KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Pilates : un peu de critique aussi !



La méthode Pilates appliquée à la lombalgie :
où en est-on ?

 

 
Depuis plusieurs années maintenant nous entendons parler de la méthode Pilates, que ce soit dans la littérature, par nos patients qui voudraient en savoir plus, ou encore au détour d'une rue en arrivant devant un cabinet proposant des cours de Pilates.
 
L'objectif du dossier que nos vous proposons ici est de faire le point sur ce qu'est Pilates et sur les preuves apportées dans la littérature par rapport à son usage. Les revues de littérature portent quasiment toutes sur l'utilisation de Pilates dans le cadre de la prise en charge des lombalgies. C'est pourquoi c'est cet aspect qui sera traité.
 
Après un petit tracé de l'historique de la méthode, nous verrons quels sont les principes de la méthode Pilates et quelles attentes nous pouvons espérer en avoir. Nous résumerons enfin les données de la littérature à ce sujet.
 
Ce dossier s'appuie sur des revues systématiques sur Pilates datant de moins de trois ans.
 
 
Historique

 
Les exercices Pilates ont été conçus par Joseph Pilates dans les années 1920 [1]. Le concept initial de Pilates a mixé des éléments de gymnastique, d'arts martiaux, de yoga et de danse, en mettant l'accent sur la relation entre le corps et l'esprit [2].
Cette méthode de conditionnement du corps, d'abord appelé "Contrologie", a été introduite par Pilates aux Etats-Unis entre 1930 et 1940, et a attiré les chorégraphes et les professeurs de danse qui ont utilisé ces exercices pour leurs danseurs [3].
Après le décès de Pilates en 1967, la méthode est devenue de plus en plus répandue et à été introduite dans d'autres domaines, sous le nom "Pilates". Aujourd'hui, les danseurs, les athlètes, et d'autres populations, utilisent Pilates pour la réadaptation et pour augmenter leur activité physique et leur forme [3]. Pilates est ainsi devenu populaire et fait désormais partie du panel d'exercices du grand public, et de la rééducation des blessures [1].
 
Ces dernières années il y a eu un nombre croissant de rapports sur les bénéfices des exercices Pilates pour la lombalgie, le premier essai contrôlé randomisé (ECR) sur ce sujet datant de 2006 [4]. En même temps, un nombre en constante augmentation de praticiens de santé utilise l'approche Pilates pour la rééducation [5].
 
Avant de continuer, il est importance de distinguer les exercices inspirés de la méthode Pilates de la méthode Pilates classique.  En effet, la demande neuromusculaire de la méthode Pilates traditionnelle pouvant être élevée, son application dans le cadre d'interventions de rééducation a nécessité des modifications (adaptations et simplifications) afin de pouvoir être applicable au plus grand nombre [3,4].
C'est pourquoi il faut prendre en considération que les exercices inspirés de la méthode Pilates, comme ils sont décrits dans la littérature actuelle, sont adaptés et simplifiés par rapport à la méthode traditionnelle, afin de permettre son utilisation en tant que méthode de rééducation [5].

Définitions et principes
 
Pilates est une approche d'exercices mêlant le corps et l'esprit, et qui peut être considérée comme une thérapie de médecine complémentaire et alternative. Un accent est placé sur le contrôle de la position et des mouvements du corps [1].
 
Les exercices sont effectués au sol, ou nécessite l'utilisation d'équipements spécialisés apportant une résistance élastique ajustable, comme le Reformer, le Cadillac, le Ladder Barrel et le Wunda Chair. D'autres équipements non spécifiques sont également utilisés comme le ballon de Klein et les resistive tubing [1].
 
D'après un article primaire cité dans [5], l'utilisation du reformer sert à aider les individus dans l'incapacité de réaliser des exercices au sol. Ces derniers peuvent être difficiles à réaliser pour certaines personnes à cause des effets de la gravité. A ce titre, les résistances sur un appareil peuvent être utilisées pour assister un individu blessé et lui permettre de réaliser des mouvements avec succès, avec pour but de récupérer de manière sécuritaire.
 
Les principes traditionnels de Pilates incluent le centrage, la concentration, le contrôle, la précision, la circulation et la respiration. Le tableau I reprend les définitions de ces principes traditionnels [1].
 
Principe traditionnel Définition
Centrage Contraction du centre musculaire du corps, situé entre le plancher pelvien et la cage thoracique, pendant les exercices
Concentration Attention cognitive requise pour réaliser les exercices
Contrôle Gestion étroite de la posture et du mouvement pendant les exercices
Précision Précision dans la technique des exercices
Circulation Transition harmonieuse entre les mouvements pendant une séquence d'exercices
Respiration Inspiration et expiration en coordination avec les exercices
Tableau I : Principes traditionnels de la méthode Pilates
 
 
Le tableau II présente les principes retrouvés dans les articles primaires d'une des revues systématiques [1].
 
Principe Définition
Respiration Processus de déplacement de l'air dans et en-dehors des poumons
Stabilisation du tronc Activation des muscles profonds du tronc qui stabilisent le rachis lombaire et le bassin
Souplesse Capacités des articulations à se mouvoir dans la totalité des amplitudes articulaires
Contrôle musculaire Mouvement segmentaire isolé du rachis et coordination avec les mouvements des membres
Connexion corps-esprit Contrôle du corps physique par l'esprit
Posture Positionnement relatif des parties du corps à un temps donné
Force Capacité du muscle à produire ou à résister à une force physique
Tableau II : principes retrouvés dans les articles primaires de [1]
 
Pilates a conçu une méthode globale d'étirement et de renforcement musculaires avec pour but de construire un corps solide sous la philosophie d'un contrôle de l'esprit sur le corps. Les exercices Pilates procurent des bénéfices sur les aspects physiologiques (résistance, force, puissance musculaires), psychologiques (humeur, attention, motivation) et sur les fonctions motrices (équilibre, postures statique et dynamique, coordination globale) [3].
 
Malgré la littérature rapportant des variations des exercices de la méthode Pilates, il n'existe aucune recherche publiée qui a étudié comment les exercices Pilates sont définis dans la littérature ou dans la pratique clinique [1]. De plus, la manière dont Pilates est appliqué comme traitement chez les lombalgiques semble varier selon les articles [1].
Malgré le nombre limité d'essais contrôlés randomisés traitant de cette approche d'exercices, les partisans clament pouvoir améliorer la force au niveau du tronc, avec une amélioration des amplitudes articulaires, de la symétrie musculaire, de la souplesse, de la mobilité articulaire et rachidienne, de l'équilibre, de la proprioception et de la coordination [5].
 
Le but de l'entraînement Pilates est globalement d'améliorer la souplesse et la santé générale du corps, la force et la posture du tronc, et de coordonner les mouvements avec la respiration [2].
 
 
Pilates et la lombalgie
 
La lombalgie est une pathologie fréquente et invalidante, impliquant des coûts importants pour la société [2,4,5,6]. Entre 60 et 80% des individus auront mal au dos au cours de leur vie. De même, il est rapporté qu'entre 30 et 40% des individus avec lombalgie aigue ne récupèreront jamais complètement, et développeront une lombalgie chronique [5].
En plus de cette prévalence importante, la source de la douleur n'est pas bien établie pour la majorité des individus, d'où le terme souvent utilisé de "lombalgie non spécifique" [5].
 
Plusieurs formes d'exercices sont rapportées pour réduire la douleur et les déficiences chez les lombalgiques [1], dont Pilates fait partie.
 
Pilates est fréquemment prescrit aux personnes avec lombalgie du fait de son insistance sur l'activation des muscles stabilisateurs du tronc et des lombaires, ces muscles ayant été montrés comme inhibés chez les lombalgiques. Les exercices Pilates sont théoriquement capables d'assister la réactivation de ces muscles, et ce faisant, d'augmenter la fonction de maintien des lombaires et de réduire la douleur et les déficiences [1].
La méthode Pilates modifiée a ainsi été conçue avec l'intention d'améliorer la posture et le contrôle du mouvement via des techniques de contrôle neuromusculaire considérées comme améliorant la stabilisation du rachis lombaire en ciblant les muscles stabilisateurs locaux de la région lombo-pelvienne ou "les muscles du tronc" [5].
 
 
Méthode de recherche
 
Les bases de données utilisées ont été PubMed et Science Direct. La recherche a été effectuée en août 2014, avec l'utilisation des mots-clés "Pilates" et "systematic review", avec restriction de la sélection aux 5 dernières années. Nous avons trouvé 8 revues systématiques (RS) (avec ou sans méta-analyse). L'une d'entre elles n'a pu être trouvée de manière complète et a été rejetée.
Résultats
 
Nous allons reprendre ici les résultats des 8 revues systématiques trouvées.
 
La RS de Wells et al. [1] s'est intéressée à la définition donnée à la méthode Pilates. Les articles primaires (119) ont été sélectionnés sans restriction quant au type de publication (sachant que 45% des articles primaires étaient des articles d'opinion). Voici les points importants :
- dans 41% des articles, les participants étaient des sujets sains, tandis que dans 14% des articles, les participants étaient des lombalgiques. Les autres articles portaient sur d'autres pathologies, ou ne distinguaient pas de groupes spécifiques.
- une grande proportion (76%) d'articles portant sur des lombalgiques a suggéré que la posture était importante dans les exercices Pilates, comparés aux articles sur des sujets sains (45%). (les auteurs précisent que des études récentes ont rapporté que la posture lombo-pelvienne pouvait affecter l'activation des muscles profonds et stabilisateurs du tronc comme le transverse de l'abdomen et le multifidus).
- 38% de tous les articles ont rapporté des exercices Pilates au sol et l'utilisation d'équipements spécifiques. 25% n'ont pas spécifié d'équipement ou d'exercices. Le reste des articles suggérait soit l'un soit l'autre (28% au sol, 9% équipement spécifique).
- les principes traditionnels les plus fréquemment rapportés parmi les articles étaient la respiration (49%), le centrage (19%), le contrôle (19%), la précision (18%), la circulation (18%) et la concentration (18%). Seule la respiration, qui était un principe traditionnel de Pilates, était mentionnée dans les articles portant sur les lombalgiques.
- bien que les équipements spécialisés aient été rapportés par une étude primaire comme étant bénéfiques chez les lombalgiques au sens où la résistance élastique peut être ajustée aux capacités individuelles, et permet un meilleur feedback proprioceptif pendant les exercices, les auteurs concluent qu'il n'y a pas de différence significative dans la fréquence de recommandation de tapis ou d'équipement spécialisé entre les articles sur sujets sains et sur sujets lombalgiques.
 
La RS de Lim et al. [5], avec méta-analyse, a porté sur 7 ECR. Voici ses résultats :
- comparés à une intervention minimaliste (soins usuels ou poursuite des activités quotidiennes habituelles), les exercices inspirés de la méthode Pilates ont permis une amélioration plus importante de la douleur, mais pas en ce qui concerne les mesures d'incapacité (Oswestry disability scores ou Roland-Morris disability scores).
- comparés à d'autres formes d'exercices, on n'obtient aucune différence statistiquement significative de diminution de la douleur ou de l'incapacité.
- les auteurs insistent sur le fait que les conclusions qu'ils donnent sont à interpréter en prenant compte du nombre limité d'ECR, du nombre limité de participants dans chaque essai, de l'hétérogénéité clinique au sein des essais et de l'hétérogénéité des individus dans chaque essai.
- ils précisent qu'aucune donnée dans la littérature n'est disponible sur l'existence d'éventuels effets secondaires.
 
La RS de Miyamoto et al. [4], avec méta-analyse également, a porté sur 7 ECR (dont 3 en commun avec [5]), et a conclu les éléments suivants :
- comparés à d'autres types d'exercices, les exercices inspirés de la méthode Pilates n'apportent aucune différence statistiquement significative de soulagement de la douleur.
- comparés à une intervention minimaliste ou à aucun traitement, les exercices inspirés de la méthode Pilates permettent une amélioration statistiquement significative de l'incapacité et de la douleur à court terme, avec un haut niveau d'hétérogénéité, pour le traitement de la lombalgie chronique non spécifique. Cependant, les différences entre les moyennes sont respectivement de 1,6 point (sur une échelle de 0 à 10) pour la douleur et de 5 points (sur une échelle de 0 à 100) pour l'incapacité. Ces deux valeurs ne représentent pas d'amélioration cliniquement significative, étant donné qu'une différence minimale de 2 points est requise pour la douleur et de 10 points pour l'incapacité.
- là encore, étant donné qu'il existe peu d'études de haute qualité méthodologique avec des échantillons représentatifs traitant de l'efficacité de la méthode Pilates pour traiter la lombalgie non spécifique, les résultats doivent être interprétés avec prudence.
 
La RS de Aladro-Gonzalvo et al. [3], là encore avec méta-analyse, s'est intéressée aux effets de Pilates sur la composition corporelle (à savoir le taux de graisse, la masse maigre / masse grasse ou encore l'Indice de Masse Corporelle (IMC)). En effet, les auteurs ont postulé que les mesures, les évaluations et la surveillance de la composition corporelle chez les humains étaient trois des principaux défis pour les professionnels de la santé, et que bien que le contrôle et la modification de la composition corporelle n'étaient pas la motivation principale de Pilates dans les années 30, des études s'étaient penchées sur les éventuels effets de Pilates en ce sens.
7 études ont ainsi été sélectionnées. Alors que certaines études primaires ont montré des changements positifs de dépense d'énergie avec Pilates comparé à sans, d'autres n'ont montré aucune différence. Cependant, une explication possible pour le manque de changements positifs de poids du corps ou de réduction de la graisse observé dans certaines études est que les sujets avec un poids normal tendent à perdre du poids moins rapidement que les sujets en surpoids voire obèses. La population d'étude est donc à prendre en compte avant toute interprétation. Les auteurs concluent qu'il existe de faibles preuves empiriques qui indiquent des effets concluants des exercices Pilates sur la composition corporelle.
 
La RS de Posadzki et al. [2], réalisée d'après 4 ECR, n'a pas tiré de conclusions quant aux effets de la méthode mais a mis en évidence la grande hétérogénéité des données au sein des études primaires, ainsi que le manque d'études bien menées, à savoir des ECR. Les populations étudiées sont en général peu comparables. De plus, point très important au vu du sujet abordé, il est rarement spécifié quelles sont les conditions exactes d'exercices : quels exercices ? quelle fréquence ? quelle durée ? quelle intensité ? quelles adaptations selon les pathologiques ? etc.
 
Une autre RS [6] de Aladro-Gonzalvo et al. a porté sur 9 ECR (les mêmes que [5] avec deux supplémentaires). Les résultats sont les suivants :
- comparés à une intervention minimaliste, et dans le cadre de la prise en charge de la lombalgie chronique, il existe une différence statistiquement significative pour le soulagement de la douleur avec les exercices Pilates, différence qui est modérée (en accord avec l'interprétation de la taille de l'effet qui est de -0,44). Or la présence de co-interventions (ex. prise d'antalgiques, physiothérapie) dans le groupe exercices Pilates de deux essais est un aspect qui peut augmenter l'importance des effets, contribuant à une amélioration plus importante de la douleur. En revanche, il n'y a pas de preuve qu'ils sont efficaces pour réduire l'incapacité.
- comparés à un autre traitement kinésithérapique, il n'y a pas de différence statistiquement significative pour le soulagement de la douleur.
 
Enfin, Wells et al. [7] ont réalisé une revue systématique des revues systématiques en 2013. Celle-ci a porté sur 5 RS. Leur conclusion est qu'il existe des preuves peu concluantes que Pilates est efficace pour réduire la douleur et l'incapacité chez les sujets lombalgiques, et que cela est dû au faible nombre et à la faible qualité méthodologique des études primaires.
Ils appuient le fait que les méta-analyses ne devraient pas être réalisées lorsqu'il existe une hétérogénéité statistiquement et cliniquement significatives par mi les études, et lorsque le nombre d'études primaires est faible.
 
 
Conclusion
 
A l'heure actuelle, il existe peu de preuves en faveur des exercices inspirés de la méthode Pilates pour la réduction de la douleur et de l'incapacité chez des sujets lombalgiques chroniques.
 
La réalisation de ces revues systématiques a permis de mettre en évidence un manque flagrant d'études de bonne qualité sur l'utilisation des exercices inspirés de Pilates chez les lombalgiques chroniques, ainsi qu'un manque de protocoles précis stipulant le type d'exercices (sol ou équipement spécifique), leur fréquence hebdomadaire, leur durée, leur intensité ou encore les adaptations à faire selon la pathologie et les possibilités du sujet. Ces données seraient à standardisées pour être comparables et permettre la réalisation d'études de meilleure qualité méthodologique. De même, il pourrait être intéressant de savoir si le caractère formé ou non de l'instructeur a un impact sur la réalisation des exercices et sur leur efficacité.
 
 
 
Bibliographie
 
[1] Wells C, Kolt GS, Bialocerkowski A. Defining Pilates exercise : a systematic review. Complement Ther Med. 2012 Aug;20(4):253-62.
 
[2] Posadzki P, Lizis P, Hagner-Derengowska M. Pilates for low back pain : a systematic review. Complement Ther Clin Pract. 2011 May;17(2):85-9.
 
[3] Aladro-Gonzalvo AR, Machado-Díaz M, Moncada-Jiménez J, Hernández-Elizondo J, Araya-Vargas G. The effect of Pilates exercises on body composition : a systematic review. J Bodyw Mov Ther. 2012 Jan;16(1):109-14.
 
[4] Miyamoto GC, Costa LO, Cabral CM. Efficacy of the Pilates method for pain and disability in patients with chronic nonspecific low back pain : a systematic review with meta-analysis. Braz J Phys Ther. 2013 Nov-Dec;17(6):517-32.
 
[5] Lim EC, Poh RL, Low AY, Wong WP. Effects of Pilates-based exercises on pain and disability in individuals with persistent nonspecific low back pain : a systematic review with meta-analysis. J Orthop Sports Phys Ther. 2011 Feb;41(2):70-80.
 
[6] Aladro-Gonzalvo AR, Araya-Vargas GA, Machado-Díaz M, Salazar-Rojas W. Pilates-based exercise for persistent, non-specific low back pain and associated functional disability : a meta-analysis with meta-regression. J Bodyw Mov Ther. 2013 Jan;17(1):125-36.
 
[7] Wells C, Kolt GS, Marshall P, Hill B, Bialocerkowski A. Effectiveness of Pilates exercise in treating people with chronic low back pain: a systematic review of systematic reviews. BMC Med Res Methodol. 2013 Jan 19;13:7.

[8]  Cruz-Ferreira A1, Fernandes J, Laranjo L, Bernardo LM, Silva A. A systematic review of the effects of pilates method of exercise in healthy people. Arch Phys Med Rehabil. 2011 Dec;92(12):2071-81.
 

1 2




Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter