KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


PREMIER TEST SPÉCIFIQUE DU LIGAMENT SPRING DE LA CHEVILLE : LE NEUTRAL HEEL LATERAL PUSH TEST



infographie à télécharger ci-dessous
heelfinal.png heelfinal.png  (3.56 Mo)

Introduction : 

Le Spring Ligament (ligament calcanéo-naviculaire) est un complexe multiligamentaire complexe et substantiel comprenant 3 faisceaux principaux : ligaments calcanéo-naviculaire inféroplantaire, médioplantaire et supéromédial. Sa fonction première est de stabiliser l'arche longitudinale médiale du pied et la tête du talus. (1,2) 

Une lésion du Spring Ligament (SL) isolée est suspectée lorsqu’une douleur médiale persistante du médio-pied est associée à un pied plat valgus aigu suite à un traumatisme, typiquement en réception de saut pied à plat. (3,4) 

De plus, une déficience du SL est souvent présente mais non spécifiquement testée lors d’une dysfonction du tendon du tibial postérieur (TP), résultant en un pied plat valgus acquis chez l’adulte. (1) 

À ce jour, il n’existe aucun test spécifique permettant d’évaluer l’intégrité du SL et la fiabilité de l’IRM et de l’échographie dans l’évaluation du SL n’est ni prouvée ni souvent recherchée.

Une étude basée sur des cadavres a donc été entreprise pour évaluer l’utilisation du Neutral Heel Lateral Push Test pour l’évaluation du SL.

Méthode : 

Nous avons entrepris une étude en laboratoire sur 21 échantillons de cadavres congelés selon une méthode normalisée et reproductible.

Lors de cet examen, l'articulation tibiotarsienne doit être maintenue en flexion neutre ou à moins de 20 degrés de flexion dorsale. Le talon est maintenu en position neutre, le deuxième orteil aligné sur la crête tibiale. 

Dans le but de cette étude l'articulation tibio-tarsienne a été fixée en flexion neutre en utilisant des fils croisés de Kirschner (voir figures 1 et 2).
PREMIER TEST SPÉCIFIQUE DU LIGAMENT SPRING DE LA CHEVILLE :  LE NEUTRAL HEEL LATERAL PUSH TEST

À ce stade, on suppose que tout mouvement latéral du médio-pied en appliquant une force latérale au niveau médial du médio-pied est dû à une défaillance du spring ligament et non aux tendons longs.

Procédure

La translation a été mesurée de la position neutre de repos vers le déplacement maximal avec une force médiale appliquée au niveau de l'articulation métatarsophalangienne du gros orteil contrôlée avec un algomètre à calibrage numérique (Tekscan). La force a été appliquée par incrémentation de 5 Newtons (N) jusqu'à 25 N pour s’assurer que la translation maximale ait été atteinte. Une force de 25 N représente un poids de 2,5 kg.

Les mesures ont été effectuées avec les scénarios de dissections séquentielles suivantes :

1. Tous les ligaments et tendons de soutien sont intacts.
2. Idem 1 +  tibialis postérieur (TP) sectionné.
3. Idem 2+ flexor digitorum longus (FDL) et TP sectionnés  
4. Idem 3 + spring ligament complex (SL), FDL et TP sectionnés. 

Ceci a ensuite été fait en sens inverse avec:
1. Tous les ligaments et tendons de soutien intacts.
2. Idem 1 + SL complex sectionnés.
3. Idem 2 + SL et FDL sectionnés.
4. Idem 3 + TP sectionné.

Résultats

Pour chacun des 21 spécimens le degré de translation a légèrement augmenté pour chaque structure médiale sectionnée et à chaque augmentation de force appliquée (Graph 1)

La translation a été beaucoup plus importante chez tous les spécimens lors de l'incision du SL, comme le montre le graphique 2b.

Lorsque l’on compare les 2 groupes dont l'ordre de dissection était différent, le niveau de translation ne différait pas quel que soit l'ordre dans lequel la SL était sectionné (test T, p = 0,88, graphiques 2 et 3), confirmant ainsi l'importance de la SL en tant que principale structure de support (Tableau 1).


Nous avons également comparé la distance de déplacement à 25 N, révélant des résultats similaires. 

Ceci démontre que la translation du pied ne différait pas lorsque le SL était sectionné indépendamment de la présence ou non des autres tendons. En d’autres termes, le SL est le ligament le plus important de la translation latérale et donc du pied plat valgus.
PREMIER TEST SPÉCIFIQUE DU LIGAMENT SPRING DE LA CHEVILLE :  LE NEUTRAL HEEL LATERAL PUSH TEST

Discussion

Le Neutral Heel Lateral Push Test est le premier test d'examen clinique à être décrit pour déterminer l'intégrité du SL complexe. Nous avons démontré que cela pouvait être facilement réalisé en clinique en maintenant le calcanéum en dorsiflexion neutre avec une main et en appliquant une force médiale sur au niveau du milieu / de l'extrémité du premier rayon avec la paume de l'autre main (voir les figures ci-dessous).
PREMIER TEST SPÉCIFIQUE DU LIGAMENT SPRING DE LA CHEVILLE :  LE NEUTRAL HEEL LATERAL PUSH TEST

Le Neutral Heel Lateral Push Test nous permet, de manière claire et indépendante, d’évaluer l’intégrité du SL de manière isolée. Avec une force faible, une translation supérieure à 1 cm n’est attribuable qu'à la perte de l'intégrité du SL. Sans SL, une translation de 15 à 20 mm a été obtenue avec une pression ferme.

Nous pensons que la rupture du SL est une condition fondamentale pour que le pied parte en valgus pied plat. Nous pensons ainsi que le stade 2 de la classification de Johnson et Stroms ne peut pas se produire sans atteinte  et / ou rupture du SL et doit être une condition préalable pour que cela se produise.

Nous proposons de réorganiser la classification originale de Johnson and Stroms de 1989 en mettant davantage l'accent sur le SL, qui reconnait 3 stades fondamentaux [11] :

Nouvelle classification (stade  0–3) :

• Stade 0 : rupture du spring ligament / laxité / mais pas de tendinopathie ou de valgus pied plat.
• Stade 1: rupture du spring ligament + tendinopathie mais longueur normale du tendon et aucune déformation.
• Stade 2: rupture du spring ligament + allongement du tendon et déformation réversible en valgus pied plat. 
• Stade 3: rupture du spring ligament + allongement du tendon et déformation fixe en valgus pied plat.

Conclusion

 La méthode proposée pour examiner l’intégrité du SL aide à guider les cliniciens vers une meilleure manière d’évaluer cette structure, avant d’engager des investigations supplémentaires et d’instaurer un traitement plus précoce avant que le tendon du TP ne devienne pathologique. Cela aiderait également à focaliser l'intervention chirurgicale sur l'amélioration de l'intégrité du SL. Il peut également être utilisé dans le cadre d'un programme de dépistage afin de permettre un traitement plus précoce avant le développement d'une pathologie de stade 2, beaucoup plus difficile à traiter.



Article original : Chandra Pasapula, Adam Devany, Ahmed Magan, A. Memarzadeh, V. Pasters, S. Shariff. Neutral heel lateral push test: The first clinical examination of spring ligament integrity. The Foot 25 (2015) 69–74 http://dx.doi.org/10.1016/j.foot.2015.02.003 



Références : 

[1] Borton D, Saxby T. A case report: tear of the plantar calcaneonavicular (spring) ligament causing flatfoot. J Bone Joint Surg Br 1997;79-B:641–3. 
[2] Mengiardi B, Zanetti M, Schottle P, Vienne P, Bode B, Hodler J, et al. Spring ligament complex: MR imaging-anatomic correlation and findings in asymp- tomatic subjects. Radiology 2005;237(October (1)):242–9. 
[3] Orr J, Nunley J. Isolated spring ligament failure as a cause of adult-acquired flatfoot deformity. Foot Ankle Int 2013;34(June (6)):818–23. 
[4] ChanJ,EllisS.ReconstructionofthestageIIAadult-acquiredflatfootdeformity. Tech Foot Ankle Surg 2014;13(March (1)):14–22. 
[5] Goldner JL, Keats PK, Bassett III FH, Clippinger FW. Progressive talipes equino- valgus due to trauma or degeneration of the posterior tibial tendon and medial plantar ligaments. Orthop Clin North Am 1974;5:39–51. 
[6] Kohls-Gatzoulis J, Angel J, Singh D, Haddad F, Livingstone J, Berry G. Tibialis posterior dysfunction: a common and treatable cause of adult acquired flatfoot. BMJ 2004;329(December):1328. 
[7] Subhas N, Sundaram M. Diagnosis isolated spring ligament tear demonstrated on magnetic resonance imaging. Orthopedics 2007;30(January (1)):70–2, 1. 
[8] Williams G, Widnall J, Evans P, Platt S. Could failure of the spring ligament complex be the driving force behind the development of the adult flatfoot deformity? J Foot Ankle Surg 2014;53(March (2)):152–5. 
[9] Deland J, Arnoczky S, Thompson F. Adult acquired flatfoot deformity at the talonavicular joint: reconstruction of the spring ligament in an in vitro model. Foot Ankle 1992;13:327–32. 
[10] Dyal C, Feder J, Deland J, Thompson F. Pes planus in patients with posterior tibial tendon insufficiency: asymptomatic versus symptomatic foot. Foot Ankle Int 1997;18(February (2)):85–8. 
[11] Johnson K, Strom D. Tibialis posterior tendon dysfunction. Clin Orthop Relat Res 1989;239(February):196–206. 




Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter