Postactivation Potentiation on Linear and Change-of-Direction Speed: Analysis of the Current Literature and Applications for the Strength and Conditioning Coach 
Les recherches suggèrent que la performance au sprint linéaire peut être potentialisée par une AC telle qu'un squat ou un exercice plyométrique. Certaines études préliminaires sur les vitesses de changement de direction (COD) semblent prometteuses, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires avant que des conclusions définitives et des applications pratiques puissent être fournies. De plus, la recherche en cours a fourni quelques suggestions à prendre en compte pour les programmes qui tentent d’utiliser la réponse PAP. 
S'assurer que la personne a des antécédents d'entraînement appropriés, notamment en ce qui concerne l'entraînement en force, pour tirer pleinement parti du PAP après une AC de résistance. 
Le nombre de séries et de répétitions peuvent suivre les directives traditionnelles en matière de développement de la force, de la puissance et de la vitesse, qui sont 3 à 6 séries de 5 à 6 répétitions pour chaque paire d'exercices. 
Le squat peut être utilisé pour potentialiser les performances en sprint, avec des charges de 60 à 90% de 1RM qui se sont révélés efficaces pour améliorer la vitesse linéaire sur diverses distances, une charge de 90% de 1RM pourrait être utilisée pour potentialiser la vitesse de la COD. Les individus plus forts devraient être capables de tolérer une charge plus lourde au squat, ce qui pourrait présenter des avantages plus importants. 
Gérer de manière correct les périodes de repos. 

Conclusion : 
La PAP semble être une méthode intéressante afin de promouvoir la performance lors d’exercices fonctionnel mais doit être appliqué de manière individualisée en tenant compte des antécédents de l’athlète, des impératifs biomécaniques en lien avec le geste sportif et une bonne gestion de l’équilibre fatigue-potentialisation. 

Références : 
Dobbs, W. C., Tolusso, D. V., Fedewa, M. V., & Esco, M. R. (2018). Effect of Postactivation Potentiation on Explosive Vertical Jump: A Systematic Review and Meta-Analysis. Journal of strength and conditioning research. 
Seitz, L. B., & Haff, G. G. (2016). Factors modulating post-activation potentiation of jump, sprint, throw, and upper-body ballistic performances: A systematic review with meta-analysis. Sports Medicine, 46(2), 231-240. 
Lockie, R. G., Lazar, A., Davis, D. L., & Moreno, M. R. (2018). Effects of postactivation potentiation on linear and change-of-direction speed: analysis of the current literature and applications for the strength and conditioning coach. Strength & Conditioning Journal, 40(1), 75-91. 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter