KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Quelle est la corrélation entre les indicateurs de charge et les blessures de surmenage dans le football professionnel ?

Examen de l'association des indicateurs de charge externes et internes avec les blessures liées au surmenage chez les footballeurs professionnels.
Jasper A et a



Cette étude démontre un équilibre délicat pour divers indicateurs de charge externes et internes concernant l'augmentation et la diminution du risque de blessure. Cela souligne la pertinence de surveiller ces variables de près pour optimiser la gestion de la charge et réduire les risques de blessures dans le football professionnel.
 
Introduction :
Les joueurs de football professionnel subissent en moyenne 2 blessures par saison, ce qui les amène à manquer en moyenne 37 jours (1). La charge découlant des entrainements et matchs est fortement associée aux blessures, mais n'est cependant pas incluses dans les modèles étiologiques (2).
De plus, un manque de préparation peut également accroitre le risque lésionnel lors de périodes de charge intense (3).
Par conséquent, la surveillance de la charge de travail des athlètes est considérée comme un élément essentiel de prévention des blessures (4).
A cet effet, deux paramètres sont évalués :
  • La charge externe correspond au niveau d’activité physique (distance, vitesse et accélération) réalisé par l’athlète et qui peut être évaluée par GPS et accéléromètre.
  • La charge interne se réfère à la réponse physiologique de l’athlète par rapport à la charge de travail. Elle peut être déterminée par l’analyse de la fréquence cardiaque (FC) et par l’évaluation de l’effort perçu (RPE).
A ce jour, une étude dans le domaine du football professionnel a rapporté une relation entre les lésions sans-contact et une distance parcourue par minute, plus élevée dans les semaines précédant la blessure (10).
De plus, des valeurs moyennes inférieures pour un indicateur de charge externe basé sur l'accélérométrie triaxiale, comparées à la moyenne de la saison des joueurs, ont été constatées dans les semaines précédant la blessure.
Dans le football professionnel, les activités à haute intensité sont considérées comme importantes à surveiller (15). Les accélérations, décélérations et RPE multipliées par la durée n'ont pas encore été étudiées pour leur relation avec le risque de blessure de sur-sollicitation (7).
L'objectif de cette étude était donc d'examiner les différents indicateurs de charge externes et internes en relation avec les blessures de sur-sollicitation.
 
Méthode :
Les données ont été recueillies auprès de 35 joueurs de football professionnels masculins au cours de deux saisons.
Les indicateurs de charge suivant ont été examinés :
  • Distance totale parcourue (TD).
  • Distance parcourue à grande vitesse (THSR ; > 20 km/h-1).
  • Nombre d'accélérations (ACCeff ; > 1 ms-2)
  • Nombre de décélérations (DECeff ; < -1ms-2)
  • Évaluation de l'effort perçu (RPE) multiplié par la durée.
Les charges cumulatives des semaines 1, 2, 3 et 4 et les rapports de charge de travail chroniques (ACWR) ont été calculés et divisés en groupes faibles, moyens et élevés.
Seules les blessures de sur-sollicitation ont été incluses dans l'analyse pour se concentrer sur leur relation spécifique avec les indicateurs de charge.
Des équations d'estimation généralisées ont été appliquées pour analyser la relation entre les indicateurs de charge et les blessures liées au surmenage au cours de la semaine suivante.

Quelle est la corrélation entre les indicateurs de charge et les blessures de surmenage dans le football professionnel ?
Résultats :
Au total, 64 blessures ont été incluses dans l'étude, 27 dans la première saison et 37 dans la seconde saison respectivement.
L'incidence des blessures de sur-sollicitation sur les deux saisons était de 5,8 blessures par 1000 h, respectivement 4,9 blessures par 1000 h pour la première saison et 6,8 blessures par 1000 h pour la deuxième saison.
L'association entre la charge et les blessures de sur-sollicitation au cours de la semaine suivante en utilisant la TD, THSR, ACCeff, DECeff et la RPE est représentée sur les Fig. 1-3, respectivement.
Une vue d'ensemble des effets nocifs et bénéfiques en termes de risques de blessures pour les charges moyennes et élevées par rapport aux charges faibles (groupe de référence) pour les semaines 1, 2, 3 et 4 et l’ACWR est fournie.
Les résultats sont présentés par ordre d'effet nocif ou bénéfique. La description de ces effets est structurée, des indicateurs de charge externe vers les indicateurs internes, et des charges cumulatives de 1, 2, 3, 4 semaines vers l’ACWR.
Un effet nocif très probable a été trouvé pour une TD élevée pendant deux semaines (> 59 185 m, RC : 2,25, IC à 90% : 1,17-4,34).
Des effets nocifs probables ont été observés pour une TD hebdomadaire élevée (> 31 161 m, OR : 1,42, IC à 90% : 0,92-2,21), pour une TD moyenne de 2 semaines (48 050-59 185 m, RC : 1,93, 90% IC : 0,93-4,02), et pour une TD élevée de 3 semaines (> 86 422 m, OR : 1,88, IC à 90% : 1,08-3,26).
En outre, des effets nocifs probables ont été observés pour une THSR hebdomadaire moyenne (634 -1028 m, OR : 1,56, IC à 90% : 0,99-2,46), et pour un ACWR élevé en THSR (> 1,18, OR : 1,71, IC à 90% : 0,90-3,26).
Des effets nocifs probables ont été observés pour un DECeff élevé à 2 semaines (> 1462, OR: 1,49, IC à 90%: 0,92-2,42), pour un DECeff élevé à 3 semaines (> 2140, OR: 1,68, IC à 90%). : 1,08-2,63), et pour un DECeff élevé à 4 semaines (> 2813, OR: 1,73, IC à 90%: 1,00-2,99).
Enfin, un effet nocif probable a été observé pour le RPE en fonction de la durée.
En revanche, un risque de blessure inférieur a été constaté lors de la comparaison des ratios moyens du ACCeff (0,87-1,12), DECeff (0,86-1,12) et RPE x durée (0,85-1,12) par rapport à de faibles ratios.
 
Discussion :
Le but de cette étude était d'examiner la relation entre les indicateurs de charge et les blessures de sur-utilisation dans le football professionnel.
Des charges cumulatives plus élevées de 1, 2 et 3 semaines pour la TD et des charges de 2, 3 et 4 semaines pour DECeff ont été associées à un risque accru de blessures au cours de la semaine suivante.
De plus, un ACWR élevé pour les THSR était associé à un risque de blessure plus élevé, alors qu'un ACWR moyen pour le ACCeff, le DECeff et le RPE multiplié par la durée était lié à un risque de blessure plus faible la semaine suivante.
Des effets nocifs ont été trouvés pour des charges hebdomadaires élevées TD. Dans le football australien, une augmentation de la distance totale sur trois semaines était également très révélatrice d'un risque accru de blessures intrinsèques (13). Cela indique peut-être la pertinence de surveiller un indicateur de volume externe global.
Pour les THSR, une charge moyenne sur 1 semaine et une ACWR élevée étaient liées à un risque accru de blessure. Duhiget al. ont rapporté que des augmentations importantes et rapides de la THSR (> 24 km h-1) devraient être évitées pour prévenir les blessures aux ischio-jambiers dans le football australien (12).
De plus, ils n'ont trouvé aucun lien entre le risque de blessure et les charges cumulatives hebdomadaires de THSR. Ces résultats sont en accord avec les résultats ci-dessus et indiquent probablement la pertinence de l'utilisation des seuils de THSR relatifs et individualisés pour examiner la relation avec le risque de blessure (27).
Aucune des charges hebdomadaires pour le ACCeff n'était liée à un risque de blessures plus élevé. Cependant, pour le DECeff, des charges plus élevées sur 2, 3 et 4 semaines étaient liées à un risque accru de blessures (28).
Les muscles ont besoin de récupérer après les séances d'entraînement et les matchs, afin d’éviter la survenue de blessure par déséquilibre entre la charge et la récupération (28). Par conséquent, les DECeff peuvent être pertinentes à surveiller.
Pour le RPE multiplié par la durée, seule une charge élevée de deux semaines présentait un risque de blessure plus élevé. Le RPE multiplié par la durée est considéré comme une bonne méthode pour quantifier la charge interne pour l'entraînement en résistance (29). Par conséquent, les séances de gymnastique ont été quantifiées, à côté des sessions d'entraînement et des matchs, en accord avec les recherches antérieures dans les sports professionnels (30).
Bien que certaines faiblesses concernant le RPE pour surveiller le risque de blessures aient déjà été corrigées, il convient de mentionner que les RPE pour les matchs peuvent être influencés par certains paramètres tels que la localisation, le niveau de l'adversaire et le résultat (31,32).
En général, les charges cumulatives de 2 à 4 semaines ont démontré des OR plus élevés pour la TD et le DECeff. Cela peut indiquer que des charges cumulatives élevées sur 1 semaine n'augmentent pas de façon significative le risque de blessures, cependant, lorsque des charges élevées sont maintenues pendant de plus longues périodes, le risque de blessure peut augmenter considérablement. Cependant, pour les THSR, le risque de blessures augmente déjà pour des charges élevées sur une courte période (1 semaine).
Des effets bénéfiques ont été constatés pour une charge de travail hebdomadaire modérée par rapport aux charge plus faibles (30).
Un risque de blessures par surmenage moindre a également été constaté chez les footballeurs australiens avec une charge plus élevée d'une semaine pour le RPE x la durée par rapport à un groupe de charge inférieur (30).
En accord avec Gabbett et al (4), les résultats de la présente étude, démontrent qu’une répartition progressive de la charge est un paramètre pouvant influencer favorable le risque de blessure.
Pour le RPE x la durée, une relation a été établie entre une diminution du risque de blessures et un ACWR moyen à élevé.
Dans une étude de football professionnel utilisant la même méthode RPE, un risque de blessures inférieur a été trouvé pour les valeurs ACWR comprises entre 1,00 et 1,25 (8).
Cette étude fut la première dans le football professionnel à examiner les indicateurs de charge externes et internes en relation avec le risque de sur-sollicitation (7).
La recherche appliquée au plus haut niveau dans le football professionnel est une force de la présente étude. Cependant, la taille réduite de l'échantillon limite les analyses statistiques possibles et l'applicabilité immédiate aux autres équipes. En outre, selon l'étiologie multifactorielle des blessures, les facteurs de risque internes (condition physiques et antécédents lésionnels) et les facteurs de risque externes (équipement et environnement) peuvent influer sur le risque de blessures (2). Cette étude portait sur la relation univariée entre les indicateurs de charge et le risque de surutilisation et n'incluait pas les facteurs de risque internes ou externes.
De plus, il est important de considérer qu'il s'agit d'une étude d'association et non de prédiction. Malgré cet objectif spécifique, plusieurs relations ont été trouvées entre les indicateurs de charge et les risques de blessures plus ou moins élevés. Ces associations peuvent fournir des preuves concernant leur mise en œuvre dans les stratégies de surveillance des charges (16).
Dans de futures recherches, l'inclusion de facteurs de risque internes et externes peut améliorer encore l'estimation du risque de blessures et éventuellement permettre des études prédictives.
En outre, l'inclusion de la réponse des joueurs au match et à la charge d'entraînement, à l'aide de mesures subjectives auto-déclarées, pourrait clarifier davantage le processus de surmenage (36,37).
En outre, une valeur ACWR élevée en THSR doit être évitée. Au contraire, des effets protecteurs ont également été observés et un ACWR moyen est recommandé pour le ACCeff, DECeff et le RPE en fonction de la durée.
 
Conclusion :
En conclusion, cette étude démontre un équilibre délicat pour divers indicateurs de charge externes et internes concernant l'augmentation et la diminution du risque de blessure. Cela souligne la pertinence de surveiller ces variables de près pour optimiser la gestion de la charge et réduire les risques de blessures dans le football professionnel.
 
Article de référence :
Jaspers, A., Kuyvenhoven, J. P., Staes, F., Frencken, W. G., Helsen, W. F., & Brink, M. S. (2017). Examination of the external and internal load indicators’ association with overuse injuries in professional soccer players. Journal of science and medicine in sport.
 
Références :
1.Ekstrand J, Hägglund M, Waldén M. Injury incidence and injury patterns in pro-fessional football: the UEFA injury study. Br J Sports Med 2011; 45(7):553–558.
2. Windt J, Gabbett TJ. How do training and competition workloads relate to injury?The workload-injury aetiology model. Br J Sports Med 2017; 51(5):428–435.
3. Gabbett TJ, Kennelly S, Sheehan J et al. If overuse injury is a ‘training loaderror’, should undertraining be viewed the same way? Br J Sports Med 2016;50(17):1017–1018.
4. Gabbett TJ. The training-injury prevention paradox: should athletes be trainingsmarter and harder? Br J Sports Med 2016; 50(5):273–280.
5. Impellizzeri FM, Rampinini E, Marcora SM. Physiological assessment of aerobictraining in soccer. J Sports Sci 2005; 23(6):583–592.
6. Bowen L, Gross AS, Gimpel M et al. Accumulated workloads and theacute:chronic workload ratio relate to injury risk in elite youth football players.Br J Sports Med 2016; 51(5):452–459.
7. Jaspers A, Brink MS, Probst SG et al. Relationships between training loadindicators and training outcomes in professional soccer. Sports Med 2017;47(3):533–544.
8. Malone S, Owen A, Newton M et al. The acute:chonic workload ratio in relationto injury risk in professional soccer. J Sci Med Sport 2017; 20(6):561–565.
9. Mallo J, Dellal A. Injury risk in professional football players with special referenceto the playing position and training periodization. J Sports Med Phys Fitness 2012;52(6):631–638.
10. Ehrmann FE, Duncan CS, Sindhusake D et al. GPS and injury prevention in pro-fessional soccer. J Strength Cond Res 2016; 30(2):360–367.
11. Malone S, Roe M, Doran DA et al. High chronic training loads and exposure tobouts of maximal velocity running reduce injury risk in elite Gaelic football. J SciMed Sport 2017; 20(3):250–254.
12. Duhig S, Shield AJ, Opar D et al. Effect of high-speed running on hamstring straininjury risk. Br J Sports Med 2016; 50(24):1536–1540.
13. Colby MJ, Dawson B, Heasman J et al. Accelerometer and GPS-derived runningloads and injury risk in elite Australian footballers. J Strength Cond Res 2014;28(8):2244–2252.
14. Scott MT, Scott TJ, Kelly VG. The validity and reliability of global positioning sys-tems in team sport: a brief review. J Strength Cond Res 2016; 30(5):1470–1490.
15. Akenhead R, Nassis GP. Training load and player monitoring in high-levelfootball: current practice and perceptions. Int J Sports Physiol Perform 2016;11(5):587–593.
16. McCall A, Fanchini M, Coutts AJ. Prediction: the modern day sports sci-ence/medicine ‘quest for the holy grail’. Int J Sports Physiol Perform 2017;12(5):704–706. http://dx.doi.org/10.1123/ijspp.2017-0137.
17. Malone JJ, Lovell R, Varley MC et al. Unpacking the black box: applications andconsiderations for using GPS devices in sport. Int J Sports Physiol Perform 2017;12(Suppl. 2):S218–S226.
18. Varley MC, Jaspers A, Helsen WF et al. Methodological considerationswhen quantifying high-intensity efforts in team sport using global posi-tioning system technology. Int J Sports Physiol Perform 2017; 4:1–25.http://dx.doi.org/10.1123/ijspp.2016-0534 [Epub ahead of print].
19. Foster C, Florhaug JA, Franklin J et al. A new approach to monitoring exercisetraining. J Strength Cond Res 2001; 15(1):109–115.
20. Fuller CW, Ekstrand J, Junge A et al. Consensus statement on injury definitionsand data collection procedures in studies of football (soccer) injuries. Br J SportsMed 2006; 40(3):193–201.
21. Rogalski B, Dawson B, Heasman J et al. Training and game loads and injury riskin elite Australian footballers. J Sci Med Sport 2013; 16(6):499–503.
22. Hulin BT, Gabbett TJ, Blanch P et al. Spikes in acute workload are associatedwith increased injury risk in elite cricket fast bowlers. Br J Sports Med 2014;48(8):708–712.
23. Cross MJ, Williams S, Trewartha G et al. The influence of in-season training loadson injury risk in professional rugby union. Int J Sports Physiol Perform 2016;11(3):350–355.
24. Hopkins WG, Marshall SW, Batterham AM et al. Progressive statistics for studiesin sports medicine and exercise science. Med Sci Sports Exerc 2009; 41(1):3–13.
25. Batterham AM, Hopkins WG. Making meaningful inferences about magnitudes.Int J Sports Physiol Perform 2006; 1(1):50–57.
26. Hopkins WG. A spreadsheet for deriving a confidence interval, mechanistic infer-ence and clinical inference from a P value. Sportscience 2007; 11:16–21.
27. Buchheit M. Applying the acute:chronic workload ratio in elite foot-ball: worth the effort? Br J Sports Med 2017; 51(18):1325–1327.http://dx.doi.org/10.1136/bjsports-2016-097017.
28. Nédélec M, McCall A, Carling C et al. Recovery in soccer: part I − post-matchfatigue and time course of recovery. Sports Med 2012; 42(12):997–1015.
29. Scott BR, Duthie GM, Thornton HR et al. Training monitoring for resistanceexercise: theory and applications. Sports Med 2016; 46(5):687–698.
30. Veugelers KR, Young WB, Fahrner B et al. Different methods of training loadquantification and their relationship to injury and illness in elite Australianfootball. J Sci Med Sport 2016; 19(1):24–28.
31. Brito J, Hertzog M, Nassis GP. Do match-related contextual variables influ-ence training load in highly trained soccer players? J Strength Cond Res 2016;30(2):393–399.
32. Nassis GP, Hertzog M, Brito J. Workload assessment in soccer: an open-minded,critical thinking approach is needed. J Strength Cond Res 2017; 31(8):e77–e78.
33. Abbiss CR, Peiffer JJ, Meeusen R et al. Role of ratings of perceived exertion dur-ing self-paced exercise: what are we actually measuring? Sports Med 2015;45(9):1235–1243.
34. McLaren SJ, Smith A, Spears IR et al. A detailed quantification of differentialratings of perceived exertion during team-sport training. J Sci Med Sport 2017;20(3):290–295.
35. Impellizzeri FM. Together we are stronger: multicenter studies. Int J Sports Phys-iol Perform 2017; 12(2):141.
36. Saw AE, Main LC, Gastin PB. Monitoring the athlete training response: subjectiveself-reported measures trump commonly used objective measures: a systematicreview. Br J Sports Med 2016; 50(5):281–291.
37. van der Does HT, Brink MS, Otter RT et al. Injury risk is increased by changes inperceived recovery of team sport players. Clin J Sport Med 2017; 27(1):46–51.
38. Carey DL, Blanch P, Ong KL et al. Training loads and injury risk inAustralian football-differing acute: chronic workload ratios influ-ence match injury risk. Br J Sports Med 2017; 51(16):1215–1220.http://dx.doi.org/10.1136/bjsports-2016-096309.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter