KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Congres Janvier 2019
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation Ki-Dos


Tendinopathie patellaires réfractaires traitées par résection arthroscopique du pôle patellaire inférieur chez des sportifs professionnels

Dhong Won Lee et Al.



Titre de présentation
Traitement des tendinopathie patellaires réfractaires par résection du pôle inférieure de la patella sur une population de sportifs à moyen terme
 
Introduction
La tendinopathie patellaire également connue sous le nom de « jumper knee » est généralement retrouvée chez des sportifs dont l’activité implique des sauts à haute intensité comme le volley ou le basket. Des stress répétitifs de l’appareil extenseur comme dans le football peuvent mener à des tendinopathies patellaires. L’historique de cette pathologie implique une douleur chronique et récurrente avec une diminution de la fonction pouvant limiter de façon importante la carrière professionnelle. Le principal risque de cette tendinopathie patellaire est la dégénérescence du tissus tendineux, une tendinose a généralement lieu dans la partie proximale et postérieure, à proximité du pôle patellaire inférieur. Le traitement conservateur reste le traitement de choix. Il inclut le repos, les anti-inflammatoire non stéroïdiens, le renforcement excentrique, les injections de PRP, les injections sclérosantes et les ondes de chocs. Même si ce traitement conservateur permet de diminuer les symptômes, de nombreux patients nécessitent un traitement chirurgical en raison de la durée prolongée de la symptomatologie. Le rôle du traitement chirurgical est l’excision du tissu dégénératif et la stimulation des mécanismes de cicatrisation du tendon patellaire et du pôle inférieur de la patella. La chirurgie est utilisée à ciel ouvert ou par l’intermédiaire d’une arthroscopie. La chirurgie arthroscopique implique les tissus mous uniquement par résection du synovium et du tissus adipeux et le débridement du tendon patellaire ou les tissus mous et le tissu osseux par résection ou ostéoplastie du pôle patellaire inférieur. Il n’existe pas de consensus quant à la meilleure technique chirurgicale.
 
Objectif
Le but de cette étude est d’évaluer l’efficacité à moyen terme de la résection arthroscopique du pôle inférieur de la patella chez des sportifs de haut niveau présentant des tendinopathies patellaires réfractaires. L’hypothèse réalisée est que la technique arthroscopique présenterait des résultats cliniques satisfaisants.
 
Méthodes
Quarante-deux sportifs professionnels avec tendinopathie patellaire réfractaire ayant subi une résection du pôle patellaire inférieur entre mars 2010 et décembre 2013 ont été sélectionnés. Les indications pour l’arthroscopie étaient une sensibilité localisée au pôle rotulien inférieur soulagée ou disparaissant lors de la flexion du genou jusqu’à 90 °, une imagerie par résonance magnétique (IRM) avec des signes de tendinopathie rotulienne au niveau de la partie proximale et postérieure (figure 1), des symptômes persistants aggravés lors de la réception de saut, des mouvements d'arrêt, de la marche et de la course sur de longue durée malgré un minimum de six mois de traitements conservateur, y compris l'injection de PRP et les ondes de choc et le désir de retourner à leur niveau d'activité sportive le plus tôt possible.
Tendinopathie patellaires réfractaires traitées par résection arthroscopique du pôle patellaire inférieur chez des sportifs professionnels

Les critères d'exclusion étaient les suivants: chirurgie antérieure au niveau du genou considéré, des conditions pathologiques concomitantes telles qu'un défaut d'alignement fémoro-patellaire, des lésions cartilagineuses de grade 1, des déchirures méniscales et des lésions du ligament croisé.
37 athlètes ont été inclus (tableau 1). L'âge moyen des patients était de 20,3 ans et le ratio hommes / femmes était de 32: 5. Tous avaient présenté un échec au traitement conservateur.
Tendinopathie patellaires réfractaires traitées par résection arthroscopique du pôle patellaire inférieur chez des sportifs professionnels

L'arthroscopie diagnostique a été réalisée à l'aide de voies d’abord antéro-médial (AM), antérolatéral (AL) et superolatéral (SL) standard. La synovectomie focale a été réalisée à l'aide d'un rasoir et d'un dispositif d'électrocautérisation (ArthroCare; Smith and Nephew, Austin, Texas, États-Unis) autour du pôle rotulien inférieur et de la partie tendineuse proximale et postérieure. Une fois clairement visualisée la partie extra-articulaire du pôle rotulien inférieur recouverte par l'enthèse du tendon rotulien (interface os-tendon), deux aiguilles 18-G ont été insérées pour prolonger coronairement la lésion estimée par IRM préopératoire (Figure 2). Un débridement complet du tendon patellaire pathologique et du paraténon a été réalisé avec l'excision du tampon graisseux de Hoffa hypertrophique. Une fraise arthroscopique de 3,5 mm a ensuite été introduite par le portail AM ou AL et l'insertion du tendon rotulien, y compris l'enthèse, a été décortiquée jusqu'à ce que l'os spongieux soit exposé (Figure 3). Une fois que le saignement actif de l'os a été confirmé par arthroscopie, la procédure a été jugée complète (Figure 4).
Tendinopathie patellaires réfractaires traitées par résection arthroscopique du pôle patellaire inférieur chez des sportifs professionnels

Tendinopathie patellaires réfractaires traitées par résection arthroscopique du pôle patellaire inférieur chez des sportifs professionnels
La mise en charge complète était conseillée 24 h après la chirurgie. Jusqu'à trois semaines après l'intervention chirurgicale, des exercices d'étirement du quadriceps et de renforcement excentrique ont été conseillés; après trois semaines, les patients ont pu réaliser des exercices de renforcement concentriques du quadriceps. Un test de force musculaire isocinétique du quadriceps était effectué 2 mois après l’intervention. On a conseillé à tous les patients ayant un déficit en force ≤ 15% de retourner au sport professionnel, tandis que ceux ayant un déficit supérieur à 15% ont été invités à continuer le renforcement fonctionnels et spécifiques au sport pendant encore quatre à huit semaines.
Des tests de force musculaire clinique et isocinétique ont été effectués avant la chirurgie et à un, deux, trois, six, 12 et 24 mois après la chirurgie. Comme évaluation subjective de la fonction du genou, le score de Lysholm, le score subjectif du genou de l'International Knee Documentation Committee (IKDC), l'échelle d'activité de Tegner, le score VISA-P de Victorian Institute of Sport et le score de Kujala ont été évalués. Des tests de résistance des muscles extenseurs isocinétiques à une vitesse angulaire de 60 ° / s en utilisant un dynamomètre Biodex System III (Biodex Medical Systems, Shirley, New York) ont été réalisés. L’index de symétrie entre les membres (LSI) a été calculé en divisant les données concernant le membre lésé par celles concernant le membre non lésé et en les multipliant par 100.
 
Résultats
La période de suivi moyenne était de 51,3 ± 14,8 mois. Au dernier bilan, le score de Lysholm est passé de 52,9 ± 10,2 à 96,4 ± 12,4, IKDC de 51,2 ± 8,7 à 93,5 ± 13,9, l’échelle d’activité de Tegner de 6,5 ± 1,0 à 8,9 ± 0,8, le score VISA-P de 55,9 ± 11,4. à 95,6 ± 12,1 et le score de Kujala de 51,8 ± 7,8 à 96,4 ± 14,4. Toutes les améliorations des scores étaient statistiquement significatives (p .001) (tableau 2). La force maximal du système extenseur à la vitesse angulaire de 60 ° / s et le LSI (%) est passé de 178,2 ± 42,9 Nm / kg à 275 ± 39,4 Nm / kg et de 71,4 ± 19,6% à 92,7 ± 21,7%, respectivement. La progression de l'échelle d'activité pré-lésionnelle, préopératoire et postopératoire de Tegner est illustrée à la figure 5. Trente-deux (86,5%) athlètes ont pu reprendre des activités sportives complètes avec une moyenne de 3,5 ± 1,7 mois et 27 (73%) les athlètes ont maintenu leur niveau d'activité sportive au dernier bilan. Les symptômes sont réapparus chez deux athlètes (5,2%). Aucun des patients de cette étude n'a dû arrêter de manière permanente la pratique d'un sport.

Tendinopathie patellaires réfractaires traitées par résection arthroscopique du pôle patellaire inférieur chez des sportifs professionnels
Discussion
La principale constatation de la présente étude était que le débridement du tendon rotulien arthroscopique et la résection du pôle inférieur de la rotule entrainent une amélioration symptomatique bonne à excellente chez les athlètes professionnels souffrant de douleurs antérieures au niveau du genou dues à une tendinopathie patellaire chronique réfractaire. Le temps moyen nécessaire pour reprendre des activités sportives complètes était de 3,5 mois et 86,5% ont pu retrouver leur niveau précédent.
Les options chirurgicales sont indiquées lorsque les traitements conservatoires ne permettent pas de soulager la douleur. Les procédures ouvertes classiques étaient divisées en tissus mous seuls ou en tissus mous avec une procédure osseuse (scission longitudinale du paraténon et du tendon rotulien avec l'excision de tout tissu anormal ; excision d'un tissu tendineux dégénératif et de multiples incisions longitudinales dans la partie proximale du tendon ; procédure combinée des tissus mous et des os dans laquelle un bloc osseux cortical a été retiré du pôle inférieur de la rotule avec la région centrale proximale du tendon rotulien). Cependant, après une procédure ouverte, un retour au niveau d'activité pré-lésion a été obtenu après huit à douze mois.
La chirurgie arthroscopique est désormais la plus utilisée. Un article de revue récent a montré que la chirurgie arthroscopique mini-invasive avait entraîné un retour au sport significativement plus rapide et un taux de réussite plus élevé que la chirurgie ouverte. Les procédures arthroscopiques peuvent permettre une récupération et une rééducation plus rapides, des taux élevés de retour aux activités sportives complètes et d'excellents résultats cliniques en termes de réduction de la douleur et de fonction chez les athlètes dont les conditions sont réfractaires au traitement conservateur. Les procédures arthroscopiques abordent également la tendinopathie patellaire chronique par les tissus mous seuls ou en combinaison avec une intervention osseuse. Il a été rapporté que, après la libération du tendon rotulien par arthroscopie au sein de la zone symptomatique chez 35 sportifs professionnels, 76,7% ont pu reprendre le sport à des niveaux antérieurs à 4,4 mois et 97% ont montré de bons résultats cliniques à un suivi à moyen et long terme. D’autres auteurs ont effectué un débridement arthroscopique du tissus adipeux de Hoffa avec excision du pôle inférieur de la rotule et ont montré que le score VISA-P était significativement amélioré (de 35,3 à 69,8 au stade d'un an et à 70,7 au suivi) et 70,3% des athlètes ont pu reprendre leur sport au même niveau trois mois après l’opération.
Certains auteurs ont évalué les résultats cliniques de la résection du pôle rotulien inférieur avec une IRM pré- et postopératoire de deux ans et ont montré des améliorations significatives de toutes les modalités jusqu'au dernier suivi, mais les résultats de l'IRM n'ont pas beaucoup changé. Cela corrobore la suggestion selon laquelle l'IRM pourrait ne pas être suffisamment sensible pour le diagnostic d'une tendinopathie patellaire récalcitrante.
D’autres auteurs ont démontré que les propriétés mécaniques du tendon sont altérées chez les athlètes présentant une tendinopathie rotulienne et que la diminution de la tension tendineuse est associée à une douleur persistante. Étant donné que le tendon rotulien agit comme un tampon mécanique et un ressort en réduisant la vitesse de transmission de la force pour prévenir les blessures, la tension accrue du tendon peut entraîner des douleurs et entraîner des lésions tissulaires supplémentaires. De ce fait, le débridement arthroscopique de l'enthèse du tendon rotulien, la libération et la résection du pôle inférieur rotulien pourraient améliorer la compliance tissulaire en changeant les tendons pathologiques en tendons nouvellement régénérés.
 
Conclusions
La résection arthroscopique du pôle inférieur de la rotule a montré des résultats cliniques satisfaisants et des taux élevés de retour au sport à moyen terme chez des athlètes professionnels présentant une tendinopathie patellaire chronique réfractaire.
 
Keywords
Athletes – patellar inferior pole – patellar tendinopathy – arthroscopy – decortication – debridement
 
Article original
Refractory patellar tendinopathy treated by arthroscopic decortication of the inferior patellar pole in athletes: mid terme outcomes, Dhong Won Lee et Al. The knee 2018, Doi : 10.1016/j.knee2018.02.015
 
Références
[1]  Gaida JE, Cook J. Treatment options for patellar tendinopathy: critical review. Curr Sports Med Rep 2011;10(5):255–70.
[2]  Lian OB, Engebretsen L, Bahr R. Prevalence of jumper's knee among elite athletes from different sports: a cross-sectional study. Am J Sports Med 2005;33(4):
561–7.
[3]  Van der Worp H, de Poel HJ, Diercks RL, van den Akker-Scheek I, Zwerver J. Jumper's knee or lander's knee? A systematic review of the relation between jump
biomechanics and patellar tendinopathy. Int J Sports Med 2014;35(8):714–22.
[4]  Bode G, Hammer T, Karvouniaris N, Feucht MJ, Konstantinidis L, Sudkamp NP, et al. Patellar tendinopathy in young elite soccer — clinical and sonographical anal-
ysis of a German elite soccer academy. BMC Musculoskelet Disord 2017;18(1):344.
[5]  Lee WC, Zhang ZJ, Masci L, Ng GYF, Fu SN. Alterations in mechanical properties of the patellar tendon is associated with pain in athletes with patellar
tendinopathy. Eur J Appl Physiol 2017;117(5):1039–45.
[6]  Leal C, Ramon S, Furia J, Fernandez A, Romero L, Hernandez-Sierra L. Current concepts of shockwave therapy in chronic patellar tendinopathy. Int J Surg 2015;24
(Pt B):160–4.
[7]  Zayni R, Thaunat M, Fayard JM, Hager JP, Carrillon Y, Clechet J, et al. Platelet-rich plasma as a treatment for chronic patellar tendinopathy: comparison of a single
versus two consecutive injections. Muscles Ligaments Tendons J 2015;5(2):92–8.
[8]  Brockmeyer M, Diehl N, Schmitt C, Kohn DM, Lorbach O. Results of surgical treatment of chronic patellar tendinosis (jumper's knee): a systematic review of the
literature. Arthroscopy 2015;31(12) [2424-9 e3].
[9]  Fredberg U, Stengaard-Pedersen K. Chronic tendinopathy tissue pathology, pain mechanisms, and etiology with a special focus on inflammation. Scand J Med Sci
Sports 2008;18(1):3–15.
[10]  Alaseirlis DA, Konstantinidis GA, Malliaropoulos N, Nakou LS, Korompilias A, Maffulli N. Arthroscopic treatment of chronic patellar tendinopathy in high-level
athletes. Muscles Ligaments Tendons J 2012;2(4):267–72.
[11]  Alfredson H, Forsgren S, Thorsen K, Lorentzon R. In vivo microdialysis and immunohistochemical analyses of tendon tissue demonstrated high amounts of free
glutamate and glutamate NMDAR1 receptors, but no signs of inflammation, in jumper's knee. J Orthop Res 2001;19(5):881–6.
[12]  Figueroa D, Figueroa F, Calvo R. Patellar tendinopathy: diagnosis and treatment. J Am Acad Orthop Surg 2016;24(12):e184-e92.
[13]  Kaeding CC, Pedroza AD, Powers BC. Surgical treatment of chronic patellar tendinosis: a systematic review. Clin Orthop Relat Res 2007;455:102–6.
[14]  CucuruloT,LouisML,ThaunatM,FranceschiJP.Surgicaltreatmentofpatellartendinopathyinathletes.Aretrospectivemulticentricstudy.OrthopTraumatolSurg
Res 2009;95(8 Suppl. 1):S78–84.
[15]  Maier D, Bornebusch L, Salzmann GM, Sudkamp NP, Ogon P. Mid- and long-term efficacy of the arthroscopic patellar release for treatment of patellar
tendinopathy unresponsive to nonoperative management. Arthroscopy 2013;29(8):1338–45.
[16]  Pascarella A, Alam M, Pascarella F, Latte C, Di Salvatore MG, Maffulli N. Arthroscopic management of chronic patellar tendinopathy. Am J Sports Med 2011;39(9):
1975–83.
[17]  Coleman BD, Khan KM, Maffulli N, Cook JL, Wark JD. Studies of surgical outcome after patellar tendinopathy: clinical significance of methodological deficiencies
and guidelines for future studies. Victorian Institute of Sport Tendon Study Group. Scand J Med Sci Sports 2000;10(1):2–11.
[18]  Hoksrud A, Bahr R. Ultrasound-guided sclerosing treatment in patients with patellar tendinopathy (jumper's knee). 44-month follow-up. Am J Sports Med 2011;
39(11):2377–80.
[19]  Furia JP, Rompe JD, Cacchio A, Del Buono A, Maffulli N. A single application of low-energy radial extracorporeal shock wave therapy is effective for the manage-
ment of chronic patellar tendinopathy. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2013;21(2):346–50.
[20]  Gual G, Fort-Vanmeerhaeghe A, Romero-Rodriguez D, Tesch PA. Effects of in-season inertial resistance training with eccentric overload in a sports population at
risk for patellar tendinopathy. J Strength Cond Res 2016;30(7):1834–42.
[21]  Bahr R, Fossan B, Loken S, Engebretsen L. Surgical treatment compared with eccentric training for patellar tendinopathy (jumper's knee). A randomized, con-
trolled trial. J Bone Joint Surg Am 2006;88(8):1689–98.
[22]  ShelbourneKD,HenneTD,GrayT.Recalcitrantpatellartendinosisineliteathletes:surgicaltreatmentinconjunctionwithaggressivepostoperativerehabilitation.
Am J Sports Med 2006;34(7):1141–6.
[23]  Ferretti A, Conteduca F, Camerucci E, Morelli F. Patellar tendinosis: a follow-up study of surgical treatment. J Bone Joint Surg Am 2002;84-A(12):2179–85.
[24]  Coleman BD, Khan KM, Kiss ZS, Bartlett J, Young DA, Wark JD. Open and arthroscopic patellar tenotomy for chronic patellar tendinopathy. A retrospective out-
come study. Victorian Institute of Sport Tendon Study Group. Am J Sports Med 2000;28(2):183–90.
[25]  Willberg L, Sunding K, Ohberg L, Forssblad M, Alfredson H. Treatment of jumper's knee: promising short-term results in a pilot study using a new arthroscopic
approach based on imaging findings. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2007;15(5):676–81.
[26]  LorbachO,DiamantopoulosA,PaesslerHH.Arthroscopicresectionofthelowerpatellarpoleinpatientswithchronicpatellartendinosis.Arthroscopy2008;24(2):
167–73.
[27]  Santander J, Zarba E, Iraporda H, Puleo S. Can arthroscopically assisted treatment of chronic patellar tendinopathy reduce pain and restore function? Clin Orthop
Relat Res 2012;470(4):993–7.
[28]  JamesSL,AliK,PocockC,RobertsonC,WalterJ,BellJ,etal.Ultrasoundguideddryneedlingandautologousbloodinjectionforpatellartendinosis.BrJSportsMed
2007;41(8):518–21 [discussion 22].
[29]  Tsepis E, Vagenas G, Giakas G, Georgoulis A. Hamstring weakness as an indicator of poor knee function in ACL-deficient patients. Knee Surg Sports Traumatol
Arthrosc 2004;12(1):22–9.
[30]  Hiemstra LA, Webber S, MacDonald PB, Kriellaars DJ. Contralateral limb strength deficits after anterior cruciate ligament reconstruction using a hamstring tendon
graft. Clin Biomech (Bristol, Avon) 2007;22(5):543–50.
 
31]  Visnes H, Hoksrud A, Cook J, Bahr R. No effect of eccentric training on jumper's knee in volleyball players during the competitive season: a randomized clinical trial. Clin J Sport Med 2005;15(4):227–34.
[32]  Frohm A, Saartok T, Halvorsen K, Renstrom P. Eccentric treatment for patellar tendinopathy: a prospective randomised short-term pilot study of two rehabilita- tion protocols. Br J Sports Med 2007;41(7):e7.
[33]  Jonsson P, Alfredson H. Superior results with eccentric compared to concentric quadriceps training in patients with jumper's knee: a prospective randomised study. Br J Sports Med 2005;39(11):847–50.
[34]  Zwerver J, Hartgens F, Verhagen E, van der Worp H, van den Akker-Scheek I, Diercks RL. No effect of extracorporeal shockwave therapy on patellar tendinopathy in jumping athletes during the competitive season: a randomized clinical trial. Am J Sports Med 2011;39(6):1191–9.
[35]  Zwerver J, Dekker F, Pepping GJ. Patient guided piezo-electric extracorporeal shockwave therapy as treatment for chronic severe patellar tendinopathy: a pilot study. J Back Musculoskelet Rehabil 2010;23(3):111–5.
[36]  Alfredson H, Ohberg L. Neovascularisation in chronic painful patellar tendinosis—promising results after sclerosing neovessels outside the tendon challenge the need for surgery. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2005;13(2):74–80.
[37]  Kon E, Filardo G, Delcogliano M, Presti ML, Russo A, Bondi A, et al. Platelet-rich plasma: new clinical application: a pilot study for treatment of jumper's knee. Injury 2009;40(6):598–603.
[38]  Fredberg U, Bolvig L, Pfeiffer-Jensen M, Clemmensen D, Jakobsen BW, Stengaard-Pedersen K. Ultrasonography as a tool for diagnosis, guidance of local steroid injection and, together with pressure algometry, monitoring of the treatment of athletes with chronic jumper's knee and Achilles tendinitis: a randomized, double-blind, placebo-controlled study. Scand J Rheumatol 2004;33(2):94–101.
[39]  Ryan M, Wong A, Rabago D, Lee K, Taunton J. Ultrasound-guided injections of hyperosmolar dextrose for overuse patellar tendinopathy: a pilot study. Br J Sports Med 2011;45(12):972–7.
[40]  Nanos KN, Malanga GA. Treatment of patellar tendinopathy refractory to surgical management using percutaneous ultrasonic tenotomy and platelet-rich plasma injection: a case presentation. PM R 2015;7(12):1300–5.
[41]  MarcheggianiMuccioliGM,ZaffagniniS,TsapralisK,AlessandriniE,BonanzingaT,GrassiA,etal.Openversusarthroscopicsurgicaltreatmentofchronicproximal patellar tendinopathy. A systematic review. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2013;21(2):351–7.
[42]  Sanchis-Alfonso V, Rosello-Sastre E, Subias-Lopez A. Neuroanatomic basis for pain in patellar tendinosis (“jumper's knee”): a neuroimmunohistochemical study. Am J Knee Surg 2001;14(3):174–7.
[43]  Krevolin JL, Pandy MG, Pearce JC. Moment arm of the patellar tendon in the human knee. J Biomech 2004;37(5):785–8.
[44]  Magnusson SP, Hansen P, Kjaer M. Tendon properties in relation to muscular activity and physical training. Scand J Med Sci Sports 2003;13(4):211–23.
 
 
 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales