KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Supplémentation en curcumine et pipérine et récupération après dommages musculaires induits par l’exercice : un essai contrôlé randomisé



Introduction



Le curcumine (principal pigment du curcuma ou safran des îles) est un agent riche en polyphénols et présente des capacités anti-inflammatoires et antioxydantes élevées (Basnet et Shalko-Basnet, 2011) grâce à une diminution de l'expression du facteur nucléaire-Kb (NF-Kb) qui est liée à l'expression de gènes pro-inflammatoires (Singh et Aggarwal, 1995). La curcumine entraîne une diminution de l'activité de des enzymes pro-inflammatoires (Menon et Sudheer, 2007). Elle a également un effet sur la synthèse et l'activité du facteur de nécrose tumoral-alpha TNF-a), et réduit l'activité de la m-prostaglandine E2 synthase-1 (Koeberle, 2009). Certaines études ont analysé l'effet de la curcumine sur l'apparition tardive de la douleur musculaire (Tanabe et al., 2015) ou l'effet d'une forme hautement biodisponible de la curcumine sur la cinétique de récupération de la fonction musculaire (Drobnic et al., 2014) suite aux dégâts musculaires induits par l’exercice.
 
La curcumine seule montre une biodisponibilité très faible, mais la pipérine (composante active du poivre noir) a montré qu’il augmentait la biodisponibilité du curcuma de 2000% chez les humains (Shoba et al., 1998) et présente également des propriétés antioxydantes, par une capacité de piégeage des radicaux libres et par inhibition de la peroxydation lipidique (Srinivasan, 2014).

L'objectif de cette étude était d'analyser les effets de la supplémentation combinée en curcumine et en pipérine sur la cinétique de récupération de la fonction musculaire après les dommages musculaires induits par l'exercice.
 

Méthodes



Seize joueurs de rugby de haut niveau ont participé à cette étude.
Une conception croisée randomisée et équilibrée a été utilisée, et comprenait deux phases de 4 jours, celles-ci étant séparées par 15 jours.

En condition expérimentale, les participants ont consommé 2g de curcumine et 20mg de pipérine, 3 fois par jour (MGD Nature, Brandérion, France), en commençant 48 h avant l'exercice et en continuant jusqu'à 48 heures après l'exercice. Ce rapport permet d'augmenter la biodisponibilité de la curcumine (Shoba et al., 1998). Dans la condition contrôle, les sujets ont été invités à prendre un placebo (comprimés de glucose) au même moment de la journée.

Le protocole est résumé figure 1 : 
Supplémentation en curcumine et pipérine et récupération après dommages musculaires induits par l’exercice : un essai contrôlé randomisé

Exercice engendrant les dommages musculaires :  
 
Avant chaque session, les participants ont effectué un échauffement sur vélo de 6min.
Un exercice induisant les dommages musculaires comprenait 25 répétitions sur 25 m de sauts sur une jambe dans une pente descendante de 8%. Chaque répétition a été séparée par 90 s. Les participants ont été invités à parcourir les 25 m le plus rapidement possible


Tests de fonction musculaire :

La fonction musculaire a été évaluée lors d’une semaine de familiarisation (1 semaine avant le test), puis juste avant l'exercice de dommages, puis immédiatement, 24 h, 48 h et 72 h après l'exercice.
 
Ont été évalués :
  • Le couple maximal concentrique à 60 ° s et le couple maximal isométrique à 60 ° des extenseurs de genou (Maffiuleti et al., 2007) sur un dynamomètre isocinétique.
  • La puissance moyenne développée sur un sprint de 6 secondes (W) sur un tapis roulant calibré non motorisé. Pour ce test, les sujets ont été invités à placer le pied de la jambe non testée sur le côté du tapis roulant et à pousser vers l'arrière sur le tapis roulant aussi vite que possible avec l'autre jambe pendant 6 secondes (exactement comme un mouvement skateboard).
  • La hauteur d'un saut unipodal (cm) avec une plate-forme de force. Chaque participant a effectué 3 sauts sur chaque session et la meilleure performance a été retenue.
  • La concentration totale de créatine kinase dans le sang.
  • La douleur musculaire générale et le niveau de douleur spécifique du quadriceps à l'aide de l'échelle Hooper de 0 à 7 (Hooper et al., 1995)
 
Quinze jours après la première session, les participants ont été évalués sur l'autre jambe et dans l'autre condition
 

Résultats



Effet au cours du temps
 
Ils sont synthétisés dans le tableau 2

Il y a eu une perte modérée de performance en couple maximal concentrique jusqu'à 48h après l'exercice pour les 2 groupes. Mais aucun effet de l'exercice n'a été noté à 72 heures après l'exercice.

Il y a eu également une importante diminution du couple maximal isométrique immédiatement après l'exercice à la fois dans le contrôle et les conditions expérimentales. Mais aucun effet n'a été observé à 24h, 48h et 72h après l'exercice.

La hauteur de saut maximal était inférieur 24h après l'exercice pour les groupes contrôle et expérimental, et à 48h et 72 heures pour le contrôle uniquement.

La puissance moyenne pendant le sprint d'une jambe 6s a été largement altérée jusqu'à 48h après l'exercice pour les 2 groupes.
 
Les notes de douleur musculaire ont été largement supérieures 48h après l'exercice dans les 2 groupes.

Il y avait également un effet modéré de l'exercice sur la douleur du quadriceps jusqu'à 48h après l'exercice dans le contrôle et les conditions expérimentales.

La concentration en créatine kinase était largement supérieure 72 heures après l'exercice dans le groupe témoin bien qu’il n'y avait aucun effet de l'exercice avant 72h, et aucun effet à aucun moment pour le groupe expérimental.

Effet de la supplémentation

Il n'y avait aucun effet de condition sur le couple maximal isométrique, le couple maximal concentrique, les performances de saut, la concentration de créatine kinase et la douleur musculaire à tout moment de l’expérience.
Mais il y a eu une diminution de puissance moyenne pendant le sprint de 6s modérément plus faible dans la condition expérimentale que témoins, mais 24h après seulement. (ES = -1.12; CI90% = - 1.86 to -0.29) (Figure 2)
Supplémentation en curcumine et pipérine et récupération après dommages musculaires induits par l’exercice : un essai contrôlé randomisé

Discussion


 
Les principaux résultats montrent qu'il y a eu un effet modéré en faveur de la supplémentation de la combinaison de la curcumine et de la pipérine sur la diminution de puissance moyenne lors du test de sprint unipodal d'une jambe de 6s, 24h après l'exercice.

Cependant, ce résultat est contrebalancé par l'absence d'effet de la supplémentation sur les résultats de la force musculaire mesurée avec un dynamomètre isocinétique et sur le niveau de créatine kinase dans le sang. Cela s'explique peut-être par le fait que les dommages musculaires induits par l'exercice proviennent d'un exercice «global», qui impliquait un plus grand modèle de recrutement neuromusculaire que ce qui était requis pour les tests isocinétiques et isométriques. (Eston et al., 1995), (Simonsen et al., 1985). En outre, le test de sprint de 6 jambes a montré le plus haut niveau de reproductibilité, tel que calculé dans cette étude, ce qui permet d'avoir confiance dans les résultats obtenus avec ce test.

Le test de sprint unipodal de 6s n'a jamais été validé comme un test pour évaluer les dégâts musculaires. Cependant, comme expliqué ci-dessus, il fallait utiliser un test qui permet de solliciter les extenseurs du genou et de la hanche de la jambe évaluée, car ces groupes musculaires sont ceux qui ont été sollicités de manière excentrique pendant l'exercice de descente (Eston et al., 1995). La performance sur ce test a été modifiée par l'exercice inducteur de dégâts musculaires 48h après l'exercice, et cette modification a été réduite par la supplémentation. Cela signifie que, même s'il n'est pas possible d'être sûr que cette supplémentation ait agi sur les dommages musculaires, cette supplémentation est efficace pour accélérer la récupération après un exercice sollicitant en excentrique les extenseurs du genou et de la hanche.

Comme cette étude est la première à évaluer l'effet de la supplémentation en curcumine et en pipérine sur la fonction musculaire, on ne sait pas quelle est la dose idéale pour atténuer de façon optimale les dommages musculaires. Il serait utile de comparer l'effet de différentes doses de ce complément combiné sur la fonction musculaire et la cinétique de récupération après la même tâche d'exercice.


De même, il serait également intéressant d’évaluer l’effet de cette supplémentation couplée à d’autres stratégies de récupération afin de déterminer d’éventuelles effets conflictuels entre elles. Par exemple, une étude récente a montré que le pouvoir anti-oxydant des fruits rouges était réduit lorsqu’ils étaient consommés avec du lait, une boisson riche en protéines (Serafini et al., 2009).
 
Enfin, il a été démontré que la supplémentation en anti-oxydant pourrait limiter les processus d’adaptations induits par le stress oxydatif et inflammatoire post exercice (Slattery et al., 2015). Mais concernant l’utilisation conjointe de la curcumine et de la piperine sur ce point, d’autres études sont nécessaires.
 

Conclusion



En conclusion, une supplémentation avec 6g de curcumine et 60mg de pipérine chaque jour entre 48h avant et 48h après un exercice induisant des dégâts musculaires, ont un effet sur la récupération de certains aspects de la fonction musculaire 24h et 48h après l'exercice. Mais cet effet est limité à la perte de puissance pendant le sprint unipodal de 6s sans effet sur d'autres aspects du dommage ou de la fatigue musculaire.
 

Texte d’origine



Curcumin and Piperine Supplementation and Recovery Following Exercise
Induced Muscle Damage: A Randomized Controlled Trial.
Barthélémy Delecroix, Abd Elbasset Abaïdia, Cédric Leduc, Brian Dawson, and Grégory Dupont.
 
Références :
 
  • Atkinson, G., and Nevill, A.M. (1998) Statistical methods for assessing measurement error (reliability) in variables relevant to sports medicine. Sports Medicine 26, 217-38.
  • Bailey, D.M., Williams, C., Betts, J.A., Thompson, D., and Hust, T.L. (2011) Oxidative stress, inflammation and recovery of muscle function after damaging exercise: effect of 6-week mixed anti- oxidant supplementation. European Journal of Applied Physiology 111, 925-936.
  • Basnet P ., and Skalko-Basnet, N. (2011) Curcumin: An anti- inflammatory molecule from a curry spice on the path to cancer treatment. Molecules 16, 4567-4598.
  • Borg, G.A.V . (1982) Psychophysical bases of perceived exertion. Medicine and Science in Sports and Exercice 14, 377-381.
  • Bowtell, J.L., Sumners, D.P., Dyer, A., Fox, P., and Mileva, K. N. (2011) Montmorency cherry juice reduces muscle damage caused by intensive strength exercise. Medicine and Science in Sports and Exercise 43,1544-1551.
  • Bryer, S.C., and Goldfarb, A.H. (2006) Effect of a high dose of vitamin C supplementation on muscle soreness, damage, function, and oxidative stress to eccentric exercise. International Journal of Sport Nutrition and Exercice Metabolism 16, 270-280.
  • Connolly, D.A.J., McHugh, M.P ., and Padilla-Zakour, O.I. (2006) Efficacy of tart cherry juice blend in preventing the symptoms of muscle damage. British Journal of Sports Medicine 40, 679- 683.
  • Drobnic, F., Riera, J., Appendino, G., Togni, S., Franceshi, F., Valle, X., Pons, A., and Tur, J. (2014) Reduction of delayed onset muscle soreness by a novel curcumin delivery system (Meriva®): a randomised, placebo-controlled trial. Journal of the International Society of Sports Nutrition 18, 11-31.
  • Etheridge, T., Philp, A., Watt, P.W. (2008) A single protein meal increases recovery of muscle function following an acute eccentric exercise bout. Applied Physiology Nutrition and Metabolism 33, 483-488.
  • Goldfarb, A.H., Garten, R.S., Cho, C., Chee, P.D.M., and Chambers L.A. (2011) Effects of a fruit/berry/vegetable supplement on muscle function and oxidative stress. Medicine and Science of Sports and Exercise 43, 501-508.
  • Hooper, S.L., Mackinnon, L.T., Howard, A., Gordon, R.D., and Bachmann, A.W. (1995) Markers of monitoring overtraining and recovery. Medicine and Science in Sports and Exercise 27, 106-112.
  • Hopkins, W.. (2001) A new view of statistics : The confidence interval and statistical significance. Available form URL: http://www.sportsci.org/resource/stats/
  • Hopkins, W.G. (2013) A new view of statistics: Summarizing data, simple statistics & effects statistics. Available form URL: http://www.sportsci.org/resource/stats/
  • Horder M, and Jorgensen PJ. (1991) Creatine kinase determination: A European evaluation of creatine kinase determination in serum, plasma and whole blood with the Reflotron system. European Journal of Clinical Chemistry and Clinical Biochemistry 29, 691-696.
  • Howatson G, McHugh MP, Hill JA, Brouner, J., Jewell, A. P., van Someren, K. A., Shave, R. E., and Howatson, S. A. (2009) Influence of tart cherry juice on indices of recovery following
  • Delecroix et al. 153 marathon running. Scandinavian Journal of Medicine and
Science in Sports 20, 843-852.
  • Koeberle A., Northoff H., and Werz O. (2009) Curcumin blocks prostaglandin E2 biosynthesis through direct inhibition of the microsomal prostaglandin E2 synthase-1. Molecular Cancer Therapeutics 8, 2348-2355.
  • Maffiuletti, N.A., Bizzini, M., Desbrosses, K., Babault, N., and Munzinger, U. (2007) Reliability of knee extension and flexion measurements using the Con-Trex isokinetic dynamometer. Clinical Physiology and Functional Imaging 27, 346-353.
  • McLeay, Y., Barnes, M.J., and Mundel T. (2012) Effect of New Zealand blueberry consumption on recovery from eccentric exercise- induced muscle damage. Journal of the International Society of Sports Nutrition 9, 19.
  • Myburgh, K.H. (2014). Polyphenol supplementation: Benefits for exercise performance or oxidative stress? Sports Medicine 44, 57–70.
  • Nosaka, K., Clarkson, P.M., McGuiggin, M.E., and Byrne, J.M. (1991) Time course of muscle adaptation after high force eccentric exercise. European Journal of Applied Physiology 63, 70-76.
  • Nosaka, K., Aldayel, A., Jubeau ,M., and Chen, T.C. (2011) Muscle damage induced by electrical stimulation. European Journal of Applied Physiology 111, 2427-2437.
  • Poppendieck, W., Faude, O., Wegmann, M., and Meyer, T. (2013) Cooling and performance recovery of trained athletes: A meta- analytical review. International Journal of Sports Physiology and Performance 8, 227-242.
  • Serafini, M., Testa, M.F., and Villano, D. (2009) Antioxidant activity of blueberry fruit is impaired by association with milk. Free Radical Biology and Medicine 46, 769-774.
  • Shoba, G., Joy, D., Joseph, T., Majeed, M., Rajendran, R., and Srinivas, S. (1998) Influence of piperine on the pharmacokinetics of curcumin in animals and human volunteers. Planta Medica 64, 353-356.
  • Singh, S., and Aggarwal, B. (1995) Activation of transcription factor NF-kB is suppressed by curcumin (Diferulolymethane). The Journal of Biological Chemistry 270, 24995-25000.
  • Slattery, K., Bentley, D., and Coutts, AJ. (2015) The role of oxidative, inflammatory and neuroendocrinological systems during exercise stress in athletes: implications of antioxidant supplementation on physiological adaptation during intensified physical training. Sports Medicine 45, 453-471.
  • Srinivasan, K. (2014) Antioxidant potential of spices and their active constituents. Critical Review of Food Science and Nutrition 54, 352-372.
  • Stokes I.A., and Abery J.M. (1980) Influence of the hamstring muscles on lumbar spine curvature in sitting. Spine 5(6), 525-28. Tanabe, Y., Maeda, S., Akazawa, N., Zempo-Miyaki, A., Choi, Y., Ra,
  •  S.-G., Imaizumi, A., Otsuka, Y ., and Nosaka, K. (2015) Attenuation of indirect markers of eccentric exercise induced muscle damage by curcumin. European Journal of Applied Physiology 115, 1949-1957.
  • Warren, G.L., Lowe, D.A., Armstrong R.B. (1999) Measurement tools used in the study of eccentric contraction-induced injury. Sports Medicine 27(1), 43-59. 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter