KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Kickoff
  • Masterclass


Spécial 300ème: Evaluation de la technologie de fusion IRM-US dans les lésions musculo-squelettiques liées au sport



M Wong-On, L Til-Pérez, R Balius.
 

Introduction



Les blessures liées au sport sont courantes, malgré le fait que leur gravité soit rarement sévère, elles imposent une indisponibilité et un coût médical non négligeable [2]. Une prise en charge adaptée est essentielle afin de permettre une reprise d’activité optimale et réduire le risque de récidive. Dans ce contexte, l’imagerie joue un rôle fondamental dans le diagnostic et le suivi de la réhabilitation.
Récemment, l’utilisation clinique de l’échographie (US) musculo-squelettique à significativement augmenté, conséquence indéniable de sa fiabilité et de son modeste coût. Elle représente un examen de choix dans de nombreuses pathologies sportives [3,4].
Néanmoins, l’imagerie par résonance magnétique (IRM) est toujours considérée comme le « gold standard » des outils d’évaluation des blessures musculaires [5] de par sa capacité à diagnostiquer les lésions de petite taille ou encore en permettant la visualisation précise de structures profondes [6]. Mais, elle présente certaines limites en termes d’évaluation dynamique et de coût [7].
La technologie de fusion d’image IRM-US mettant en corrélation les deux techniques d’évaluation devrait permettre d’optimiser la visualisation des pathologies musculo-squelettiques [8,9].
A partir d’une évaluation par IRM ou CT les images sont fusionnées avec l’US en temps réel, permettant une visualisation simultanée. Cette technique, utilisée principalement comme guide lors d’interventions [13-16], a peu été étudié dans le domaine musculo-squelettique et en médecine sportive.
L’objectif de cette étude est d’évaluer l’applicabilité de la technologie de fusion IRM-US dans le cadre de blessures musculo-squelettiques.
 

Résultats



Cette étude prospective a été conduite par le service médical du FC Barcelone entre novembre 2014 et mars 2015. Quinze fusions d’images (14 IRM-US et 1 CT-US) ont été réalisé sur 15 athlètes d’élites blessés.
Après chaque évaluation, les examinateurs ont classifié chaque structure ou blessure en fonction des bénéfices éventuels de la mise en corrélation des images (tableau 1).
A. Amélioration.
A1. Améliore la corrélation de l’image par US en regardant simultanément l’IRM.
A11. Améliore l’orientation spatiale dans les lésions intra articulaires.
B. Pas d’amélioration.
C. Pauvre applicabilité : la visualisation peut être réalisé uniquement par IRM.
Spécial 300ème: Evaluation de la technologie de fusion IRM-US dans les lésions musculo-squelettiques liées au sport

Tableau 1 : Classification des différentes lésions évaluées selon le niveau de pertinence de l’examen par fusion d’images.
 

Discussion



La technologie de fusion d’images a déjà montré son intérêt diagnostique et thérapeutique dans l’évaluation clinique du foie et de la prostate [10,11]. Cependant, cette technique reste peu commune dans la prise en charge des pathologies musculo-squelettique. US et IRM sont deux outils dont l’intérêt diagnostic a déjà été démontré, ces deux techniques sont d’une aide précieuse dans la compréhension de l’anatomie et sa fonction. Les lésions musculaires et tendineuses sont facilement évaluées par les US dans les couches superficielles, alors que l’IRM est plus intéressante dans l’approche de lésions musculaires de bas grade et l’évaluation de structures profondes [6,8,29] mais manque de capacités dynamiques.
Spécial 300ème: Evaluation de la technologie de fusion IRM-US dans les lésions musculo-squelettiques liées au sport

Figure 1 : Athlète de 24 ans présentant une douleur chronique et une instabilité de l’épaule.
a. La longue portion du biceps sur l’IRM en T2 a été utilisé comme repère pour la synchronisation avec l’US. b. L’infra-épineux a été utilisé comme repère pour la synchronisation qui a montré une lésion postéro-supérieure du labrum. Deltoïde (D), tête humérale (HH), scapula (S).
Spécial 300ème: Evaluation de la technologie de fusion IRM-US dans les lésions musculo-squelettiques liées au sport

Figure 2 : Genou sain. a. Vue antérolatérale, la synchronisation des images a été réalisée à partir de l’insertion de la bandelette ilio-tibiale sur le tubercule de Gerdy. b. A la partie médiale, le ligament collatéral médial (LCM) a été utilisé comme repère. En zoomant, l’US permet l’évaluation du LCM avec une bonne résolution mais donne une vision restreinte de la partie médiale du genou de par l’impossibilité de visualiser les structures osseuses. Avec une vue plus large, la fusion permet de naviguer et de visualiser les ménisques, le cartilage et les ligaments croisés.
Spécial 300ème: Evaluation de la technologie de fusion IRM-US dans les lésions musculo-squelettiques liées au sport

Figure 3 : Athlète de 18 ans présentant une lésion du tendon conjoint de la longue portion du biceps et du semi-tendineux. L’examen par fusion réalisée 1 semaine après la blessure a montré un épaississement du tendon central (a, b) et une fissure longitudinale du tendon conjoint (b à d). Longue portion du biceps (LHBF), grand fessier (GM), semi-tendineux (ST).
 
L’évaluation d’une même structure ou d’une même lésion par la combinaison simultanée de ces deux modalités d’imagerie devrait permettre d’optimiser les objectifs de diagnostic, malgré la présence de certaines limites techniques.
La principale difficulté réside dans la synchronisation des deux images afin de pouvoir naviguer de manière simultanée.
De plus, l’investigation de zones anatomiques de petite taille (coude, cheville), imposant une navigation dans plusieurs plans perturbe la qualité des images IRM, compliquant l’identification des structures.
La technologie par fusion est donc une technique réservée à des examinateurs confirmés.
 

Conclusion



La technologie par fusion est relativement simple à réaliser pour un échographiste expérimenté ayant des compétences spécifiques en imagerie musculo-squelettique. Elle améliore les connaissances anatomiques ainsi que la compréhension des blessures, ce qui en fait un excellent outil d’enseignement et de suivi des blessures.
 

Article de référence



Evaluation of MRI-US Fusion Technology in Sports-Related Musculoskeletal Injuries. M Wong-On, L Til-Pérez, R Balius. Adv Ther (2015) 32:580–594 DOI 10.1007/s12325-015-0217-1.

Références
1. Conn JM, Annest JL, Gilchrist J. Sports and recreation relates injuries in US population, 1997–99. Inj Prev. 2003;9:117–23.
2. Center for Disease Control and Prevention. Nonfatal sports and recreation-related injuries treated in the emergency departmentes—United States, July 2000–June 2001. MOrbid Mortal Wkly Rep. 2002;51:736–40.
3. Yi-Pin C, Ting-Guay W, Shiau-Fu H. Application of ultrasound in sports injury. J Med Ultrasound. 2013;21:1–8.
4. Allen GM, Wilson SJ. Ultrasound in sports medicine—a critical evaluation. Eur J Radiol. 2007;62:79–85.
5. Costa AF, Di Primio GA, Schweitzer ME. Magnetic resonance imaging of muscle disease: a patternbased approach. Muscle Nerve. 2012;46:465–81. doi:10.1002/mus.23370.
6. Balius R, Rodas G, Pedret C, Capdevila L, Alomar X, Bong D. Soleus muscle injury: sensitivity of ultrasound patterns. Skeletal Radiol. 2014;43: 805–12.
7. Reurink G, Brilman EG, Jan de Vos R, Maas M, Moen MH, Weir A, Jan G, Tol JL. Magnetic resonance imaging in acute hamstring injury: can we provide a return to play prognosis? Sports Med. 2015;45(1):133–46.
8. Connell DA, Schneider-Kolsky ME, Lucas J, Malara F, Buchbinder R, Koulouris G, Burke F, Bass C. Longitudinal study comparing sonographic and MRI assessments of acute and healing hamstring injuries. Am J Roentgenol. 2004;183(4):975–84.
9. Rubin D. Imaging diagnosis and prognostication of hamstring injuries. Am J Roentgenol. 2012;199(3):525–33.
10. Valerio M, Donaldson I, Emberton M, Ehdaie B, Hadaschik BA, Marks LS, Mozer P, Rastinehad AR, Ahmed HU. Detection of clinically significant prostate cancer using magnetic resonance imaging-ultrasound fusion targeted biopsy: a systematic review. Eur Urol. 2014; pii: S03022838(14)01040-9.
11. Minami T1, Minami Y, Chishina H, Arizumi T, Takita M, Kitai S, Yada N, Inoue T, Hagiwara S, Ueshima K, Nishida N, Kudo M. Combination guidance of contrast-enhanced US and fusion imaging in radiofrequency ablation for hepatocellular carcinoma with poor conspicuity on contrast-enhanced US/fusion imaging. Oncology. 2014;87 Suppl 1:55–62. doi:10.1159/ 000368146.
12. Sandaulescu DL, Cumitrescu D, Rogoveanu I, Satoiu A. Hybrid ultrasound imaging techniques (fusion imaging). World J Gastroenterol WJG. 2011;17(1):49–52.doi:10.3748/wjg.v17.i1.49.
13. Salomon LJ, Bernard JP, Milischer A-E, et al. MRI and ultrasound fusio ´n imaging for prenatal diagnosis. Am J Obstet Gynecol. 2013;209:148.e1–9.
14. Klauser AS, De Zordo T, Feuchtner GM, Djedovic G, Weiler RB, Faschingbauer R, Schirmer M, Moriggl B. Fusion of real-time US with CT images to guide sacroiliac joint injection in vitro and in vivo. Radiology. 2010;256(2):547–53.
15. Galiano K, Obwgeseser AA, Bale R, et al. Ultrasound-guided and CT-navigation-assisted periarticular and facet joint injections in the lumbar and cervical spine: a new teaching tool to recognize the sonoanatomic pattern. Reg Anesth Pain Med. 2007;32:254.
16. Vollman A, Hulen R, Dulchavsky S, Pinchcofsky H, Amponsah D, Jacobsen G, Dulchavsky A, van Holsbeeck M. Educational benefits of fusing magnetic resonance imaging with sonograms. J Clin Ultrasound. 2014;42(5):257–63.
17. Pooley RA. AAPM/RSNA physics tutorial for residents: fundamental physics of MR imaging. Radiographics. 2005;25(4):1087–99.
18. Brown M, Semelka R. MR imaging abbreviations, definitions, and descriptions: a review. Radiology. 1999;213:647–62.
19. Klauser A, McNally E, Chhem R. Training musculoskeletal ultrasound specialists: european education and clinical guidelines: work in progress. In: Van Deven T, Hibbert K, Chhem R, editors. Enhancing the practice of radiology education, Challenges and trends. Berlin: Springer; 2010. p. 143–159.
20. Khan KM, Pluim B. AMSSM: increasingly valuable for primary care sports and exercise medicine physicians. Br J Sports Med. 2015;49:137–8. doi:10.1136/bjsports-2014-094555.
21. Monaco R. Sports ultrasound: a fundamental skill for sports medicine fellows moving forward. Br J Sports Med. 2015;49:141–2.
22. Finnoff JT, Berkoff D, Brennan F, DiFiori J, Hall MH, Harmon K, Lavallee M, Martin S, Smith J, Stovak M. American Medical Society for Sports Medicine recommended sports ultrasound curriculum for sports medicine fellowships. Consensus statement. Br J Sports Med. 2015;49:145–50.
23. Hall MM, Mautner K. Evolution of musculoskeletal and non-musculoskeletal sports ultrasound. Br J Sports Med. 2015;49(3):139–40. doi:10.1136/ bjsports-2014-094192.
24. Jacobson J. Musculoskeletal ultrasound: focused impact on MRI. AJR. 2009;193:619–27.
25. McGrath MG, Stringer MD. Bony landmarks in the sacral regio ´n: the posterior superior iliac spine and the second dorsal sacral foramina: a potential guide for sonography. Surg Radiol Anat. 2011;33:279–86.
26. Yablon CM, Melville DM, Jacobson JA. Ultrasound of the knee. AJR. 2014;202(3):W284.
27. Balius R, Sala X, Alvarez, Jime ´nez F. Ecografı ´a Musculoesquele ´tica. Sistema ´tica de exploracio ´n. Bloqueos nerviosos perife ´ricos. Editorial Paidotribo. 2007:43–70.
28. Woodhouse J, McNally E. Ultrasound of skeletal muscle injury: an update. Semin Ultrasound CT MRI. 2011;32:91–100.
29. Koulouris G, Connell, D. Imaging of hamstring injuries: therapeutic implications. Eur Radiol. 2206;16:1478–87.
30. Pedret C, Balius R. Lesiones musculares en el deporte. Actualizacio ´n de un artı ´culo del Dr. Cabot, publicado en Apuntes de Medicina Deportiva en 1965. Apunts Med Esport. 2015. doi:10.1016/j.apunts.2015.01.005.
31. Peetrons P. Ultrasound of muscles. Eur Radiol. 2002;12(1):35–43.


Nouveau commentaire :


Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter