KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • Upgrade Lésions musculaires
  • KSP
  • KSP
  • KSP
  • KSP


Running: les modes passées,2

Denis RICHE explique Le régime dissocié scandinave, RDS, et les raisons pour lesquelles ce régime n'a pas duré.



Running: les modes passées,2

LE REGIME DISSOCIE SCANDINAVE :


Ce mode d’alimentation caricaturale, mais très populaire au cœur des seventies, est né en Scandinavie au début des années 60. Il a été conçu dans l'idée d'accroître la capacité de stockage en glycogène des muscles. Rappelons que cette forme de mise en réserve des glucides (ou « sucres ») est relativement limitée, alors qu’elle permet de soutenir des efforts intenses. D’où l’intérêt potentiel qu’il y aurait à en accroître la disponibilité. Grâce à l’invention d’une nouvelle technique permettant le prélèvement de petits échantillons de tissus musculaires, Bergström et ses collègues suédois ont pu faire notablement avancer nos connaissances. Lors d'une expérience restée célèbre, il a demandé à des sujets peu entraînés d'effectuer une séance intense sur une bicyclette particulière, munie d'une seule pédale. Ce système permet d'épuiser les réserves de glycogène d'un seul côté, celui de la jambe gauche par exemple, la droite servant alors de "contrôle". A l'issue de ce premier test, les cobayes se reposaient trois jours aux cours desquels ils recevaient une alimentation particulièrement riche en glucides. Des biopsies étaient ensuite effectuées à droite et à gauche qui montraient un taux de glycogène dans la jambe gauche presque deux fois supérieur au taux normal de la jambe droite. Ils en déduisirent que la combinaison d'un effort épuisant et d'un régime riche en glucides permettait l'élévation des capacités de stockage. Ces chercheurs en déduisirent alors, peut-être de manière abusive, que les performances s’en trouveraient améliorées… comme si, chez le sportif, seuls les muscles et les réserves d’énergie décidaient des résultats en compétition ! Aujourd'hui encore, beaucoup d'athlètes observent ce principe en se livrant à un effort épuisant trois jours avant la date fatidique de la compétition.





Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter