KINESPORT KINESPORT







Quel niveau de preuves en lésions musculaires

Un document de déclaration commandé par le Société danoise de physiothérapie du sport (DSSF)



Les blessures musculaires des membres inférieurs sont fréquentes dans les sports impliquant des actions explosives telles que la course à grande vitesse, le saut, le changement de direction et les coups de pied. Dans le football professionnel, les blessures musculaires constituent jusqu'à la moitié de toutes les blessures et dans les sports comme le football américain, football australien, rugby, basketball et athlétisme, l'incidence est également élevée. La majorité des blessures musculaires dans le football surviennent dans des situations sans contact, classées comme « blessures musculaires indirectes » ou « muscle strains ». On pense généralement qu'elles surviennent dans la jonction muscle-tendon lorsque la force appliquée dépasse la capacité tissulaire.
 
Dans le football, les blessures musculaires représentent jusqu'à 31% de toutes les blessures, et jusqu'à 37% des joueurs souffrent d'une absence à l'entraînement et / ou au match au cours d'une saison en raison d'une blessure musculaire. Outre les coûts financiers importants, le nombre élevé de blessures musculaires a également des implications importantes sur la disponibilité des joueurs, affectant potentiellement les performances de l'équipe. Jusqu'à 92% de toutes les blessures dues à des lésions musculaires rencontrées dans le football se situent aux ischio-jambiers (37%), aux adducteurs (23%), au rectus femoris / quadriceps (19%) et les muscles du mollet (13%).
 
La Société danoise de physiothérapie du sport, par l’intermédiaire de l’équipe de K.Thorborg, a publié dans le BJSM le 14 janvier 2020, une étude qui avait pour objectif de fournir un aperçu de la littérature existante. Ils ont identifié et évalué la qualité des preuves concernant l'efficacité diagnostique des tests cliniques et l'effet des stratégies de prévention et de traitement pour les lésions musculaires des membres inférieurs les plus courantes, notamment les ischio-jambiers, les adducteurs, le rectus femoris / quadriceps et les lésions musculaires des mollets.

COMMENT ?

Cette déclaration est divisée en quatre sections : les localisations 
(1) ischio-jambiers, 
(2) adducteur, 
(3) rectus femoris / quad- riceps 
4) mollet
 
Et trois domaines :
1) diagnostic
2) prévention 
3) traitement. 
 
N’ont pas été inclues d'études portant uniquement sur les problèmes non aigus et / ou les blessures traumatiques claires telles que les ruptures musculaires totales, les blessures par avulsion et les contusions musculaires.
 
Une recherche systématique a été utilisée pour identifier la littérature pour les trois domaines dans chaque section, avec inclusion d'études basées sur le plus haut niveau de preuves disponibles. Les données ont été synthétisées et la qualité des preuves a été évaluée en utilisant le groupe de travail GRADE (Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation).
 
  • Douze recherches systématiques couvrant le diagnostic, la prévention et le traitement pour chacune des quatre sections ont été effectuées dans MEDLINE (via PubMed), CENTRAL et Embase (via Ovid ) en juillet 2018 et mis à jour en septembre 2019.
  • Aucune restriction n'a été appliquée concernant l'année de publication, cependant, seules les publications en anglais ont été incluses. 
  • Les auteurs ont évalué la qualité des preuves pour chaque résultat concernant les tests de diagnostic (par exemple, l'efficacité), la prévention (par exemple, le risque de blessure) et le traitement (par exemple, le temps de retour au jeu) selon l'approche du groupe de travail GRADE. Un accord a été trouvé par consensus. La qualité des preuves a été notée comme suit: (1) élevé, indiquant qu'il est peu probable que des recherches supplémentaires modifient la confiance dans l'estimation de l'effet, (2) modérée, indiquant que des recherches supplémentaires sont susceptibles d'avoir un impact important sur la confiance dans l'estimation d’effet et peut modifier l’estimation, (3) faible, ce qui indique que des recherches plus poussées auront très probablement un impact important sur la confiance dans l’estimation de l’effet et modifieront probablement l’estimation ou (4) très faible, indiquant une incertitude élevée quant à l'estimation. La qualité de départ des preuves a été jugée « élevée »' lorsque les données étaient basées sur des ECR à des fins de traitement et de prévention ou classée « faible » lorsqu'elles étaient basées sur des études observationnelles.  Aux fins du diagnostic, la qualité de départ des preuves était évaluée comme élevé lorsqu'il est basé sur des études de cohorte (prospectives ou transversales). 

BLESSURES AUX MUSCLES ISCHIO-JAMBIERS

Domaine 1: tests de diagnostic
Au total, 7081 études ont été identifiées dans la recherche documentaire. Une revue systématique et trois études de cohorte ont été incluses.  Aucune méta-analyse de l'efficacité diagnostique n'était disponible. Sur la base d'une étude prospective, où l'efficacité diagnostique a été calculée par les auteurs de cette déclaration, et deux études diagnostiques, le « Taking off shoe test » a montré une efficacité diagnostique élevée, avec un accord  entre les tests cliniques et l'échographie (n = 140) (très faible qualité des preuves) . 
 
Qu’en discuter ?
Cela signifie que le passage de la probabilité pré-test à la probabilité post-test, et donc le changement dans la certitude d'une blessure ou non, était minime pour la plupart des tests. Par exemple, dans Wangensteen et al, la certitude d'une lésion des ischio-jambiers définie par l'IRM était de 78% (probabilité pré-test) avant les tests cliniques, et elle est passée de 80% à 84% pour un test positif et à 59% à 73% pour un test négatif (qualité de preuve modérée à élevée). En pratique, cela signifie que 59% à 73% des joueurs auront toujours une blessure aux ischio-jambiers après un test négatif, et donc des tests couramment utilisés, tels que la douleur lors des tests de force et / ou étirement des muscles ischio-jambiers, semble fournir une valeur limitée pour écarter ou éliminer une blessure aux ischio-jambiers. 

Le seul test avec une haute efficacité diagnostique était le «Taking off shoe test », qui montrait un accord avec l'échographie lorsqu'il était positif, ce qui signifie qu'un test négatif est très efficace pour exclure une blessure aux ischio-jambiers. 
Quel niveau de preuves en lésions musculaires

BLESSURES AUX MUSCLES ISCHIO-JAMBIERS

Domaine 2 : prévention
Au total, 2468 études ont été identifiées dans la recherche documentaire. Trois revues systématiques et 12 ECR ont été incluses. 
  • Une revue systématique et une méta-analyse effectuées par van Dyk et al (2019) ont montré une réduction moyenne du risque et significative des blessures aux ischio-jambiers chez les joueurs de football dans les interventions, y compris l'exercice des ischio-jambiers nordiques par rapport aux soins habituels (n = 5362) (qualité modérée des preuves). 
  • Une revue systématique et une méta-analyse de Goode et al (2015) ont montré une réduction moyenne du risque mais non significative des exercices mixtes ischio-jambiers par rapport aux soins habituels sur les blessures aux ischio-jambiers chez les joueurs de football (n = 1229) (faible qualité des preuves).  
  • Une revue systématique et une méta-analyse de Thorborg et al (2017) ont montré une réduction importante des risques du programme FIFA 11 + par rapport aux soins habituels pour les blessures aux ischio-jambiers chez les joueurs de football (n = 3417) (qualité des preuves modérée). 
  • Selon la méta-analyse de van Dyk e t al (2019) qui a seulement évalué l’effet des interventions qui comprenaient l’exercice des ischio-jambiers nordiques, une méta-analyse, dans le cadre du présent document de déclaration, a été réalisée pour enquêter sur l’effet isolé du protocole d’exercice des ischio-jambiers nordiques. Les données de Petersen et al et van der Horst et al ont été regroupées. Sur cette base, le protocole d’exercice nordique pour les ischio-jambiers a montré une réduction importante et significative du risque par rapport aux soins habituels pour les blessures aux ischio-jambiers dans le football (n = 1521) (haute qualité des données probantes). 
 
Qu’en discuter ?
  • La plus haute qualité de preuve pour un effet préventif sur les ischio-jambiers des blessures a été observée pour des interventions telles que l'exercice des ischio-jambiers nordiques (qualité des preuves modérée) , l'intervention de FIFA 11+ (qualité des preuves modérée)  et le protocole d'exercice des ischio-jambiers nordique isolé de 10 semaines (haute qualité des preuves). 
  • Ces interventions ont entraîné une réduction significative du risque de blessure de 45% à 65%. Ces résultats sont en partie conformes aux pratiques de prévention utilisées dans le football d'élite. 
  • Dans une enquête auprès de 44 clubs d'élite, 66% ont déclaré utiliser l'exercice des ischio-jambiers nordiques comme stratégie préventive, cependant, la plupart des clubs d'élite (> 80%) ne sont pas conformes au protocole d'exercices nordiques des ischio-jambiers de 10 semaines.
  • De même, dans les équipes de football professionnel pour les jeunes, l'intervention de FIFA 11+ n'a été réalisée entièrement que dans 12% des séances d'entraînement au cours d'une saison. Ces observations, concernant la faible observance, pourraient probablement expliquer la continuité de l’augmentation des lésions des ischio-jambiers dans le football d'élite. 
 
En résumé, l'entraînement des ischio-jambiers, sous la forme de l'exercice des ischio-jambiers nordiques, peut être essentiel pour la prévention des blessures aux ischio-jambiers, où l'amélioration de la force excentrique, la résistance à la fatigue et les altérations de la morphologie et de l'architecture musculaire, l'expression du collagène au niveau des jonctions myotendineuses et ​​l'angle de couple maximal sont des mécanismes d'effets suggérés.
Quel niveau de preuves en lésions musculaires

BLESSURES AUX MUSCLES ISCHIO-JAMBIERS

Domaine 3 : traitement
Au total, 978 études ont été identifiées dans la recherche documentaire. Une revue systématique et 11 ECR ont été inclus.
 
Retour au jeu
Une revue systématique de Pas et al (2015) a effectué deux méta-analyses avec le temps de retour au jeu comme résultat.
- L'effet de des exercices d'allongement des les ischio-jambiers « lengthening hamstring exercises » par rapport aux exercices conventionnels a été estimé comme HR.   Son effet est significativement important par rapport aux exercices conventionnels des ischios au retour au jeu dans le football d'élite et l'athlétisme (n = 131) (preuves de faible qualité). 
- Le plasma riche en plaquettes ou PRP a montré un effet trivial et non significatif par rapport aux interventions de contrôle au retour au jeu (n = 154) (qualité de preuve modérée). 

Aucun ECR supplémentaire n'a pu être ajouté à la méta-analyse de Pas et al en raison d'interventions hétérogènes. 
 
Rechutes 
Une revue systématique par Pas et al de 2015 a effectué deux méta-analyses avec comme résultat le risque de nouvelles blessures.
- Premièrement les exercices d'allongement des ischio-jambiers a montré une réduction importante  du risque mais non significative par rapport aux exercices conventionnels des ischio-jambiers à 12 mois de suivi dans le football d'élite et les athlètes d'athlétisme (n = 131) (très faible qualité des preuves).
- Deuxièmement, le plasma riche en plaquettes a montré une réduction triviale du risque et non significative versus interventions de contrôle (solution saline placebo ou rééducation) à 6 et 12 mois de suivi chez les athlètes (n = 129) (qualité de preuve modérée).

Aucun ECR supplémentaire n'a été ajouté aux méta- analyse due à des interventions hétérogènes. 
 
Qu’en discuter ?
Plusieurs interventions pour le traitement des blessures aux ischio-jambiers ont été étudiées, notamment des exercices ciblés des ischio-jambiers et la course à pied, étirements, agilité et exercices du tronc, et la thérapie par injection. La majorité des sujets inclus étaient des joueurs de football masculins ou athlètes d'athlétisme. Pour les résultats, concernant le délai de retour au jeu, une grande hétérogénéité a été retrouvée (ex., fondée sur des critères vs autodéclaration vs autorisation médicale) empêchant toute recommandation claire d'une stratégie de réadaptation supérieure pour le retour au jeu. Cependant, les programmes de réadaptation mettant l'accent sur des exercices progressifs ciblés en excentrique des ischio-jambiers complétés par des exercices de course progressives semblent entraîner les temps de retour au jeu plus court avec un faible risque de récidive associé.  
 

Ainsi, les lengthening hamstring exercises des des ischio-jambiers ont montré un retour au jeu beaucoup plus rapide et une absence de rechutes par rapport aux exercices conventionnels chez les footballeurs d'élite et les athlètes d'athlétisme. 

BLESSURES AUX MUSCLES ADDUCTEURS

Domaine 1 : tests de diagnostic
Au total, 6832 études ont été identifiées dans la recherche documentaire. Deux études de cohorte ont cependant été identifiées, en raison de la duplication des données entre ces études, seule l'étude l'efficacité diagnostique a été incluse (n = 81). La palpation des adducteurs a montré une efficacité diagnostique élevée pour prédire une IRM négative (faible qualité des preuves). Pour les autres tests (Squeeze 0 et 45°, Resisted outer range adduction, et Flexion abduction external rotation test) le niveau de preuve est une très faible à faible dans l' efficacité diagnostique et ont été observés dans la prévision d'une IRM positive ou négative (qualité des preuves faible à modérée).
 
Qu’en discuter ?
Sur la base d'une étude concernant principalement des joueurs de football masculins, une efficacité diagnostique élevée a été observée pour un test de palpation des adducteurs négatif en excluant le diagnostic d'une blessure des adducteurs vérifiée par IRM. En conséquence, Serner et al (2016) ont observé que 57% des athlètes présentaient une lésion aigüe des adducteurs définie par IRM (probabilité pré-test) mais après un test de palpation négatif, la probabilité de blessure a diminué à 9%. Ainsi, le clinicien peut être assez certain qu'aucune blessure d'adducteur n'est présente si l'athlète ne signale aucune douleur à la palpation. Le test a été rétrogradé au niveau de  faible qualité de preuve en raison de la non linéarité (valeur clinique d'un test négatif ou positif inconnu) et de l'imprécision. De plus, des implications cliniques potentielles importantes pour le diagnostic ont également été observées pour la douleur pendant le squeeze test, adduction isométrique et étirement passif, avec des décalages de la probabilité pré-test à post-test de 57% à 80% à 81% pour un test positif. Ainsi, ces tests pourraient être utilisés pour une lésion sur un adducteur, même si un test positif est toujours associé à l'incertitude. C'est-à-dire qu'un athlète sur cinq dont le test est positif, n'a pas de blessure à l'adducteur à l'IRM. Actuellement, aucune preuve n'est disponible concernant les implications potentielles pour le pronostic de retour au jeu et, par conséquent, tous les tests ont été rétrogradés en raison de leur caractère de non linéarité(valeur clinique d'un test négatif ou positif inconnue).
 
Quel niveau de preuves en lésions musculaires

BLESSURES AUX MUSCLES ADDUCTEURS

Domaine 2 : prévention
Au total, 1566 études ont été identifiées dans la recherche documentaire. Deux revues systématiques et 13 ECR ont été incluses. Aucune des études n'a spécifiquement signalé de lésions aigües des adducteurs. Une revue systématique par Esteve et al (2015) a réalisé trois méta-analyses avec comme résultat le risque de blessures à l'aine. 
  • Premièrement, les programmes mixtes de prévention de l'aine ont montré une réduction triviale du risque et non significative par rapport aux soins habituels sur les blessures à l'aine dans le football (n = 4191) (faible qualité des preuves).
  • Deuxièmement, l'entraînement spécifique de la force des adducteurs a montré une réduction triviale du risque et non significative par rapport aux soins habituels pour les blessures à l'aine dans le football (n = 1067) (faible qualité des preuves).
  • Troisièmement, le programme FIFA 11+ a montré une réduction faible du risque mais non significative par rapport aux soins habituels pour les blessures à l'aine dans le football (n = 2476) (très faible qualité des preuves). 
  • En outre, une revue systématique et une méta-analyse de Thorborg et al (2017) qui ont étudié l'effet du programme FIFA 11+ sur le football ont montré une réduction moyenne des risques et significative par rapport aux soins habituels pour les blessures à l'aine dans le football (n = 3417) (faible niveau de preuve). 
  • Aucun ECR supplémentaire n'a été ajouté aux méta-analyses existantes en raison d'interventions hétérogènes, de populations et de définitions de blessures (par exemple, blessures à l'aine) vs problèmes à l'aine tels qu'utilisés par Haroy et al.
  • Cependant, deux études supplémentaires sur l'effet préventif du programme FIFA 11+ dans les sports mixtes et le basket-ball ont été regroupées dans une méta-analyse. Sur cette base, le programme FIFA 11+ a montré une réduction moyenne des risques  mais non significative par rapport aux soins habituels pour les blessures à l'aine dans les sports mixtes (n = 3732) (très faible qualité des preuves). 
 
Qu’en discuter ?
Plusieurs interventions pour la prévention des blessures à l'aine ont été étudiées principalement dans le football, y compris les hommes et les femmes. Cependant, aucun ECR n'a signalé spécifiquement de lésions dues à une lésion des adducteurs. Ainsi, la qualité des preuves pour toutes les études / résultats a été rétrogradée en raison de leur non linéarité. La plus haute qualité des preuves d'un effet préventif a été observée pour un programme de renforcement des adducteurs consistant au protocole d’adduction de Copenhague effectué à différents niveaux d'intensité (qualité modérée). Le critère de jugement de l'étude était le questionnaire sur les blessures liées à la surutilisation du Centre de recherche sur les traumatismes sportifs d'Oslo (Oslo Sports Trauma Research Center Overuse Injury Questionnaire), qui englobe tous les problèmes plutôt que les seules blessures avec perte de temps. Ainsi, la réduction des risques de 41% après le programme de renforcement des adducteurs englobe tous les problèmes à l'aine, des douleurs musculaires d'apparition retardée aux blessures plus graves, d'où l'effet préventif spécifiquement sur les lésions aiguës des lésions des adducteurs reste incertain.
Le programme FIFA 11+ a également montré une réduction moyenne du risque de 42 % chez les joueurs de football. Il constitue une option viable pour la prévention des blessures à l'aine. L'effet préventif d'un programme de renforcement des adducteurs indique l'importance de se concentrer sur les gains de force d'adduction de la hanche pour la prévention. 

Domaine 3 : traitement
Au total, 217 études ont été identifiées dans la recherche documentaire. Cependant, aucune étude sur l'effet du traitement des blessures à l'aine n'a pu être incluse.
 
 
Quel niveau de preuves en lésions musculaires

BLESSURES AU RECTUS FEMORIS / QUADRICEPS

Domaine 1: tests de diagnostic
Au total, 8729 études ont été identifiées dans la recherche documentaire. Deux études de cohorte étaient éligibles, cependant, en raison de la duplication des données entre ces études, seule l'étude portant sur l'efficacité diagnostique a été incluse (n = 81 athlètes). La palpation du rectus femoris proximal a montré une efficacité diagnostique élevée pour prédire une lésion du rectus femoris, positive ou négative à l'IRM (qualité de preuve faible à modérée). De plus, l'extension du genou contre résistance a montré une efficacité diagnostique élevée lorsqu'elle était négative en excluant une lésion du rectus femoris à l'IRM (qualité de preuve modérée). Pour les autres tests (Resisted hip flexion 0 et 90°, Resisted hip flexion modified (modified Thomas test position), Resisted knee extension (modified Thomas test position), Passive hip extension (modified Thomas test position), Passive knee flexion (modified Thomas test position), une efficacité diagnostique très faible à modérée a été observée (qualité des preuves faible à modérée).
 
Qu’en discuter ?
Une étude incluant principalement des joueurs de football masculins a été incluse. Cependant, il convient de noter que cette étude ne portait que sur les athlètes souffrant de douleurs aiguës à l'aine et ne couvrait donc pas que les blessures proximales du rectus femoris. Une efficacité diagnostique élevée a été observée pour le proximal rectus femoris par la palpation pour prédire une lésion du droit fémoral dans les cas positifs à l'IRM, c'est-à-dire que les cas ne sont inclus que s'ils avaient une IRM positive. Le test a montré un changement substantiel de la probabilité pré-test à post-test de 13% à 62% pour un test positif et de 13% à 0% pour un test négatif. Bien que le test ait montré une efficacité diagnostique élevée, la probabilité du post–test de 62% suggère qu'un test positif est toujours associé à de grandes incertitudes dans le diagnostic. C'est à dire qu'un athlète sur trois dont le test de palpation est positif n'a pas de blessure. À l'inverse, le clinicien peut être pratiquement certain qu'aucune blessure n'est présente si l'athlète ne signale aucune douleur à la palpation. Actuellement, aucune preuve n'est disponible concernant les implications potentielles pour le pronostic de Return To Play, et donc tous les tests ont été rétrogradés en raison de leur non linéarité (valeur clinique d'un test négatif ou positif inconnue) .
Quel niveau de preuves en lésions musculaires

BLESSURES AU RECTUS FEMORIS / QUADRICEPS

Domaine 2: prévention
Au total, 3002 études ont été identifiées dans la recherche documentaire. Aucune revue systématique et 5 ECR ont été inclus. Dans le cadre de cette déclaration, les données de Soligard et al et Silvers-Granelli et al ont été regroupées, car cette analyse n'était pas disponible dans la littérature existante. Sur cette base, le programme FIFA 11+ a montré un effet faible et non significatif par rapport aux soins habituels dans la réduction des blessures à la cuisse antérieure dans le football (n = 3417) (faible qualité des preuves). 
 
Qu’en discuter ?
La plus haute qualité de preuve pour un effet préventif a été observée pour le programme FIFA 11+ par rapport aux soins habituels, ce qui a entraîné une baisse de 27% du risque (non significatif) de blessures aux quadriceps / face antérieure de la cuisse (faible qualité des preuves). Étant donné que le programme FIFA 11+ améliore la force des hanches et des genoux, l'effet préventif pourrait en résulter. Il convient toutefois de noter que les blessures à la face antérieure de la cuisse peuvent englober différents lieux de blessure, et donc l'effet sur les blessures du rectus femoris est incertain. De plus, aucune des études incluses n'a examiné l'effet préventif sur les lésions du rectus femoris / quadriceps comme principal critère de jugement.

Domaine 3: traitement
Au total, 484 études ont été identifiées lors de la recherche. Aucun examen systématique ou ECR n'a été inclus. Une étude (série de cas) a été incluse avec un total de 18 joueurs de football australiens. Une intervention basée sur des critères en deux phases avec une intensité de course et de coups de pied progressif  a permis un retour à l'entraînement complet à une moyenne de 13 jours (très faible qualité des preuves).
 
Qu’en discuter ?
Une littérature limitée a été trouvée pour guider le traitement des lésions du rectus femoris / quadriceps. Ainsi, une seule petite série de cas dans le football masculin australien n'a observé aucune blessure après une intervention basée sur des critères en deux phases avec une intensité de course et de coups de pied progressives (très faible qualité des preuves) . 
Cependant, il convient de noter que l'évaluation du taux de blessures n'a pas été l'objet de l'étude, et donc ces résultats doivent être traités avec prudence.
Quel niveau de preuves en lésions musculaires

BLESSURES AU MOLLET

Domaine 1: tests de diagnostic
Au total, 5410 études ont été identifiées lors de la recherche. Cependant, aucune étude n'a été incluse.
 
Domaine 2: prévention
Au total, 2944 études ont été identifiées lors de la recherche. Aucun examen systématique ou ECR n'a été identifié. Une étude de cohorte prospective pourrait être incluse (n = 24). Un programme d'équilibre spécifique (« balance ») au football effectué pendant cinq demi-saisons était supérieur à une période de contrôle de 6 mois avec un effet moyen sur la réduction des blessures du muscle gastrocnémien dans le football (très faible qualité des preuves).
 
Domaine 3: traitement
Au total, 91 études ont été identifiées lors de la recherche. Aucun examen systématique ou ECR n'a été identifié. Trois études (deux séries de cas et une observation rétrospective) ont été incluses avec un nombre total de 825 sujets.  Une très faible qualité de preuve a été observée pour un traitement multimodal comprenant des modalités de traitement passif et d’exercices progressifs qui ont conduit à une durée moyenne de traitement de 9 jours (dans une étude et un taux de récidive à 1 an de 6,8% dans une autre étude). De plus, le PRP et la rééducation ont montré un effet important et significatif par rapport à la rééducation seule au retour à une activité sportive précédente (très faible qualité des preuves) .
 
Qu’en discuter ?
Bien que les blessures aux muscles du mollet soient courantes dans le football, la littérature très limitée a été trouvée pour guider le diagnostic, le traitement et la prévention. Ainsi, des preuves de très faible qualité ont été observées à la fois pour une approche de traitement multimodal, consistant en une thérapie passive, des étirements, un renforcement, une injection PRP pour le traitement et un programme d'équilibre spécifique au football chez les joueuses de football d'élite à des fins de prévention.

Conclusion
  • Les auteurs ont évalué la qualité des preuves concernant le diagnostic, la prévention et le traitement des blessures musculaires les plus courantes et fourni un résumé complet et à jour des meilleures preuves disponibles. 
  • La plupart des tests cliniques ont montré une efficacité diagnostique très faible à faible
  • Pour la prévention des blessures aux ischio-jambiers, les programmes qui comprenaient l'exercice nordique des ischio-jambiers ont entraîné une réduction du risque de 45% à 65% par rapport aux soins habituels. 
  • Pour la prévention des blessures à l'aine, le programme FIFA 11+ et le programme de renforcement des adducteurs de Copenhague ont permis de réduire les risques de 41% par rapport aux soins habituels. 
  • Pour le traitement des blessures aux ischio-jambiers, les exercices d'allongement des ischio-jambiers excentriques ont montré un retour au jeu plus rapide avec un taux de blessures inférieur par rapport aux exercices conventionnels des ischio-jambiers. 
  • Le plasma riche en plaquettes n'a pas eu d'effet sur le temps de retour au jeu et le risque de nouvelle blessure après une blessure aux ischio-jambiers par rapport au placebo ou à la rééducation. 
  • La plupart des résultats pour toutes les blessures musculaires et tous les domaines ont été classés comme de qualité de preuve très faible à modérée, ce qui indique que de nouvelles recherches de haute qualité auront probablement un impact important à l’avenir.
  • À ce stade, la recherche sur le diagnostic, la prévention et le traitement des blessures musculaires concerne principalement les blessures musculaires des ischio-jambiers, avec seulement des recherches limitées sur les quadriceps, les adducteurs et les blessures aux muscles du mollet. En outre, la recherche sur la prévention des blessures musculaires est principalement menée dans le football, tandis que la recherche sur le traitement des blessures musculaires est menée dans différents sports.

Ce qui est déjà connu
►Les traumatismes musculaires des membres inférieurs sont très courants dans les sports multidirectionnels.
►La qualité des preuves liées au diagnostic, à la prévention et au traitement des blessures musculaires les plus courantes (ischio-jambiers, adducteur, mollet, rectus femoris / quadriceps) n'a pas été étudiée.
 

Quelles sont les nouvelles découvertes
►La plupart des tests cliniques pour les lésions musculaires aiguës montrent une efficacité diagnostique très faible à faible.
►Les ischio-jambiers et les blessures à l'aine peuvent être réduits de 40% à 65% grâce à des interventions d'exercice spécifiques.
►Les exercices d'allongement des ischio-jambiers montrent un retour
Au jeu et une réduction du taux de blessures par rapport aux exercices conventionnels, et le plasma riche en plaquettes n'offre aucun effet supplémentaire à la rééducation actuelle.
►La plupart des résultats ont été classés comme de qualité de preuve très faible à modérée, ainsi de nouvelles recherches de haute qualité auront probablement un impact important sur la confiance dans les estimations de l'effet.
 

L’article
Ishøi L, Krommes K, Husted RS, et al.
Br J Sports Med Epub ahead of print: [please include Day Month Year]. doi:10.1136/ bjsports-2019-101228




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique