KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Ki-Dos
  • Récupération dans le Sport


Reconnaissance précoce de l'arrêt cardiaque soudain chez les athlètes lors d'activités sportives



Panhuyzen-Goedkoop, N. M., Wellens, H. J., & Piek, J. J.
 
L'arrêt cardiaque soudain ou la mort subite cardiaque (SCA / SCD) chez les athlètes lors d'activités sportives reste l'un des événements les plus horrifiants et tragiques. L'impact de cet événement létal inattendu chez un athlète apparemment en bonne santé est énorme pour toutes les personnes impliquées : entraîneurs, coéquipiers, personnel paramédical et médical, famille, spectateurs.
Une réanimation cardio-pulmonaire immédiate (CPR) et une défibrillation sur place avec un défibrillateur externe automatisé (DEA) doivent être initiées pour sauver la vie de l'athlète [1-11]. Si la fibrillation ventriculaire ne s'arrête pas avec la défibrillation, la probabilité de survie diminuera de 10% par minute [3, 5, 10].

Sur 100 000 athlètes ayant un SCA par an dans le monde, 0,6-2,85 athlètes meurent [14-17].
Certains de ces décès peuvent être évités en recherchant l'éligibilité, en traitant la condition et en identifiant les athlètes à risque de SCA / SCD lors de la participation sportive [2-4, 14-17]. Le taux de survie lors de SCA chez les étudiants-athlètes peut être élevé (89%) grâce à une reconnaissance précoce et la mise en place précoce de la CPR et DEA, comme cela a été observé lors d'une étude prospective de 2 149 lycées équipés d'un DEA [18].
Au cours de la période d'étude, 59 cas de SCA ont été signalés. Parmi ces cas, 18 étudiants-athlètes ont reçu une CPR immédiate sur le terrain et 16 (89%) ont survécu [18].
Dans un registre allemand (2012-2014), Bohm et al. ont constaté que de nombreux SCA liés au sport ont été observés dans des installations sportives publiques (87%) et que la CPR immédiate a été initiée dans 82% des cas [9]. Dans 48 des 55 cas, il s’agissait d’une fibrillation ventriculaire [9]
Dans un registre français similaire (2005-2010), Marijon et al. ont observé que la plupart des SCA dans l'activité athlétique ont été observés mais que la défibrillation avec un DEA était extrêmement rare (<1%), même si lors de fibrillation ventriculaire (58,8%) [8]. Elle rapporta également un taux de survie plus élevé chez les sportifs (22,8%) que dans l'ensemble de la population (8%) [8].
Dans certains cas, le SCA pendant l'activité sportive est le premier symptôme d'un trouble cardiaque sous-jacent (maladie cardiaque héréditaire - cardiomyopathie hypertrophique, canalopathie - une anomalie coronarienne - ou myocardite virale) chez les athlètes de 35 ans et moins [8-10, 15, 16].

Qu'apprenons-nous de tous ces cas de SCA / SCD assistés par caméra chez les athlètes pendant leur activité sportive ? Pourquoi les athlètes meurent-ils encore sur le terrain malgré les protocoles de CPR mis à jour, les cours d'enseignement et l'utilisation d'un AED, qui ont tous montré qu'ils amélioraient les chances de survie [1, 4, 6, 8, 9, 13, 18, 20, 21] ?

Le facteur crucial est le temps perdu parce que les spectateurs ne s'attendent pas à un SCA chez un athlète en bonne santé entraînant un retard du massage cardiaque pour assurer la perfusion cérébrale et la perfusion coronarienne. Le massage cardiaque devrait être suivi par l'étape suivante de la chaîne de survie, la défibrillation précoce [2, 4, 8-10, 13, 18, 20-22].
Les conseils de réanimation ont publié des informations sur la réanimation cardio-respiratoire immédiate en utilisant le protocole voie aérienne-respiration-circulation (Airway-Breathing-Circulation : ABC) et en restaurant le rythme cardiaque à l'aide d'un DEA [4, 13].
La section cardiologie sportive de l'European Society of Cardiology (ESC), l'American Heart Association (AHA), l'American College of Cardiology (ACC) et l'American National Collegiate Athletic Association (NCAA) ont fourni des plans d'action médicaux détaillés en cas d'événements cardiaques au cours de l'activité physique (formation du personnel au premiers soins de réanimation (BLS), à l'utilisation d'un DEA et aux systèmes de communication mobiles 112 (UE) ou 911 (États-Unis)) [4, 10, 23].
Aussi, les instances dirigeantes sportives internationales et la NCAA ont mis en place toutes ces stratégies de CPR en cas de SCA chez les athlètes [10, 24].
 
En passant en revue les images et les vidéos sur Internet témoignant des SCA non traumatiques chez les athlètes en action, il était étonnant de constater qu'aucun spectateur ou membre de l'équipe n'avait commencé un massage cardiaque immédiat, mais appelait au secours ou essayait d'ouvrir les voies respiratoires de la victime.
Les spectateurs, y compris le personnel médical et les coéquipiers, n'étaient probablement pas responsables de ne pas avoir reconnu immédiatement cet événement mortel.
Dans un cas, cependant, trois médecins responsables de la procédure de réanimation ont été accusés de ne pas avoir correctement traité un joueur de football et de ne pas avoir utiliser de DEA : ils ont été condamnés à une peine d'un an de prison pour homicide involontaire.
La survenue inattendue d’un SCA est une surprise complète, et la plupart des personnes présentent ont manqué le moment de syncope parce qu'ils suivaient le match.
De plus, les spectateurs ont perdu un temps précieux en suivant l'AB de l'ABC du protocole de CPR en essayant d'ouvrir les voies aériennes. Cela a également été observé dans une étude publiée récemment sur le phénomène de « déglutition de la langue » [12]. Viskin et al. ont analysé 29 vidéos de syncope et de SCA chez des athlètes pendant l'activité sportive (dont deux athlètes ont survécu et trois sont morts entre 2015-2017) obtenues sur Internet, et ont trouvé que les spectateurs pensaient probablement que la cause de l'inconscience était le phénomène de «déglutition de la langue» [12].
Dans la tentative d'ouverture des voies respiratoires, les spectateurs n'ont probablement pas reconnu l'existence d'une tachycardie ventriculaire / fibrillation ventriculaire et des minutes précieuses se sont écoulées sans massage cardiaque et / ou défibrillation [12]. Il est également difficile de croire qu'un athlète qui avale sa langue pendant une activité sportive soit la cause d'un SCA non traumatique.
À ce jour, il n'y a pas de description dans les lignes directrices de réanimation sur la reconnaissance précoce des SCA autres que les victimes inconscientes avec respiration interrompue ou agonisante [4, 10, 13]. Il semble que cette description n'est pas optimale pour aider les spectateurs de reconnaître un SCA non traumatique chez les athlètes [4, 10, 13].
 
Reconnaître un arrêt cardiaque soudain pendant une activité sportive
 
Revoir les images et les vidéos de certains cas bien connus de SCA (MVF (2003), MF (2004), AP (2007), FM (2012), PM (2012), AN (2017)) mais aussi d’image de SCA sur internet d'athlètes adolescents et adultes inconnus participant à un niveau inférieur nous aide à reconnaître la syncope non traumatique sur le terrain. L'athlète, souvent asymptomatique, participe normalement à son activité sportive. Tout à coup, une perte de conscience se produit. Cela peut être initié par une tachycardie ventriculaire soutenue ou une fibrillation ventriculaire. Certains athlètes commencent à s'appuyer sur leurs genoux et perdent soudainement leur position verticale pour s'asseoir (tableau 1).

Reconnaissance précoce de l'arrêt cardiaque soudain chez les athlètes lors d'activités sportives
Ils tombent à l'envers sur le sol, rebondissent une ou plusieurs fois et ne répondent plus avec les bras écartés ou allongés le long de leur corps. D'autres athlètes « tombent morts » soudainement. Ils tombent face cachée et ne réagissent pas immédiatement. La situation dans laquelle l'athlète se penche en avant sur ses genoux et ne s'assoit pas est probablement due à une tachycardie ventriculaire rapide avec une perte de débit cardiaque suffisante.
Après que l'athlète s'est effondré sur le sol et ne répond plus, cette tachycardie ventriculaire devient une tachycardie ventriculaire sans pouls et / ou se détériore en fibrillation ventriculaire. La situation dans laquelle l'athlète « tombe raide » reflète probablement l'apparition et la poursuite de la fibrillation ventriculaire. Lorsque la circulation n'est pas rétablie immédiatement par un massage cardiaque, les pupilles des yeux de l'athlète ont un regard fixe, souvent vers le haut.
 

Conclusion


La syncope non traumatique et le SCA chez les athlètes peuvent être reconnus par un étourdissement soudain inattendu suivi d'une perte de la position verticale, d'une perte de la respiration normale et des yeux grands ouverts avec les pupilles fixes, comme dans les six SCA des athlètes observés dans cette étude. L'athlète doit être placé en décubitus dorsal et un massage cardiaque immédiat doit être commencé, suivi des étapes nécessaires pour rétablir le rythme cardiaque normal dès que possible
Les conseils internationaux de réanimation devraient inclure des directives spéciales pour les SCA non traumatiques chez les athlètes pendant les activités sportives, en insistant sur les connaissances requises pour la reconnaissance précoce des SCA.
 

Article de référence


Panhuyzen-Goedkoop, N. M., Wellens, H. J., & Piek, J. J. (2018). Early recognition of sudden cardiac arrest in athletes during sports activity. Netherlands Heart Journal26(1), 21-25.
 
 
Références
1. Nolan JP, Soar J, Zideman DA, et al. European resuscitation council guidelines for resuscitation 2010 section 1: executive summery. Resuscitation. 2010;81:1219–76.
2. Link M, Estes MNA III. Sudden cardiac death in the athlete bridging the gaps between evidence, policy, and practice. Circulation. 2012;125:2511–6.
3. Frõhlich GM, Lyon RM, Sasson C, et al. Out-of-hospital cardiac arrest—optimal management. Curr Cardiol Rev. 2013;9:316–24.
4. Link MS, Myerburg RJ, Estes NA III. Eligibility and disqualification recommendations for competitive athletes with cardiovascular abnormalities: Task Force 12: emergency action plans, resuscitation,
cardiopulmonary resuscitation, and auto- mated external defibrillators: a scientific statement from the American Heart Association and American College of Cardiology. J Am Coll Cardiol. 2015;66:2434–8.
5. Berdowski J, Berg RA, Tijssen JG, et al. Global incidences of outof- hospital cardiac arrest and survival rates: systematic review of 67 prospective studies. Resuscitation. 2010;81:1479–87.
6. Berdowski J, Schulten RJ, Tijssen JGP, et al. Delaying a shock after takeover from the automated external defibrillator by paramedics is associated with decreased survival. Resuscitation. 2010;81:287–92.
7. Adielsson A, Hollenberg J, Karlsson T, et al. Increase in survival and bystander CPR in out-of-hospital shockable arrhythmia: bystander CPR and female gender are predictors of improved outcome. Experiences from Sweden in an 18-year perspective. Heart. 2011;97:1391–6.
8. Marijon E, Bougouin W, Karam N, et al. Survival from sports-related sudden cardiac arrest: In sports facilities versus outside of sports facilities. Am Heart J. 2015;170:339–345.e1.
9. Bohm P, Scharhad J, Meyer T. Data from a nationwide registry on sports-related sudden cardiac death in Germany. Eur J Prev Cardiol. 2016;23:649–56.
10. Hainline B, Drezner JA, Baggish A, et al. Interassociation consensus statement on cardiovascular care of college student-athletes. J Athl Train. 2016;51:344–57. https://doi.org/10.1016/j.jacc.2016. 03.527.
11. Risgaard B. Sudden cardiac death: a nationwide cohort study among the young. Dan Med J. 2016;63(12):B5321.
12. Viskin D, Rosso R, Havakuk O, et al. Attempts to prevent ‘tongue swallowing’ may be well the main obstacle for successful bystander resuscitation of athletes with cardiac arrest. Heart Rhythm. 2017;17:1547–52. https://doi.org/10.1016/j.hrhm,2017.08.012.
13. Perkins GD, Handley AJ, Koster RW. European resuscitation council guidelines for resuscitation 2015. Section 2. Adult basiclife support and automated external defibrillation. Resuscitation. 2015;95:81–99.
14. Corrado D, Basso C, Pavei A, et al. Trends in sudden cardiovascular death in young competitive athletes after implementation of a pre-participation screening program. J Am Med Assoc. 2006;296:1593–601.
15. Corrado D, Pelliccia A, Bjornstad HH, et al. Cardiovascular preparticipation screening of young competitive athletes for prevention of sudden death: proposal for a common European protocol. Consensus Statement of the Study Group of Sport Cardiology of the Working Group of Cardiac Rehabilitation and Exercise Physiology
and the Working Group of Myocardial and Pericardial Diseases of the European Society of Cardiology. Eur Heart J. 2005;26:516–24.
16. Harmon KG, Asif IM, Maleszewski JJ, et al. Incidence, etiology, and comparative frequency of sudden cardiac death in NCAA athletes: a decade in review. Circulation. 2015;132:10–9.
17. Harmon KG, Asif IM,Maleszewski JJ, et al. Incidence and etiology of sudden cardiac arrest and death in high school athletes in the United States. Mayo Clin Proc. 2016;91:1493–502.
18. Drezner JA, Toresdahl BG, Rao AL, et al. Outcomes from sudden cardiac arrest in US high schools: a 2-year prospective study from the National Registry for AED Use in Sports. Br J Sports Med. 2013;47:1179–83.
19. Maron BJ, Poliac LC, Kaplan JA, et al. Blunt impact tot the chest leading to sudden death from cardiac arrest during sports activities. N Eng J Med. 1995;333:337–42.
20. HazinskiMF, Nadkarni VM, Hickey RW, et al.Major changes in the 2005 AHA guidelines for CPR and ECC, reaching the tipping point for change. Editorial. Circulation. 2005;112(11):IV206–IV11.
21. Panhuyzen-Goedkoop NM, Piek JJ. Resuscitation on the playing field, editorial. Neth Heart J. 2017; https://doi.org/10.1007/s12471-017-1043-7.
22. Drezner J, Harmon K, Heistand J, et al. Effectiveness of emergency response planning for sudden cardiac arrest in United States high schools with automated external defibrillators. Circulation. 2009;120:518–25.
23. Borjesson M, Serratosa L, Carre F, et al. Consensus document regarding cardiovascular safety at sports arenas: position stand from the European Association of Cardiovascular Prevention and Rehabilitation (EACPR), section of Sports Cardiology. Eur Heart J. 2011;32:2119–24.
24. Dvorak J, Kramer EB, Schmied CM, et al. The FIFA medical emergency bag and FIFA 11 steps to prevent sudden cardiac death: setting a global standard and promoting consistent football field emergency care. Br J Sports Med. 2013;47:1199–202.
 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales