KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


S’entraîner dur pour bien dormir ? Perception de la charge d’entraînement, quantité de sommeil et distribution des phases d’endormissement chez des sportifs professionnels



S’entraîner dur pour bien dormir ? Perception de la charge d’entraînement, quantité de sommeil et distribution des phases d’endormissement chez des sportifs professionnels

Introduction


Les athlètes et leur staff considère le sommeil comme étant un élément essentiel pour leur santé, leur récupération et leur performance. Alors qu’il est communément admis que l’activité physique profite au sommeil, une importante charge d’entraînement pourrait compromettre le sommeil et par conséquent une récupération adéquate. En effet, en dépit de son importance, il apparait que les sportifs professionnels dorment moins bien comparé à une population moins active de même âge. Cela se reflète dans des temps de sommeil plus courts, un éveil élevé après le début d’une phase de sommeil, et une efficacité de sommeil moindre.
 
Au-delà de la quantité de sommeil, une distribution saine des phases de sommeil est cruciale pour le fonctionnement physiologique et psychologique. La distribution des phases de sommeil peut être modifiée par l’activité physique, étant donné que le sommeil s’ajuste en fonction des besoins journaliers du corps en récupération. Mais elle peut être négativement affectée pour un comportement éveil/sommeil sous optimal (restriction de sommeil, fragmentation, surentrainement et stress d’anticipation).
 
Malgré son importance pour la performance et la récupération, les études systématiques sur le sommeil chez les sportifs professionnels ne sont pas légion, et beaucoup gagneraient à améliorer leur approche méthodologique.
 

Objectif


Pour faire face à ces problèmes, la présente étude a pour objectif de répondre à deux questions :
  • Quelle est la quantité objective de sommeil chez les sportifs professionnels et comment sont réparties les phases d’endormissement ?
  • La quantité de sommeil et la distribution des phases d’endormissements sont-elles associées à la perception de la charge d’entraînement passée ?
 

Méthode


Pour fournir une réponse sérieuse à ces questions, une approche méthodologique mixée a été employée. Des enregistrements de la quantité de sommeil basée sur l’actigraphie, et des phases de sommeil basée sur l’EEG, ainsi que la perception de la charge d’entrainement ont été collectés.
 
Le nombre total de participants est de 98, tous athlètes professionnels.

S’entraîner dur pour bien dormir ? Perception de la charge d’entraînement, quantité de sommeil et distribution des phases d’endormissement chez des sportifs professionnels
Tout les athlètes ont dormi dans un environnement qui leur été hautement familier. Dans chaque cas, la période d’enregistrement été libre de compétition, à l’exception des matchs d’exhibition. Les enregistrements se sont fait sur 7 jours consécutifs.
 
  • Pour évaluer les schémas sommeil/éveil, un actigraphe (Actiwatch 2, Philips Respironics) a été porté continuellement du côté non dominant au poignet, et détaché uniquement pendant les entraînements et en cas de contact avec l’eau. Les paramètres intéressés sont : le temps au lit (TIB), le temps total de sommeil (TST), la latence de début de sommeil (SOL), l’éveil après le début de phase de sommeil (WASO), l’index de fragmentation (%) et l’efficacité de sommeil (SE).

S’entraîner dur pour bien dormir ? Perception de la charge d’entraînement, quantité de sommeil et distribution des phases d’endormissement chez des sportifs professionnels
  • Les phases de sommeil ont été enregistrées par un système de bandeau avec des capteurs sans fil, à enregistrement automatique (WS).
  • La charge de travail est mesurée chaque soir, à l’aide d’une simple question : « A quelle intensité était l’entraînement aujourd’hui ? ». L’athlète évalue alors avec une échelle allant de 1 (très faible) à 10 (très intense).
 

Résultat


Le tableau 1 regroupe les résultats relatifs à l’actigraphie, sur la période de 7 jours d’enregistrement, ainsi que les résultats relatifs au système sans fil (WS)

S’entraîner dur pour bien dormir ? Perception de la charge d’entraînement, quantité de sommeil et distribution des phases d’endormissement chez des sportifs professionnels
Les tableaux 2 et 3 présente un aperçu des résultats de l’analyse statistique, testant l’impact au jour le jour de la variation de la perception de la charge d’entrainement sur la quantité de sommeil (table 2) et la distribution des phases de sommeil (table 3).

S’entraîner dur pour bien dormir ? Perception de la charge d’entraînement, quantité de sommeil et distribution des phases d’endormissement chez des sportifs professionnels

S’entraîner dur pour bien dormir ? Perception de la charge d’entraînement, quantité de sommeil et distribution des phases d’endormissement chez des sportifs professionnels

S’entraîner dur pour bien dormir ? Perception de la charge d’entraînement, quantité de sommeil et distribution des phases d’endormissement chez des sportifs professionnels
L’actigraphie révèle :
  • Des durées totales de sommeil de 7 :50 +/- 1 :08h
  • Une latence en début de sommeil de 13 +/- 15 min
  • Un éveil après le début de phase de sommeil de 33 +/- 17 min
  • Et une efficacité de sommeil de 88+/- 5%
 
La distribution des phases de sommeil révèle :
  • 51 +/- 9% en sommeil léger
  • 21 +/- 8% en sommeil profond
  • et 27 +/- 7% en sommeil paradoxal
 
En moyenne, la perception de la charge d’entraînement était de 5.40 +/- 2.5 (/10), montrant une grande variabilité quotidienne.
Le modèle d’analyse statistique ne révèle pas d’altération dans la quantité de sommeil ou la distribution des phases de sommeil en fonction de la variation de jour en jour de la charge d’entraînement précédente.
 

Conclusion


 
Les résultats indiquent des durées de sommeil saines, mais un éveil important après le début de la phase d’endormissement, suggérant un potentiel besoin d’optimisation du sommeil. La grande proportion de sommeil profond reflète potentiellement un besoin important de récupération. Avec une quantité de sommeil et une distribution des phases de sommeil restant insensible aux variations de la charge perçue d’entraînement, on peut se demander si le sommeil actuel des sportifs fournit suffisamment de récupération après un exercice à plus haute intensité.
 

Article original


Melanie Knufinke, Arne Nieuwenhuys, Sabine A.E. Geurts, Els I.S. Møst, Kamiel Maase, Maarten H. Moen, Anton M.L. Coenen, Michiel A.J. Kompier. Train hard, sleep well? Perceived training load, sleep quantity and sleep stage distribution in elite level athletes. http://dx.doi.org/10.1016/j.jsams.2017.07.003 2017 Sports Medicine Australia

Référence

1. Tuomilehto H, Vuorinen VP, Penttila E et al. Sleep of professional athletes: underexploited potential to improve health and performance. J Sports Sci 2017; 35(7):704–710. 
2. Venter RE. Perceptions of team athletes on the importance of recovery modali- ties. Eur J Sport Sci 2014; 14:S69–S76. 
3. LeederJ,GlaisterM,PizzoferroKetal.Sleepdurationandqualityineliteathletes measured using wristwatch actigraphy. J Sport Sci 2012; 30(6):541–545. 
4. Lastella M, Roach GD, Halson SL et al. Sleep/wake behaviours of elite athletes from individual and team sports. Eur J Sport Sci 2015; 15(2):94–100. 
5. Sargent C, Lastella M, Halson SL et al. The validity of activity monitors for mea- suring sleep in elite athletes. J Sci Med Sport 2016; 19(10):848–853. 
6. Carskadon MA, Dement WC. Normal human sleep: an overview, In: Principles and Practice of Sleep Medicine., 2000. 
7. Driver HS, Taylor SR. Exercise and sleep. Sleep Med Rev 2000; 4(4):387–402.
8. Shapiro CM, Bortz R, Mitchell D et al. Slow-wave sleep: a recovery period after exercise. Science 1981; 214(4526):1253–1254.
9. Botterill C, Wilson C. Overtraining: emotional and interdisciplinary dimensions, In: Enhancing Recovery: Preventing Underperformance in Athletes., 2002. p. 143–159.
10. StepanskiEJ.Theeffectofsleepfragmentationondaytimefunction.Sleep2002; 25(3):268–278.
11. Youngstedt SD. Effects of exercise on sleep. Clin Sports Med 2005; 24(2):355–365.
12. GuptaL,MorganK,GilchristS.Doeselitesportdegradesleepquality?Asystem- atic review. Sports Med 2016:1–17.
13. ThorntonHR,DuthieGM,PitchfordNWetal.Effectsofatwo-weekhighintensity training camp on sleep activity of professional rugby league athletes. Int J Sports Physiol Perform 2016:1–19. 
Killer S, Svendsen I, Jeukendrup A et al. Evidence of disturbed sleep and mood state in well-trained athletes during short-term intensified training with and without a high carbohydrate nutritional intervention. J Sports Sci 2015:1–9. 
Knufinke M, Nieuwenhuys A, Geurts SAE, Coenen AML, Kompier MAJ. Self- reported sleep quantity, quality and sleep hygiene in elite athletes. J Sleep Res 2017. http://dx.doi.org/10.1111/jsr.12509. 
Shambroom JR, Fabregas SE, Johnstone J. Validation of an automated wireless system to monitor sleep in healthy adults. J Sleep Res 2012; 21(2):221–230. 
Van Hooff ML, Geurts SA, Kompier MA et al. “How fatigued do you currently feel?” Convergent and discriminant validity of a single-item fatigue measure. J Occup Health 2007; 49(3):224–234. 
Mitterling T, Högl B, Schoenwald SV et al. Sleep and respiration in 100 healthy caucasian sleepers—a polysomnographic study according to American Academy of Sleep Medicine standards. Sleep 2014; 38(6):867–875. 
Barr DJ, Levy R, Scheepers C et al. Random effects structure for confirmatory hypothesis testing: keep it maximal. J Mem Lang 2013; 68(3):255–278. 
OhayonMM,CarskadonMA,GuilleminaultCetal.Meta-analysisofquantitative sleep parameters from childhood to old age in healthy individuals: developing normative sleep values across the human lifespan. Sleep 2004; 27(7):1255–1273. 
EdingerJD,BonnetMH,BootzinRRetal.Derivationofresearchdiagnosticcrite- ria for insomnia: report of an American Academy of Sleep Medicine Work Group. Sleep 2004; 27(8):1567–1596. 
22. Davies C. Thermoregulation during exercise in relation to sex and age. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 1979; 42(2):71–79.
23. Hauri P. Effects of evening activity on early night sleep. Psychophysiology 1968; 4(3):267–277.
24. Bunnell DE, Bevier W, Horvath SM. Effects of exhaustive exercise on the sleep of men and women. Psychophysiology 1983; 20(1):50–58.
25. Hague JF, Gilbert SS, Burgess HJ et al. A sedentary day: effects on subse- quent sleep and body temperatures in trained athletes. Physiol Behav 2003; 78(2):261–267.
26. Buman MP, Phillips BA, Youngstedt SD et al. Does nighttime exercise really dis- turb sleep? Results from the 2013 National Sleep Foundation Sleep in America Poll. Sleep Med 2014; 15(7):755–761.
27. Youngstedt SD, O’Connor PJ, Dishman RK. From wake to sleep: the effects of acute exercise on sleep: a quantitative synthesis. Sleep 1997; 20(3):203–214.
28. BeningtonJH,HellerHC.Restorationofbrainenergymetabolismasthefunction of sleep. Prog Neurobiol 1995; 45(4):347–360.
29. Impellizzeri FM, Rampinini E, Coutts AJ et al. Use of RPE-based training load in soccer. Med Sci Sports Exerc 2004; 36(6):1042–1047.
30. EloA-L,LeppänenA,JahkolaA.Validityofasingle-itemmeasureofstresssymp- toms. Scand J Work Environ Health 2003:444–451.
 
 
 
 
 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter