KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Une approche fondée sur des données probantes pour choisir les techniques de récupération post-exercice pour réduire les marqueurs de lésions musculaires, de douleurs, de fatigue et d’inflammation : une revue systématique avec méta-analyse

Dupuy et al.



Résumé de l’étude : Revue systématique avec méta-analyse ayant pour but de comparer l’efficacité de différentes interventions de récupération. Le massage semble être le plus efficace à la fois pour les DOMS et pour la fatigue ressentie. L'immersion et l'utilisation de vêtements de compression ont également un impact positif significatif sur ces variables, mais avec un effet moins prononcé. Les techniques les plus puissantes pour lutter contre inflammation sont le massage et l'exposition au froid, telles que l'immersion et la cryothérapie.
 
Introduction

Maximiser la capacité de performance d’un athlète n’est pas seulement une question d’entraînement. Cela dépend également d'un équilibre optimal entre l'entraînement et la récupération afin d'éviter une mauvaise adaptation aux contraintes psychologiques et physiologiques accumulées induites par la charge d'entraînement (Meeusen et al., 2013; Soligard et al., 2016).
 
Dans ce contexte, il est important que les entraîneurs et les scientifiques du sport optimisent la période de récupération afin de gérer les lésions musculaires, de soulager les DOMS, l'inflammation et la fatigue, permettant ainsi à l'athlète de se sentir moins fatigué et de réduire le risque de blessure (Cheung et al. ., 2003; Soligard et al., 2016)  ou d’inadaptation à la charge d’entrainement (Kenttä et Hassmén, 1998; Meeusen et al., 2013).

Plusieurs types d'interventions de récupération ont été proposées pour améliorer la récupération après un exercice physique (Barnett, 2006; Bishop et coll., 2008; Robson-Ansley et coll., 2009; Nédélec et coll., 2013; Kovacs et Baker, 2014). Les techniques de compression telles que le massage (Kargarfard et al., 2016), les vêtements compressifs (Marqués-Jiménez et al., 2016), ou immersion dans l'eau (Leeder et al., 2012); électrostimulation (Bieuzen et al., 2014a); les étirements (Herbert et Gabriel, 2002); les interventions anti-inflammatoires reposant la cryothérapie (Costello et al., 2015) ou l'immersion en eau froide (Poppendieck et al., 2013); et récupération active (Andersson et al., 2008).

Le but du présent travail est de comparer les effets des techniques de récupération les plus couramment utilisées sur les lésions musculaires, les DOMS, l'inflammation et la perception de la fatigue induite par l'exercice physique grâce à une méta-analyse de la littérature scientifique.
 
Méthodes

Recherche documentaire

Trois bases de données, à savoir PubMed, Embase et Web-of-Science ont utilisés, recherchant des essais contrôlés randomisés, des essais croisés et des études à mesures répétées ainsi que , deux bases de données contenant des thèses et des mémoires (Kinpubs et Sport-Discus).  
1693 études étaient potentiellement à inclure dans l'analyse (Figure 1).
 
Les résultats incluaient la mesure de DOMS, de la fatigue perçue, des lésions musculaires et des marqueurs inflammatoires chez des humains sains adultes.

Résultats

Résultats globaux

Sur les 1693 publications potentiellement pertinentes couvrant la période allant de 1958 à 2017, 99 ont satisfait à tous les critères d'inclusion.  Les nombres de participants et de groupes expérimentaux pour chaque marqueur inflammatoire sont rapportés dans les Figures 2 et 3.



Effet des méthodes de récupération sur les DOMS, la fatigue perçue, l'inflammation et les lésions musculaires

Le SMD (=Standard Mean Deviation) global indiquait un effet positif des interventions de récupération sur la magnitude des DOMS [SMD (IC à 95%) = -0,78 (-0,61 à -0,94), I2 = 56,62%] et la fatigue perçue [SMD (IC à 95%) = -1,40 (-0,89 à -1,92), I2 = 33%].

Comme le montre le tableau 1, la récupération active, le massage, les vêtements de compression, l’immersion, le traitement par bains et la cryothérapie ont entraîné une diminution faible à élevée (-2,26 <g <-0,40) de la magnitudes des DOMS, alors qu’il n’y avait pas de changement associé avec les autres méthodes.
 
Nous  avons constaté une diminution importante de la fatigue perçue (-2,55 <g <-0,88) après l’utilisation du massage, vêtements de compression et immersion, tandis que les autres méthodes n’ont aucun effet significatif.


En termes d’inflammation et de marqueurs de lésions musculaires, nous avons observé une diminution globale modérée de la créatine kinase [SMD (IC à 95%) = -0,37 (-0,58 à -0,16), I2 = 40,15%] et de faibles diminutions de l’interleukine -6 [SMD (IC à 95%) = -0,36 (-0,60 à -0,12), I2 = 0%] et de la protéine C-réactive [SMD (IC à 95%) = -0,38 (-0,59 à -0,14), I2 = 39%].

Effet des caractéristiques d'immersion sur les DOMS, la fatigue perçue, l'inflammation et les lésions musculaires

Comme le montre le tableau 1, nous avons trouvé un effet positif de l’immersion et du traitement par bains contrastés sur l’ampleur des DOMS [DMS (IC à 95%) = -0,47 (-0,77 à -0,18), I2 = 50,55% et -0,40 (-0,73 à -0,07), I2 = 17,07%, respectivement]. En termes de fatigue perçue, nous avons observé un effet positif après immersion [SMD (IC à 95%) = -1,16 (-1,94 à -0,39), I2 = 41,13%], alors qu’il n’y avait aucun changement après traitement par bains contrastés [SMD (95% CI) = −0.04 (−0.86 to 0.79), I2 = 0.00%]. L'effet de chaque procédure d'immersion (niveau d'immersion et température de l'eau) sur les DOMS et sur la fatigue perçue est présenté dans le tableau 2. A l’exception de l’immersion en eau chaude (> 36◦), toutes les procédures ont été associées à des améliorations similaires.


 
 
Discussion

Dans cette méta-analyse, nous avons comparé les impacts d'une seule séance de différents types de techniques de récupération après un exercice physique sur les DOMS, la fatigue perçue, l'inflammation [interleukine-6 ​​(IL-6), protéine C-réactive (CRP)] et les marqueurs de dommages musculaire [créatine kinase (CK)].
 
Le massage s'est révélé être l'intervention la plus puissante induisant des bénéfices significatifs dans les DOMS et la fatigue perçue, quels que soient les sujets (sportifs, sujets sédentaires).
De plus, l'utilisation de vêtements de compression et l'immersion ont eu un impact positif significatif sur les mêmes variables, mais avec un effet moins prononcé.
La récupération active, le traitement bain contrasté et la cryothérapie ont eu un impact positif uniquement sur les DOMS, tandis que le massage associé à l'étirement a également induit des avantages en termes de fatigue perçue.
Les autres techniques n'ont pas eu d'impact significatif sur les DOMS ou la fatigue, mais ont eu des effets sur les concentrations circulantes de CK, d'IL-6 et de CRP dans le sang.
 
Massage

Les DOMS sont induits par des lésions musculaires et le massage peut augmenter le flux sanguin musculaire et réduire l'œdème musculaire (Weerapong et al., 2005; Bakar et al., 2015). Il a été démontré qu'un massage de 20 à 30 minutes effectué immédiatement après ou jusqu'à 2 heures après l'exercice réduit efficacement les DOMS pendant 24 heures après l'exercice (Torres et al., 2012). De plus, nos résultats sont conformes à une méta-analyse récente indiquant que le massage diminue les DOMS pendant 72h après l'exercice (Guo et al., 2017). Nous avons même constaté un impact significatif jusqu'à 96 heures après l'exercice.
Chez les athlètes d'élite (coureurs d'ultra-marathon), le massage a considérablement abaissé la douleur perçue (Visconti et al., 2015). Une telle amélioration pourrait avoir un impact sur la fatigue ressentie, et notre méta-analyse a révélé que le massage était la technique la plus efficace pour réduire la fatigue ressentie. À la suite d’un effort sur vélo intense, Ogai et al. (2008) ont clairement constaté que la fatigue perçue était plus efficacement réduite par le massage que par le repos passif sans massage.
 
Vêtements de compression

Semblable au massage, l'utilisation de vêtements de compression et l'immersion en eau froide ont eu un impact significatif et positif sur les DOMS et la fatigue perçue, mais avec un effet moins prononcé. Il a déjà été rapporté dans une revue narrative (MacRae et al., 2011) et une méta-analyse (Hill et al., 2014; Marqués-Jiménez et al., 2016) que l'utilisation de vêtements compressifs après un exercice créant des dommage améliorait les DOMS. De plus, des travaux récents ont confirmé ces résultats et ont montré que les effets étaient encore significatifs à 96 h après l'exercice (Marqués-Jiménez et al., 2016).
 
Notre étude actuelle a confirmé l'impact significatif des vêtements de compression sur les DOMS à 96h après l'exercice. Nous avons également constaté une diminution significative de la fatigue perçue lorsque des vêtements de compression étaient utilisés.
Il a été suggéré que l'utilisation d'un vêtement de compression peut également réduire les lésions musculaires et l'inflammation induites par l'exercice (Kraemer et al., 2004). Cependant, dans notre méta-analyse, nous n'avons observé aucun changement significatif des concentrations de CK, d'IL-6 ou de CRP après l'utilisation de vêtements de compression après l'exercice.

Immersion

L'effet de l'immersion en eau froide (CWI) sur les DOMS et la fatigue perçue était significatif, mais la taille de l'effet était faible en termes de DOMS. Une méta-analyse antérieure indiquait que la CWI induisait un effet significatif qui était encore observable 96 heures après l'exercice par rapport à la récupération passive (Bleakley et al., 2012).

Une exposition de 11-15◦ C sur 11-15 min était considérée comme la circonstance optimale pour obtenir un impact positif du CWI après un exercice afin de réduire les DOMS (Machado et al., 2016). Dans notre méta-analyse, nous avons pu détecter des différences significatives en fonction de la température de l'eau. Nous avons observé que seule l'immersion dans l'eau à une température inférieure à 15 ° C avait un impact positif sur l'inflammation. Selon le type d'exercice, la durée de l'immersion, le niveau d'immersion et la température de l'eau, les résultats étaient parfois différents.


Aucun effet significatif n'a été observé dans notre méta-analyse concernant les modifications des concentrations d'IL-6 et de CRP dans le sang. Une observation similaire a déjà été présentée (Halson et al., 2008; Hohenauer et al., 2015)

Thérapie par bains contrastés (CWT)

Nous avons constaté que CWT avait un impact significatif sur les DOMS (même si la taille de l'effet était faible) mais pas sur la fatigue perçue.

De plus, dans la présente méta-analyse, nous avons constaté que le CWT réduisait les concentrations de CK dans le sang, indiquant une diminution des dommages musculaires.


Récupération active


La récupération active (Active RecoveryAR) a eu un effet similaire à CWT sur les DOMS (mais avec une taille d'effet plus grande) sans impact sur la fatigue perçue. L'effet de l'AR sur les DOMS après un exercice intense est connu depuis plus de 30 ans (Armstrong, 1984). Cependant, l'impact de la RA n'est significatif que pendant une courte période après l'exercice (Zainuddin et al., 2006). Dans notre méta-analyse, nous n'avons pas pu montrer une influence supérieure de la RA par rapport aux autres techniques de récupération étudiées.


Cryothérapie

La cryothérapie / cryostimulation était efficace pour réduire les DOMS après l'effort, mais avait une taille d'effet plutôt faible.

Nos résultats étaient conformes aux conclusions présentées dans une récente revue de Lombardi et al. (2017), dans lequel l'utilisation de la CWI était associée à une amélioration de la fatigue musculaire, de la douleur et du bien-être. Cependant, la présente méta-analyse a révélé que l'effet sur les DOMS n’est efficace que peu après l'exposition. Nous avons trouvé un effet positif <6 h après l'exercice mais cet effet n'est pas présent après 24 heures ou plus tard. Ainsi, la cryothérapie effectuée 24 h après la fin de l'exercice est inefficace pour soulager les DOMS. De plus, il semble qu'un seul traitement de cryostimulation n'influence pas les concentrations de CK et de CRP dans le sang après l'exercice.

Cependant dans notre méta-analyse, un seul traitement de cryostimulation après exercice induit une diminution significative de la concentration d'IL-6 dans le sang.


Étirement / électrostimulation


Dans le présent travail, nous n'avons trouvé aucune influence significative des étirements ou de l’électrostimulation sur les DOMS et la fatigue.
De plus, nos résultats à 6 h après l'exercice indiquaient que l'étirement pourrait même produire des DOMS, comme le rapportent Smith et al. (1993).

Conclusion

En conclusion, nous avons pu identifier plusieurs techniques de récupération pouvant être utilisées après une seule séance d'exercices pour induire une réduction des DOMS et / ou de la fatigue perçue. Parmi eux, le massage semble être le plus efficace à la fois pour les DOMS et pour la fatigue ressentie. L'immersion et l'utilisation de vêtements de compression ont également un impact positif significatif sur ces variables, mais avec un effet moins prononcé. La fatigue perçue peut être efficacement traitée à l'aide de techniques de compression, telles que les vêtements de compression, les massages ou l'immersion. En outre, les techniques de récupération les plus puissantes après inflammation sont le massage et l'exposition au froid, telles que l'immersion et la cryothérapie.
 
Article original : Dupuy O, Douzi W, Theurot D, Bosquet L and Dugué B (2018) An Evidence-Based Approach for Choosing Post-exercise Recovery Techniques to Reduce Markers of Muscle Damage, Soreness, Fatigue, and Inflammation: A Systematic Review With Meta-Analysis. Front. Physiol. 9:403. doi: 10.3389/fphys.2018.00403
 
 
Bibliographie :
Andersson, H. M., Raastad, T., Nilsson, J., Paulsen, G., Garthe, I., and Kadi, F. (2008). Neuromuscular fatigue and recovery in elite female soccer: effects of active recovery. Med. Sci. Sports Exerc. 40, 372–380. doi: 10.1249/mss.0b013e31815b8497
Barnett, A. (2006). Using recovery modalities between training sessions in elite athletes: does it help? Sports Med. 36, 781–796. doi: 10.2165/00007256-200636090-00005
Bishop, P. A., Jones, E., and Woods, A. K. (2008). Recovery from training: a brief review: brief review. J. Strength Cond. Res. 22, 1015–1024. doi: 10.1519/JSC.0b013e31816eb518
Costello, J. T., Baker, P. R., Minett, G. M., Bieuzen, F., Stewart, I. B., and Bleakley, C. (2015). Whole-body cryotherapy (extreme cold air exposure) for preventing and treating muscle soreness after exercise in adults. Cochrane Database Syst. Rev. CD010789. doi: 10.1002/14651858.CD010789.pub2
Meeusen, R., Duclos, M., Foster, C., Fry, A., Gleeson, M., Nieman, D., et al. (2013). Prevention, diagnosis, and treatment of the overtraining syndrome: joint consensus statement of the European College of Sport Science and the American College of Sports Medicine. Med. Sci. Sports Exerc. 45, 186–205. doi: 10.1249/MSS.0b013e318279a10a
Soligard, T., Schwellnus, M., Alonso, J. M., Bahr, R., Clarsen, B., Dijkstra, H. P., et al. (2016). How much is too much? (Part 1) International Olympic Committee consensus statement on load in sport and risk of injury. Br. J. Sports Med. 50, 1030–1041. doi: 10.1136/bjsports-2016-096581
Cheung, K., Hume, P., and Maxwell, L. (2003). Delayed onset muscle soreness: treatment strategies and performance factors. Sports Med. 33, 145–164. doi: 10.2165/00007256-200333020-00005
Kenttä, G., and Hassmén, P. (1998). Overtraining and recovery. A conceptual model. Sports Med. 26, 1–16. doi: 10.2165/00007256-199826010-00001
Kovacs, M. S., and Baker, L. B. (2014). Recovery interventions and strategies for improved tennis performance. Br. J. Sports Med. 48, i18–i21. doi: 10.1136/bjsports-2013-093223
Leeder, J., Gissane, C., van Someren, K., Gregson, W., and Howatson, G. (2012). Cold water immersion and recovery from strenuous exercise: a meta-analysis. Br. J. Sports Med. 46, 233–240. doi: 10.1136/bjsports-2011-090061
Robson-Ansley, P. J., Gleeson, M., and Ansley, L. (2009). Fatigue management in the preparation of Olympic athletes. J. Sports Sci. 27, 1409–1420. doi: 10.1080/02640410802702186
 
 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter