KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Nouvelle formation Kinésithérapie Echo-assistée
  • Kinesport partenaire et affilié au football élite
  • Formation Ki-Dos
  • Récupération dans le Sport


Quelles sont les différences de stratégies motrices entre les sujets sains et ceux souffrant de conflit fémoro-acétabulaire ?

King M G et al.



Biomécanique du membre inférieur chez des patients souffrant de conflit fémoro-acetabulaire : une revue systématique et maté analyse. 

Les schémas moteurs des patients avec FAI étaient différents des patients contrôles. Plus précisément, les patients atteints de FAI présentaient une extension, une ROM et un pic de rotation interne de hanche réduit pendant la phase d'appui lors de la marche et une profondeur de squat moindre, sans différence de flexion de hanche.
 
 
Introduction :
Le conflits fémoro-acétabulaire (FAI) est une affection liée au mouvement qui est associée au développement de lésions du labrum et à un risque accru de coxarthrose (1,2,4). Les recommandations récentes de l'accord de Warwick concluent que le FAI a une présentation complexe et ne peut être diagnostiqué que par la présence de symptômes en position de conflit (flexion et rotation interne) et d’une altération de la morphologie osseuse (1).
Il existe deux types de conflits, la morphologie de type pince est caractérisée par un excès de couverture de l'acétabulum, tandis que la morphologie de type cam est caractérisée par une proéminence osseuse à la jonction tête-col fémorale (5).
La présence de changements morphologiques sans signes cliniques ni symptômes n'est pas considérée comme un FAI (1), et ne prédit pas son développement (6).
Le type cam a été rapportée chez 60% à 90% des athlètes (7-10). Cependant, les facteurs qui délimitent ceux qui développent des symptômes et ceux qui ne le font pas ne sont pas clairs.
Des altérations biomécaniques ont été décrites chez des patients avec FAI mais peu de synthèses ont été réalisées. Une revue systématique récente a conclu que les patients avec FAI avaient une plus faible amplitude de mouvement (ROM) dans les positions de conflit (11).
Les meilleures options de traitement pour les patients souffrant de FAI sont inconnues. La chirurgie est de plus en plus populaire et vise à rétablir une morphologie tête-col optimale pour soulager les symptômes et améliorer la fonction. Cependant, les taux d'arthroscopie augmentent malgré l'absence de preuves tangibles (13). Les effets des interventions chirurgicales ou conservatrices sur les déficiences biomécaniques ne sont pas clairs. Par conséquent, les objectifs de cette revue systématique étaient : (1) identifier les différences dans la biomécanique de la hanche et du bassin chez les patients atteints de FAI par rapport au membre controlatéral asymptomatique ou à un groupe témoin dans les activités quotidiennes et (2) évaluer les effets des interventions conservatrices et chirurgicales sur la biomécanique de la hanche et du bassin au cours de ces activités.
Le protocole d'examen systématique a été élaboré selon le modèle PRISMA.
Quelles sont les différences de stratégies motrices entre les sujets sains et ceux souffrant de conflit fémoro-acétabulaire ?

Résultats et discussion :
Les schémas moteurs des patients avec FAI étaient différents des patients contrôles. Plus précisément, les patients atteints de FAI présentaient une extension, une ROM et un pic de rotation interne de hanche réduit pendant la phase d'appui lors de la marche et une profondeur de squat moindre, sans différence de flexion de hanche.
Les résultats groupés des différences cinématiques de hanche pendant la marche s'appuient sur les résultats d’une revue précédente (11), mais peu de conclusions peuvent être faites pour les autres tâches, et pour la cinématique pelvienne. Ceux-ci représentent des domaines de recherche future.
La réduction de l'extension de hanche en fin de phase d’appui lors de la marche concorde avec les résultats des coxarthrose (36) et des arthroplasties totales de hanche (38). Une réduction de l’extension peut être une stratégie compensatoire permettant de réduire la charge à la partie antérieure de l’articulation. Il a également été émis l'hypothèse que ce comportement diminuait le stimulus de la musculature antérieure de hanche, ce qui peut avoir une incidence négative sur la stabilité (40,41).
Les patients atteints de FAI ont produit un pic de rotation externe plus faible et des angles de rotation interne moindres pendant la marche par rapport aux contrôles. Ces adaptations peuvent représenter une stratégie pour d’évitement de la rotation interne, qui est souvent signalée comme douloureuse chez les patients avec FAI (5).
Comme les moments externes sont compensés par les moments internes des groupes musculaires antagonistes, un couple de rotations externes de pointe plus faible peut diminuer la demande sur les rotateurs internes afin de minimiser l'inconfort (27).
La taille de l'effet était faible pour l'angle maximal d'extension de hanche (-0,40), modérée pour l'angle de rotation interne (-0,67) et modérée pour le couple de rotation externe (-0,71). Les implications cliniques de ces différences et les effets à long terme des altérations de la biomécanique sur la santé articulaire et chez les patients atteints de FAI sont inconnus, car aucune étude n'a évalué ces résultats au fil du temps.
Des études longitudinales pour déterminer si ces différences dans la cinématique de marche sont associées aux symptômes ou à la progression de la maladie sont nécessaires pour comprendre si ces déficiences peuvent bénéficier de stratégies de gestion ciblées, ou s'il s'agit de stratégies protectrices. De telles informations amélioreraient notre compréhension de l'association entre FAI et coxarthrose.
 
Quelles sont les différences de stratégies motrices entre les sujets sains et ceux souffrant de conflit fémoro-acétabulaire ?

Quelles sont les différences de stratégies motrices entre les sujets sains et ceux souffrant de conflit fémoro-acétabulaire ?
Les participants avec FAI effectuaient une tache de squat moins profondément que les sujets contrôles, en dépit de la différence d'angle de flexion de hanche. La profondeur du squat est réduite, mais l’absence de différence dans l'angle de flexion de hanche peut refléter une mauvaise programmation motrice, une douleur ou une peur de la tâche. Avant que des recommandations puissent être faites, des recherches plus approfondies sur les obstacles à la réalisation d’un squat complet doivent être explorées.

Quelles sont les différences de stratégies motrices entre les sujets sains et ceux souffrant de conflit fémoro-acétabulaire ?
Il n'y avait pas suffisamment d'études pour tirer des conclusions pour la pratique clinique sur des tâches telles que la montée d'escalier et les réceptions de sauts. Les auteurs recommandent que des recherches plus approfondies soient menées sur ces activités ainsi que d’autres plus complexes afin de fournir un meilleur aperçu des stratégies de mouvement associées au FAI et si un focus sur ces différences pourrait être bénéfique dans les stratégies de prise en charge.
Ces derniers temps, il y a eu une augmentation rapide des taux de chirurgie arthroscopique pour FAI (13). Cependant, seulement trois études ont évalué les effets des interventions chirurgicales sur la biomécanique des membres inférieurs pendant la marche, le squat et la montée d’escaliers.
Les résultats contradictoires concernant l'effet de la chirurgie pendant la marche peuvent être dus à la technique chirurgicale utilisée (arthroscopique vs ouvert / combiné), le type de FAI (cam, pince, cohorte combinée vs cam) ou le temps de suivi (12 mois vs 10-32 mois).
Les résultats de l'examen indiquent que les interventions chirurgicales peuvent n'avoir aucun effet sur la cinématique de la hanche lors de la montée d’escalier ou les tâches de squat.
D'autres recherches, déterminant les effets de l'intervention chirurgicale sur la biomécanique, sont nécessaires pour tirer des conclusions cliniques. Des rapports plus rigoureux sur les protocoles de réadaptation postopératoires sont également nécessaires pour mieux interpréter les résultats et formuler des recommandations.
L'examen démontre l'absence d'études évaluant l'effet de l'exercice ou de la physiothérapie sur la biomécanique chez les patients atteints de FAI, ce qui devrait être abordé dans de futures études.
 
Conclusion :
Cette revue systématique a identifié 11 études transversales et trois études d'intervention pré-post de qualité faible à modérée. Basé sur des données regroupées de ces études, il a été trouvé que les patients atteints de FAI présentaient des altérations de la cinématique de hanche dans des activités telles que la marche et l'accroupissement, avec des preuves insuffisantes pour tirer des conclusions cliniques significatives dans des tâches telles que montée d'escalier, l’assis /debout ou la réception de saut.
L'examen a révélé des modifications faibles à modérées dans les stratégies de mouvement de la hanche telles que l'extension maximale, l'angle de rotation interne et le couple de rotation externe pendant la marche, ainsi qu'une diminution de la profondeur du squat chez les patients.
 
Article de référence :
King MG, Lawrenson PR, Semciw AI, et al. Lower limb biomechanics in femoroacetabular
impingement syndrome: a systematic review and meta-analysis. Br J Sports Med 2018;52:566–580.
 
Références :
1 Griffin DR, Dickenson EJ, O’Donnell J, et al. The Warwick Agreement on femoroacetabular impingement syndrome (FAI syndrome): an international consensus statement. Br J Sports Med 2016;50:1169–76.
2 Martin RL, Enseki KR, Draovitch P, et al. Acetabular labral tears of the hip: examination and diagnostic challenges. J Orthop Sports Phys Ther 2006;36:503–15.
3 Groh MM, Herrera J. A comprehensive review of hip labral tears. Curr Rev Musculoskelet Med 2009;2:105–17.
4 Agricola R, Waarsing JH, Arden NK, et al. Cam impingement of the hip: a risk factor for hip osteoarthritis. Nat Rev Rheumatol 2013;9:630–4.
5 Byrd JW. Femoroacetabular impingement in athletes: current concepts. Am J Sports Med 2014;42:737–51.
6 Agricola R, Heijboer MP, Bierma-Zeinstra SM, et al. Cam impingement causes osteoarthritis of the hip: a nationwide prospective cohort study (CHECK). Ann Rheum Dis 2013;72:918–23.
7 Johnson AC, Shaman MA, Ryan TG. Femoroacetabular impingement in former highlevel youth soccer players. Am J Sports Med 2012;40:1342–6.
8 Agricola R, Bessems JH, Ginai AZ, et al. The development of Cam-type deformity in adolescent and young male soccer players. Am J Sports Med 2012;40:1099–106.
9 Siebenrock KA, Ferner F, Noble PC, et al. The cam-type deformity of the proximal femur arises in childhood in response to vigorous sporting activity. Clin Orthop Relat Res 2011;469:3229–40.
10 Lahner M, Walter PA, von Schulze Pellengahr C, et al. Comparative study of the femoroacetabular impingement (FAI) prevalence in male semiprofessional and amateur soccer players. Arch Orthop Trauma Surg 2014;134:1135–41.
11 Diamond LE, Dobson FL, Bennell KL, et al. Physical impairments and activity limitations in people with femoroacetabular impingement: a systematic review. Br J Sports Med 2015;49:230–42.
12 Rylander J, Shu B, Favre J, et al. Functional testing provides unique insights into the pathomechanics of femoroacetabular impingement and an objective basis for evaluating treatment outcome. J Orthop Res 2013;31:1461–8.
13 Reiman MP, Thorborg K, H.lmich P. Femoroacetabular impingement surgery is on the rise-but what is the next step? J Orthop Sports Phys Ther 2016;46:406–8.
14 Moher D, Liberati A, Tetzlaff J, et al. Preferred reporting items for systematic reviews and meta-analyses: the PRISMA statement. Int J Surg 2010;8:336–41.
15 Genaidy AM, Lemasters GK, Lockey J, et al. An epidemiological appraisal instrument - a tool for evaluation of epidemiological studies. Ergonomics 2007;50:920–60.
16 Nix SE, Vicenzino BT, Collins NJ, et al. Characteristics of foot structure and footwear associated with hallux valgus: a systematic review. Osteoarthritis Cartilage 2012;20:1059–74.
17 Cohen J. Statisticcal power analysis for the behavioral sciences. Hillsdale: England Lawrence Eribaum Associates, 1988.
18 Higgins JP, Thompson SG, Deeks JJ, et al. Measuring inconsistency in meta-analyses. BMJ 2003;327:557–60.
19 van Tulder M, Furlan A, Bombardier C, et al. Updated method guidelines for systematic reviews in the cochrane collaboration back review group. Spine 2003;28:1290–9.
20 Hart HF, Culvenor AG, Collins NJ, et al. Knee kinematics and joint moments during gait following anterior cruciate ligament reconstruction: a systematic review and metaanalysis. BJSM online 2015.
21 Freke MD, Kemp J, Svege I, et al. Physical impairments in symptomatic femoroacetabular impingement: a systematic review of the evidence. Br J Sports Med 2016;50:1180.
22 Rathleff MS, Rathleff CR, Crossley KM, et al. Is hip strength a risk factor for patellofemoral pain? A systematic review and meta-analysis. Br J Sports Med 2014;48:1088.
23 Brisson N, Lamontagne M, Kennedy MJ, et al. The effects of cam femoroacetabular impingement corrective surgery on lower-extremity gait biomechanics. Gait Posture 2013;37:258–63.
24 Kennedy MJ, Lamontagne M, Beaul. PE. Femoroacetabular impingement alters hip and pelvic biomechanics during gait Walking biomechanics of FAI. Gait Posture 2009;30:41–4.
25 Diamond LE, Wrigley TV, Bennell KL, et al. Hip joint biomechanics during gait in people with and without symptomatic femoroacetabular impingement. Gait Posture 2016;43:198–203.
26 Hetsroni I, Funk S, Ben-Sira D, et al. Femoroacetabular impingement syndrome is associated with alterations in hindfoot mechanics: A three-dimensional gait analysis study. Clin Biomech 2015;30:1189–93.
27 Hunt MA, Guenther JR, Gunether JR, et al. Kinematic and kinetic differences during walking in patients with and without symptomatic femoroacetabular impingement. Clin Biomech 2013;28:519–23.
28 Kumar D, Dillon A, Nardo L, et al. Differences in the association of hip cartilage lesions and cam-type femoroacetabular impingement with movement patterns: a preliminary study. Pm R 2014;6:681–9.
29 Samaan MA, Schwaiger BJ, Gallo MC, et al. Joint loading in the sagittal plane during gait is associated with hip joint abnormalities in patients with femoroacetabular impingement. Am J Sports Med 2017;45.
30 Bagwell JJ, Snibbe J, Gerhardt M, et al. Hip kinematics and kinetics in persons with and without cam femoroacetabular impingement during a deep squat task. Clin Biomech 2016;31:87–92.
31 Lamontagne M, Kennedy MJ, Beaul. PE. The effect of cam FAI on hip and pelvic motion during maximum squat. Clin Orthop Relat Res 2009467645–50.
32 Ng KC, Lamontagne M, Adamczyk AP, et al. Patient-specific anatomical and functional parameters provide new insights into the pathomechanism of cam FAI. Clin Orthop Relat Res 2015;473:1289–96.
33 Hammond CA, Hatfield GL, Gilbart MK, et al. Trunk and lower limb biomechanics during stair climbing in people with and without symptomatic femoroacetabular impingement. Clin Biomech 2017;42:108–14.
34 Samaan MA, Schwaiger BJ, Gallo MC, et al. Abnormal joint moment distributions and functional performance during sit-to-stand in femoroacetabular impingement patients. Pm R 2017;9:08:08.
35 Lamontagne M, Brisson N, Kennedy MJ, et al. Preoperative and postoperative lower-extremity joint and pelvic kinematics during maximal squatting of patients with cam femoro-acetabular impingement. J Bone Joint Surg Am 201193 Suppl 240–5.
36 Watelain E, Dujardin F, Babier F, et al. Pelvic and lower limb compensatory actions of subjects in an early stage of hip osteoarthritis. Arch Phys Med Rehabil 2001;82:1705–11.
37 Hurwitz DE, Hulet CH, Andriacchi TP, et al. Gait compensations in patients with osteoarthritis of the hip and their relationship to pain and passive hip motion. J Orthop Res 1997;15:629–35.
38 Beaulieu ML, Lamontagne M, Beaul. PE. Lower limb biomechanics during gait do not return to normal following total hip arthroplasty. Gait Posture 2010;32:269–73.
39 Lewis CL, Sahrmann SA, Moran DW. Effect of hip angle on anterior hip joint force during gait. Gait Posture 2010;32:603–7.
40 Semciw AI, Green RA, Murley GS, et al. Gluteus minimus: an intramuscular EMG investigation of anterior and posterior segments during gait. Gait Posture 2014;39:822–6.
41 Semciw AI, Pizzari T, Murley GS, et al. Gluteus medius: an intramuscular EMG investigation of anterior, middle and posterior segments during gait. J Electromyogr Kinesiol 2013;23:858–64.
42 Weir A, Rabia S, Ardern C. Trusting systematic reviews and meta-analyses: all that glitters is not gold!. Br J Sports Med 2016;50:1100–1.
43 McGinley JL, Baker R, Wolfe R, et al. The reliability of three-dimensional kinematic gait measurements: a systematic review. Gait Posture 2009;29:360–9.
44 Wilken JM, Rodriguez KM, Brawner M, et al. Reliability and Minimal Detectible Change values for gait kinematics and kinetics in healthy adults. Gait Posture 2012;35:301–7.
45 Lelas JL, Merriman GJ, Riley PO, et al. Predicting peak kinematic and kinetic parameters from gait speed. Gait Posture 2003;17:106–12.
46 Hetsroni I, Dela Torre K, Duke G, et al. Sex differences of hip morphology in young adults with hip pain and labral tears. Arthroscopy 2013;29:54–63.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales