KINESPORT KINESPORT







Analyse vidéo des lésions du LCA dans le football masculin professionnel : étude des mécanismes de la blessure, des situations et de la biomécanique sur 134 cas consécutifs





Depuis quelques années et dans de nombreux sports, l’analyse des mécanismes lésionnels a permis aux professionnels entourant le sportif de haut niveau de mieux appréhender les processus de prévention et de réhabilitation.
Depuis 2015 et l’étude de Waldén et al. publiée dans le BJSM, l’analyse vidéo systématique par différents experts a permis de mieux comprendre les mécanismes d’apparition de la lésion du LCA chez le joueur de football professionnel. En 2017, Alberto Grassi démontrait via une analyse vidéo Youtube la distribution mécanique et temporelle des lésions du LCA chez le joueur de football.
Plus récemment , en mai 2020, Della Villa F, Buckthorpe M, Grassi A et al. dans le BJSM ont réalisé une analyse vidéo systématique des blessures du LCA chez le joueur de football professionnel dans le championnat italien. L’objectif était de décrire les mécanismes de la lésion, la situation lésionnelle et l’organisation biomécanique du joueur lors de la blessure. Cela dans une large cohorte de joueur de football professionnel. Germain SANIEL nous propose la synthèse de cette publication et YLMS son infographie. 
 
Pour rappel, nous savons qu’une équipe avec un effectif de 25 joueurs peut s’attendre à une lésion du LCA tous les 2 ans. Malgré un taux de RTP supérieur à 85% chez le joueur professionnel, le risque de lésion d’autres structures du genou et l’apparition précoce d’arthrose diminue le temps de carrière du joueur après lésion du LCA. Comme nous l’avons évoqué, 3 études ont été publiées ces cinq dernières années dans le football sur l’analyse vidéo systématique des lésions du LCA. Cependant, plusieurs facteurs limitants à ces études ne permettent pas à ce jour de conclure de manière évidente sur les mécanismes lésionnels du LCA en football :
  • Manque de systématisation dans l’évaluation.
  • Nombre de cas limités (taux de 30% d’abandon).
  • Défaut d’analyse des blessures avec perturbation préalable.
  • Manque de détail dans l’analyse biomécanique (particulièrement concernant le rôle du tronc).
 
Voyons maintenant de manière plus précise l’étude de Della Villa F, Buckthorpe M, Grassi A et al.


Méthode
 
La recherche des vidéos des lésions du LCA a été réalisée sur 10 saisons (2008/2009 à 2018/2019) sur une base de données online des équipes de Série A et Série B en Italie. La mise en relation des vidéos avec les données du site Transfermarkt.de a permis de valider la blessure des joueurs analysés. Les blessures ont été incluses à l’étude seulement lorsque la communication était possible avec le staff médical de l’équipe pour connaître la nature complète ou non de la lésion du LCA.
Les auteurs ont également estimé un moment de la blessure (IF) en découpant la vidéo 12-15 secondes avant la lésion et 3-5 secondes après. Ceci pour évaluer de manière précise, la situation de jeu qui précède la blessure ainsi que le mécanisme lésionnel.
Les vidéos ont été évaluées par 3 examinateurs à l’aide de Kinovea. Chaque examinateur a évalué la vidéo originale pour déterminer la situation de la blessure, l’aspect défensif ou offensif, la possession de la balle ou non et la situation de jeu spécifique. Ensuite, plusieurs visionnages ont permis de déterminer le mécanisme de la blessure et la configuration de l’action (tableau suivant).
Analyse vidéo des lésions du LCA dans le football masculin professionnel : étude des mécanismes de la blessure, des situations et de la biomécanique sur 134 cas consécutifs



Trois catégories de mécanismes lésionnels ont été utilisées :
  • Non-contact : blessure sans aucun contact (au genou ou à un autre niveau) avant ou pendant l’IF.
  • Contact indirect : blessure résultante d’une force extérieure appliquée sur le joueur mais pas directement sur le genou en lésion.
  • Contact direct : force directe appliquée sur le genou en lésion.
 
La situation de jeu spécifique était donnée seulement dans les cas des mécanismes sans contact ou avec contact indirect. Les auteurs en se basant sur des études antérieures ont estimé l’IF comme suit : contact initial (IC) + 40 ms.
Enfin, les examinateurs se sont réunis pour se mettre d’accord sur chaque analyse effectuée.
 
Analyse biomécanique (cinématique)
 
Cette analyse a été effectuée sur les lésions sans contact ou avec contact indirect, lorsque des vues frontales et sagittales de qualité étaient disponibles.
L’analyse avait pour but d’estimer les relations entre les segments, ainsi que les angles articulaires selon l’alignement dans le plan frontal et sagittal, lors de l’IC et IF.
Les angles pour le plan sagittal ont été estimés grâce à un logiciel (GPEM Screen Editor) a 5° prés à IC et IF.
L'inclinaison du tronc a également été estimée aux 5 ° les plus proches sur le plan frontal à IC et IF. Les positions articulaires des segments estimées des plans frontaux et coronaux restantes ont été classées en fonction de l'apparition à IC et IF.
 
Saison, match et distribution sur le terrain
 
Les auteurs ont considéré les éléments suivant pour classer les différentes lésions :
  1. Mois de l’année de la lésion du LCA.
  2. Moment du match lors de la lésion du LCA (minute, mi-temps).
  3. Nombre de minutes jouées par le joueur blessé.
  4. Localisation sur le terrain lors de la lésion du LCA.

Résultats
 
Au total 148 lésions du LCA ont été intégrées à l’étude. Sur ces lésions, 75 en Série B et 55 en Série A, avec 60% des lésions à droite et 39% à gauche.
Cependant, l’analyse des mécanismes de la lésion a été possible pour 134 cas, soit 90% des lésions qui ont été inclus à l’étude.
La majorité des blessures (121 cas, 90%) impliquent une mise en charge sur la jambe lésée avec dans 70% des cas (94 cas) une mise en charge au sol en appui unipodal.
La distribution des lésions se fait comme suit :
  • 44% sans contact (59 cas).
  • 44% avec contact indirect (59 cas).
  • 12% avec contact direct (16 cas).
 
Quatre situations principales ont été identifiées pour les lésions du LCA sans contact ou avec contact indirect :
  1. Pressing/tacle (n = 55)
  2. « Être » taclé (n = 24)
  3. Retrouver l’équilibre après la frappe (n = 19)
  4. Réception de saut (n = 8)
 
1.Les situations pressing/tacle (47% - photos ci-dessous) ont toutes été classées dans les situations défensives, où le joueur va vers l’adversaire avec l’intention de tacler. Lors du pressing, le joueur se blesse sans contact, lors de la décélération ou lorsque qu’il casse la courbe de course (cutting).Lors des lésions avec tacle, il y a de manière typique un contact avec l’adversaire avant ou pendant le moment d’IF estimé.
Analyse vidéo des lésions du LCA dans le football masculin professionnel : étude des mécanismes de la blessure, des situations et de la biomécanique sur 134 cas consécutifs

2.« Être taclé » est la seconde situation la plus commune (20%). On retrouve dans cette situation un duel ou une situation d’interaction entre le joueur qui va se blesser et son adversaire soit dans (n = 13, 54%) soit hors (n = 11, 46%) la possession de balle. Il y a de manière systématique une perturbation soit du haut du corps (n = 14), soit du bas du corps (n = 10), sans contact direct sur le genou.
Analyse vidéo des lésions du LCA dans le football masculin professionnel : étude des mécanismes de la blessure, des situations et de la biomécanique sur 134 cas consécutifs

1.Retrouver l’équilibre après la frappe (16%). Dans cette situation de lésion, on remarque un contact entre les joueurs (n = 11, 58%) principalement au niveau du haut du corps.
 
2. Réception de saut (7%). Situation avec une prévalence moins importante, mais où l’on retrouve majoritairement des lésions du LCA sur des réceptions sur une seule jambe.
 
Analyse biomécanique
 
L’analyse biomécanique a été possible dans 107 cas, avec 75 cas qui ont eu une analyse dans les deux plans (frontal et sagittal) et 32 cas seulement une analyse dans le plan frontal.
Nous proposons une synthèse des résultats dans le tableau suivant qui permet de voir l’évolution des paramètres biomécaniques évalués de l’IC à l’IF.
 






La position inter segmentaire la plus courante lors de lésion du LCA dans cette étude est représentée par la figure ci-dessous.
Analyse vidéo des lésions du LCA dans le football masculin professionnel : étude des mécanismes de la blessure, des situations et de la biomécanique sur 134 cas consécutifs

La mise en charge sur une position de valgus du genou est observée dans 81% des cas avec une augmentation significative de la rotation interne et/ou adduction de hanche de l’IC à l’IF dans 69% des cas. L’effondrement sur la position de valgus ne représente que 13%.
 
Saison, match et distribution sur le terrain
 
La distribution durant la saison (n=148) a démontré une distribution bimodale, avec plus de blessures en début de saison (septembre-octobre) et un second pic lésionnel plus tard dans la saison (mars-mai).
Analyse vidéo des lésions du LCA dans le football masculin professionnel : étude des mécanismes de la blessure, des situations et de la biomécanique sur 134 cas consécutifs



​Le nombre de blessures subies lors de la première mi-temps (n=88, 62%) est plus élevé que celui lors de la seconde mi-temps (n=53, 38%). Un quart de toutes les blessures (n=34) sont survenues dans les 15 premières minutes du match (figure 6A).
Si l'on considère les minutes jouées, en tenant compte des remplacements, 68 % des blessures au ligament croisé antérieur sont survenues dans les 45 premières minutes (figure 6B)
 
Analyse vidéo des lésions du LCA dans le football masculin professionnel : étude des mécanismes de la blessure, des situations et de la biomécanique sur 134 cas consécutifs



Discussion
 
Les éléments importants que font ressortir cette étude sont les suivants :


1.Un nombre important de lésions du LCA dans le football professionnel surviennent lors d’un mécanisme sans contact direct à l’IF, mais une large proportion arrive avec une notion de contact indirect.
2.Quatre situations principales ont été répertoriées.
3.La distribution durant le match et la saison suggèrent un risque important dans la première partiedes deux entités.
 

Par rapport aux mécanismes de la lésion, 88% des lésions dans cette étude se sont faites sans contact direct sur le genou, ce qui est similaire aux études précédentes (85%).

Cependant, 44% des lésions du LCA étaient dues à des contacts indirects (prédominants au niveau du haut du corps ou du bassin) ce qui signifie que 56% des blessures possédaient une certaine forme de contact, ne laissant que 44% de lésion sans contact.

Ce pourcentage est différent de l’étude Waldén et al. (66% sans contact), mais similaire aux autres études (56% lésions directes et indirectes).

Les auteurs expliquent qu’au regard du plus grand échantillon d'analyse vidéo prospectivement identifié à ce jour (N = 134 blessures), ces résultats sont importants et reflètent probablement les mécanismes généralisés de blessures du LCA chez les footballeurs professionnels.




De manière similaire aux autres études, 2/3 des lésions du LCA sont apparues lors de situations défensives avec une notion de pressing ou une tentative de tacle.
Comme nous l’avons vu précédemment, les auteurs ont identifié 4 situations lésionnelles : pressing/tacle, retrouver l’équilibre après la passe, réception de saut ainsi qu’une nouvelle situation « être taclé ». Cette dernière représente 20% des lésions sans contact ou avec contact indirect.

Il est intéressant de remarquer que la perturbation est couplée avec une notion de distraction tout juste avant la lésion, ce qui joue un rôle important dans les causes lésionnels dans cette étude d’après les auteurs. Ce type de mécanisme est bien répertorié dans d’autres sports comme le basketball, le rugby et plus récemment le football américain.
 
Au niveau biomécanique, cette étude corrobore ce qui existe dans la littérature actuelle, c’est-à-dire que la lésion du LCA apparait généralement dans les premiers degrés de flexion avec une charge sur le genou en position de valgus dynamique.
Les auteurs démontrent qu’il existe bien un modèle de mouvement de charge élevée sur le genou (genou dominant) avec peu d’impact sur les autres articulations.
Comme nous l’avions fait remarquer dans le tableau de synthèse, il existe peu de changement dans le plan sagittal de l’IC à l’IF sur les autres articulations que le genou, qui subit lui une augmentation de l’angle de flexion de 22,5°.
Cette stratégie biomécanique préférentielle qui vient charger le genou est accompagnée par des altérations du mouvement dans le plan frontal et transversal, qui sont importants dans l’apparition de la lésion du LCA.
Le valgus dynamique du genou depuis l’IC vers l’IF retrouvé dans l’étude est similaire à ce qui avait été retrouvé dans de précédentes études, tout comme le mouvement en abduction de hanche. Cette abduction de hanche augmente la rotation interne et/ou l’adduction de l’IC vers l’IF dans 69% des cas. L’augmentation des mouvements dans le plan frontal est augmentée par l’abduction de hanche orientée de façon latérale et par la position du pied fixe au sol hors du polygone de sustentation.
Enfin, le dernier élément biomécanique répertorié comme ayant un impact sur le mécanisme de lésion du LCA est l’inclinaison du tronc. L’étude montre une moyenne d’inclinaison du tronc du côté de l’appui de 5° à partir de l’IC jusqu’à l’IF. Lors du mécanisme lésionnel type pressing, les auteurs démontrent une inclinaison du tronc homolatéral de 10° à l’IC jusqu’à 17,5° à l’IF.
Comme nous l’avons expliqué dans d’autres articles en lien avec le LCA, l’inclinaison du tronc augmente la charge directe sur le LCA en modifiant l’orientation de la force de réaction au sol. Il est donc un élément essentiel à appréhender dans les processus de prévention et de réhabilitation du LCA.
 
La distribution dans la saison des lésions montre comme les études précédentes un lien probable avec un manque de préparation (Septembre – Octobre) et/ou une accumulation de fatigue au cours de la saison (période Mars – Mai).
Cependant, la haute prévalence lors de la première mi-temps du match démontre une nouvelle fois que l’accumulation de la fatigue au cours du match n’est pas un facteur de risque clé de la lésion.
 
Considérations méthodologiques
 
La puissance de cette étude d’après les auteurs se résume en 4 points :
  • Taille importante de la cohorte par rapport aux études antérieures.
  • La nature consécutive des 134 blessures analysées.
  • La consistance des outils de mesure dans l’analyse biomécanique par 3 examinateurs différents.
  • La présentation de la distribution des blessures dans la saison, dans le match et la localisation (terrain) de la lésion.
Les limites de l’étude sont essentiellement : la non-utilisation du modèle gold standard pour ce type d’analyse, c’est-à-dire la technique de correspondance d'images basée sur un modèle standard, mais aussi l’exclusion des lésions lors des entrainements. Ceci pouvant interférer avec la présentation des lésions du LCA dans le football professionnel.
 

Conclusion
 
La plupart des lésions du LCA dans le football professionnel adviennent sans contact direct sur le genou, mais près de la moitié présentent un mécanisme avec un contact indirect. Le type défensif « pressing/tacle » est la situation lésionnelle la plus commune, mais des situations offensives ou de duel (« être taclé ») ont été décrites dans l’étude.
Ces données sont importantes à considérer pour mieux comprendre les situations à risques de lésion du LCA, dans un objectif de prévention primaire et secondaire lors de la réhabilitation.
 
De notre point de vu, ce type d’étude s’inscrit totalement dans l’objectif de faire correspondre la compréhension des mécanismes des blessures et la mise en place en pratique courante d’outils de réhabilitation et/ou de prévention pour impacter la susceptibilité lésionnelle éventuelle de l’athlète.
La notion de contact indirect et de perturbation neurocognitive pré-lésionnelle doit nous obliger à mettre en place une réhabilitation sur le terrain adaptée aux situations à risque de blessure.




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique