KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Taux de blessure, caractéristiques, et suivi à long-terme des blessures de la sternoclaviculaire : Analyse épidémiologique des 92 cas



Sandra Boesmueller, Margit Wech, Thomas M. Tiefenboeck, Domenik Popp, Adam Bukaty, Wolfgang Huf, Christian Fialka, Manfred Greitbauer,  Patrick Platzer.
Journal of trauma acute care surgery - Octobre 2015
 

INTRODUCTION



Les atteintes de l’articulation sternoclaviculaire (SC) sont rares et représentent 1% des luxations et 3% des blessures de l’épaule. (1,2) Le pathomécanisme le plus souvent retrouvé est le traumatisme indirect à haute-vitesse au niveau de l’épaule et de la poitrine. Certaines lésions par trauma mineur entrainent des luxations récidivantes, principalement antérieures dont le traitement est assez efficace, et postérieures qui peuvent être fatales de part la proximité des poumons et du médiastin. (4,5)
La classification de Allman est la plus utilisée :
  • Grade 1 : Instabilité articulaire et douleur légère ;
  • Grade 2 : Douleur, œdème articulaire, légère difformité ;
  • Grade 3 : Luxation antérieure ou postérieure, douleur forte, œdème et difformité.
A l’imagerie, le plus utilisé reste l’examen radiographique (méthode Rockwood). Les grades 1 et 2 sont normalement soignés par traitement conservateur, immobilisation et kinésithérapie. Les lésions de grade 3 doivent souvent être réduites et immobilisées ensuite, mais parfois le traitement chirurgical avec réduction ouverte et fixation interne est nécessaire.
Le but de cette étude fut de clarifier le taux de blessure de l’articulation sternoclaviculaire, ainsi que ses caractéristiques, basé sur l’analyse de l’épidémiologie, prenant en compte l’âge, le sexe, pathomécanisme, diagnostic radiologique, type de lésion (classification Allman) et le traitement associé. Nous présenterons également les données cliniques du suivi à long-terme.
 

METHODOLOGIE



92 sujets ont été sélectionnés dont 52 hommes et 40 femmes, parmi lesquels 45 ont été suivi à long-terme.
Le suivi s’effectuait à l’aide de différents questionnaires :
  • ASES SCORE : American Shoulder and Elbow Surgeons.
  • Simple Shoulder Test (SST)
  • UCLA Shoulder Scale
  • EVA.

RESULTATS

  • PATHOMECANISMES
Taux de blessure, caractéristiques, et suivi à long-terme des blessures de la sternoclaviculaire : Analyse épidémiologique des 92 cas

  • CLASSIFICATION/TRAITEMENT
Taux de blessure, caractéristiques, et suivi à long-terme des blessures de la sternoclaviculaire : Analyse épidémiologique des 92 cas

Taux de blessure, caractéristiques, et suivi à long-terme des blessures de la sternoclaviculaire : Analyse épidémiologique des 92 cas

  • DONNEES CLINIQUES /TESTS
Taux de blessure, caractéristiques, et suivi à long-terme des blessures de la sternoclaviculaire : Analyse épidémiologique des 92 cas

  • DONNEES CLINIQUES/SUIVI LONG TERME

DISCUSSION


Notre analyse sur 92 patients représente la plus large étude réalisée sur les atteintes de l’articulation sternoclaviculaire. Le taux de blessure 0,9% est légèrement inférieur à la littérature 1%, ce qui souligne une faible incidence pouvant être liée à une erreur de diagnostic comme lors des polytraumatismes du membre supérieur.
Au niveau du suivi à long-terme, pendant 11 ans, c’est l’étude de suivi le plus long effectué sur les pathologies de l’épaule évaluées grâce aux différents scores (ASES, SST, UCLA, EVA). Lors de cette étude, 93% des patients présentaient des résultats bons voire excellents, même si pour les grade 3, les résultats étaient légèrement moins bons. Le taux de luxation postérieure était de 5,4%, très inférieur aux références de la littérature (27%). Les principales causes de blessures retrouvées sont les chutes, puis les traumatismes lors de l’activité sportive, les accidents de la route, un âge élevé, et principalement de prédominance masculine. Lors du diagnostic, 14% des sujets n’avaient pas de douleur persistante ou ne se souvenait pas d’un traumatisme aigue. On ne retrouve pas de consensus dans la littérature sur la technique chirurgicale de prédilection, et lors de notre étude, seulement 4 sujets étaient de grade 3 selon Allman, trop peu pour pouvoir émettre des conclusions à ce sujet.
La plupart du temps et d’après la littérature, le traitement conservateur est le plus utilisé mais peut entrainer une instabilité chronique pour les luxations antérieures, tandis que pour les luxations postérieures, la meilleure solution reste le traitement chirurgical. Les patients ayant subit une réduction ouverte et fixation interne associée ont présenté de très bons résultats lors du suivi à long-terme.
Glass et Al a effectué une revue de 24 études rétrospectives sur 251 lésions SC dont la moyenne d’âge était de 29 ans, de prédominance masculine, et 80% présentaient d’excellents résultats cliniques. Lors de notre étude, la moyenne d’âge fut de 39 ans, prédominance masculine et 93% avaient des résultats bons voire excellents.
 

BIBLIOGRAPHIE
 
1.Nettles JL, Linscheid RL. Sternoclavicular dislocations. J Trauma. 1968; 8(2):158Y164.
2.CaveE.ShoulderGirdleInjuries.Chicago,IL:YearBookPublishers;1958.
3.Jaggard MK, Gupte CM, Gulati V, Reilly P. A comprehensive review of trauma and disruption to the sternoclavicular joint with the proposal of a new classification system. J Trauma. 2009;66(2):576Y584.
4.Ono K, Inagawa H, Kiyota K, Terada T, Suzuki S, Maekawa K. Posterior dislocation of the sternoclavicular joint with obstruction of the innominate vein: case report. J Trauma. 1998;44(2):381Y383.
5.Mehta JC, Sachdev A, Collins JJ. Retrosternal dislocation of the clavicle. Injury. 1973;5(1):79Y83.
6.PanzicaM,ZeichenJ,HankemeierS,GaulkeR,KrettekC,JagodzinskiM. Long-term outcome after joint reconstruction or medial resection arthro- plasty for anterior SCJ instability. Arch Orthop Trauma Surg. 2010;130(5): 657Y665.
7.Allman FL Jr. Fractures and ligamentous injuries of the clavicle and its articulation. J Bone Joint Surg Am. 1967;49(4):774Y784.
8.Groh GI, Wirth MA. Management of traumatic sternoclavicular joint in- juries. J Am Acad Orthop Surg. 2011;19(1):1Y7.
9.Glass ER, Thompson JD, Cole PA, Gause TM 2nd, Altman GT. Treat- ment of sternoclavicular joint dislocations: a systematic review of 251 dislocations in 24 case series. J Trauma. 2011;70(5):1294Y1298.
10.Groh GI, Wirth MA, Rockwood CA Jr. Treatment of traumatic posterior sternoclavicular dislocations. J Shoulder Elbow Surg. 2011;20(1):107Y113.
11.LaffosseJM,Espie ́A,BonnevialleN,MansatP,TricoireJL,BonnevialleP, Chiron P, Puget J. Posterior dislocation of the sternoclavicular joint and epiphyseal disruption of the medial clavicle with posterior displacement in sports participants. J Bone Joint Surg Br. 2010;92(1):103Y109.
12.Garretson RB 3rd, Williams GR Jr. Clinical evaluation of injuries to the acromioclavicular and sternoclavicular joints. Clin Sports Med. 2003; 22(2):239Y254.
13.Michener LA, McClure PW, Sennett BJ. American Shoulder and Elbow Surgeons Standardized Shoulder Assessment Form, patient self-report section: reliability, validity, and responsiveness. J Shoulder Elbow Surg. 2002;11(6):587Y594.
14.LippittSB,HarrymanDTII,MatsenFAIII.Apracticaltoolforevaluating function: the Simple Shoulder Test. In: Matsen FA III, Fu FH, Hawkins RJ, eds. The Shoulder: A Balance of Mobility and Stability. Rosemont, IL: American Academy of Orthopaedic Surgeons; 1993:501Y518.
15.Kirkley A, Griffin S, Dainty K. Scoring systems for the functional assess- ment of the shoulder. Arthroscopy. 2003;19(10):1109Y1120.
  1. McCormack HM, Horne DJ, Sheather S. Clinical applications of visual analogue scales: a critical review. Psychol Med. 1988;18(4):1007Y1019.
  2. 17. Richards RR, An KN, Bigliani LU, Friedman RJ, Gartsman GM, Gristina AG, Iannotti JP, Mow VC, Sidles JA, Zuckerman JD. A standardized method for the assessment of shoulder function. J Shoulder Elbow Surg. 1994;3(6):347Y352.
  3. 18. Lee SU, Park IJ, Kim YD, Kim YC, Jeong C. Stabilization for chronic sternoclavicular joint instability. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2010;18(12):1795Y1797.
  4. 19. Bahk MS, Kuhn JE, Galatz LM, Connor PM, Williams GR Jr. Acromioclavicular and sternoclavicular injuries and clavicular, glenoid, and scapular fractures. J Bone Joint Surg Am. 2009;91(10):2492Y2510.
  5. 20. Webb PA, Suchey JM. Epiphyseal union of the anterior iliac crest and medial clavicle in a modern multiracial sample of American males and females. Am J Phys Anthropol. 1985;68(4):457Y466.
  6. 21. Robinson CM, Jenkins PJ, Markham PE, Beggs I. Disorders of the sternoclavicular joint. J Bone Joint Surg Br. 2008;90(6):685Y696.
  7. 22. Rockwood CA Jr. (1990) Disorders of the sternoclavicular joint. In: Rockwood CA Jr, Matsen FA III, (eds) The Shoulder, 1st edn. WB Saunders, Philadelphia, pp 477Y525.
  8. 23. Tepolt F, Carry PM, Heyn PC, Miller NH. Posterior sternoclavicular joint injuries in the adolescent population: a meta-analysis. Am J Sports Med. 2014;42(10):2517Y2524.
  9. 24. Restrepo CS, Martinez S, Lemos DF, Washington L, McAdams HP, Vargas D, Lemos JA, Carrillo JA, Diethelm L. Imaging appearances of the sternum and sternoclavicular joints. Radiographics. 2009;29(3):839Y859.
  10. 25. Abiddin Z, Sinopidis C, Grocock CJ, Yin Q, Frostick SP. Suture anchors for treatment of sternoclavicular joint instability. J Shoulder Elbow Surg. 2006;15(3):315Y318.
  11. 26. Jesacher M, Singer G, Ho ̈llwarth ME, Eberl R. Traumatic posterior dis- location of the sternoclavicular joint. A case report of joint stabilization with gracilis tendon graft [in German]. Unfallchirurg. 2012;115(2):165Y168.
  12. 27. Chen QY, Cheng SW, Wang W, Lin ZQ, Zhang W, Kou DQ, Shen Y, Ying XZ, Cheng XJ, Lv CZ, et al. K-wire and tension band wire fixation in treating sternoclavicular joint dislocation. Chin J Traumatol. 2011;14(1): 53Y57.
  13. 28. Lehmann W, Laskowski J, Grossterlinden L, Rueger JM. Refixation of sternoclavicular luxation with a suture anchor system [in German]. Unfallchirurg. 2010;113(5):418Y421.
  14. 29. Rajaratnam S, Kerins M, Apthorp L. Posterior dislocation of the sternoclavicular joint: a case report and review of the clinical anatomy of the region. Clin Anat. 2002;15(2):108Y111.
  15. 30. Fenig M, Lowman R, Thompson BP, Shayne PH. Fatal posterior sternoclavicular joint dislocation due to occult trauma. Am J Emerg Med. 2010;28(3):385.e5Y385.e8. 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter