KINESPORT KINESPORT







Une étude sur les lésions du ligament croisé antérieur (LCA) chez les footballeurs professionnels révèle que seulement 65% des joueurs évoluent toujours au plus haut niveau 3 ans après rupture



M Waldén, M Hägglund, H Magnusson, J Ekstrand.
 
La rupture du ligament croisé antérieur (LCA) est une lésion d’ampleur importante pour le footballeur et les conséquences à long terme comme la gonarthrose précoce sont bien connues [1]. Une récente étude rapporte une augmentation du taux annuel de blessure du LCA en Major League Soccer (MLS) entre 1996 et 2012, malgré que l’exposition au jeu n’ait pas été prise en considération. Pourtant, lors de la dernière décade, on constate une diminution du nombre de lésions ligamentaires dans le football professionnel en Europe.
Il existe de nombreuses études traitant de la reprise sportive (RTP) suite à une lésion du LCA ayant subi une ligamentoplastie ou pas. Même si la majorité des joueurs peuvent reprendre le football après atteinte du LCA, il n’est pas rare que des problèmes persistent et nécessitent une seconde intervention chirurgicale. L’ampleur de cette problématique reste floue dans la littérature actuelle.
De plus, même s’il a été démontré que la majorité des footballeurs ayant subi une ligamentoplastie du LCA reprennent leur activité au cours de l’année suivant l’intervention chirurgicale, le taux de participation à long terme est inconnu.
Cette étude a réalisé un suivi longitudinal de footballeurs professionnels pendant 14 saisons avec pour objectif de rapporter :
  • L’évolution temporelle du taux de lésion du LCA.
  • Le taux de complications survenant avant le retour à la compétition.
  • L’influence de cette blessure sur le futur du joueur.
Matériel et méthode :
Dans cette étude, un total de 4443 joueurs évoluant au plus haut niveau dans 16 pays ont été suivis sur un nombre variable de saisons entre janvier 2001 et mai 2015. L’ensemble des footballeurs faisaient partie de l’équipe principale. Les données concernant ceux ayant quitté l’équipe en court de saison ont été inclus dans l’étude pour la période à laquelle ils appartenaient au club.
Le RTP était défini comme le nombre de jours entre la lésion ou la reconstruction et la reprise d’un entrainement complet avec l’équipe sans restriction, ainsi que le délai avant la participation au premier match. Le retour au même niveau de jeu correspondait à la réintégration du plus haut niveau de compétition national.
Le temps d’exposition de chaque joueur était enregistré par les staffs des différents clubs et des équipes nationales. Toutes les blessures ont été suivies de la date de la lésion ou de la reconstruction ligamentaire jusqu’à la reprise d’activité afin de répertorier les éventuelles complications survenant en cours de réhabilitation et après le reprise d’entrainement imposant une prolongation du temps d’indisponibilité.
Afin d’évaluer l’influence a court terme, les joueurs blessés ont été suivi pendant les 3 années suivant la reprise complète.
L’évolution temporelle du taux de blessures était analysée en utilisant un modèle de régression linéaire.

Résultats :
Cent cinquante-sept lésions dont 17 ruptures partielles sur 149 sujets ont été répertoriées.
  • Six rechutes et 2 ruptures du LCA du membre controlatéral ont été enregistrées durant l’étude (2 026 211 heures d’entrainement et 361 702 heures de match) ce qui représente un taux lésionnel de 0.066 pour 1000 heures (tableau 1).
  • Le taux de rupture complète est significativement plus élevé que le taux de rupture partielle (0.059 vs 0.007 pour 1000h ; RR 8.2, 95% CI, 5.0 à 13.6, p<0.001).
  • Le risque de lésion est 20 fois plus élevé en match qu’à l’entrainement (0.340 vs 0.017 pour 1000 heures ; RR 20.4, 95% CI 13.9 à 29.6, P<0.001). Le nombre de blessures du LCA enregistré par saison variait entre 1 et 19 lors des matchs et entre 0 et 7 lors des entrainements.
  • La moyenne d’âge concernant les 140 joueurs présentant une rupture totale du LCA était de 24,7 ans.
La majorité des ruptures totales (138/140) ont subi une reconstruction.
Un joueur a dû mettre un terme à sa carrière directement après sa blessure et un second reprit l’entrainement après 92 jours et effectua son premier match après 105 jours sans traitement chirurgical.

Tableau 1 : Caractéristiques lésionnelles et RTP.
Le taux de RTP :
97% des joueurs ayant subi une rupture complète ont pu revenir à leur niveau initial. Seulement 5 d’entre eux non pas rejoué de match malgré la réintégration du groupe d’entrainement.
Pour la plupart des joueurs, le retour sur le terrain est survenu au cours de l’année suivant la reconstruction (tableau 2).
Après ligamentoplastie, une moyenne de 201,5 jours d’absence a été observée avant la reprise de l’entrainement et 225 jours avant le premier match.
 

Tableau 2 : Répartition temporelle du RTP.
Complications :
Neuf joueurs (6,7%) traités chirurgicalement ont présenté des complications avant de pouvoir reprendre la compétition.
Cinq joueurs ont souffert d’une rupture du greffon durant la phase de réhabilitation ou après la reprise de l’entrainement.
Quatre joueurs ont dû avoir recours à une arthroscopie pour des problèmes méniscaux ou cartilagineux.

Discussion :
Les points importants relevés dans cette étude sont :
  • Le taux de lésion du LCA chez les footballeurs professionnels n’a pas diminué depuis 2001.
  • De plus, le taux de rechutes (4%) ainsi que le taux d’interventions chirurgicales ultérieures sur la même articulation (3%) avant de pouvoir rejouer le premier match n’est pas négligeable.
  • Finalement, plus de 90% des joueurs ayant subi une ligamentoplastie retournent sur le terrain dans l’année, mais seulement 65% évoluent encore au plus haut niveau après 3 ans.
Pourquoi le taux de lésion ne diminue pas ?
La fatigue est un facteur de risque qui fait débat dans la littérature, une grande partie des lésions du LCA surviennent au début de la première période de jeu ou chez des joueurs qui viennent de monter au jeu. Ceci suggère qu’il s’agit d’un état de fatigue installé avant l’entame de l’exercice qui peut être la conséquence d’un agenda condensé [21, 22].
De par ces constatations, il est recommandé que les staffs médicaux et techniques travaillent en étroite collaboration afin de pouvoir mettre en place des stratégies de prévention efficaces.
De nombreux travaux ont démontré qu’on pouvait agir de manière préventive par la mise en place d’un programme d’entrainement neuromusculaire [18-20].
Un taux de RTP élevé dans l’année suivant la reconstruction.
Il est évident que le RTP est un processus complexe qui implique de nombreux facteurs médicaux et non médicaux [25]. De plus, Arden et al dans une récente méta-analyse portant sur 69 études incluant 7556 patients a rapporté que seulement 65% des joueurs ayant subi une ligamentoplastie retrouvaient leur niveau de jeu initial [26]. Cependant, plusieurs articles rapportent un taux de RTP allant de 76% à 100% [2,6,8,9].
Dans cette étude, 100% des joueurs opérés ont repris l’entrainement et 90% ont repris la compétition en moins de 12 mois. Ces résultats sont nettement supérieurs par rapport à une étude australienne concernant différents sports qui rapporte que seulement deux-tiers des sportifs ont repris leur activité dans l’année [27]. Cette différence peut être la conséquence des moyens mis en œuvre dans le football professionnel tant dans le cadre du diagnostic que dans les stratégies de réhabilitation [28].
Malgré le fait que l'ensemble des joueurs opérés était apte à reprendre l’entrainement, cinq d’entre eux (4%) ont souffert d’une rechute avant de pouvoir jouer leur premier match et 4 joueurs (3%) ont rechuté dans les 3 mois suivant la reprise de la compétition.
Selon Wiggins et al. le risque de survenue d’une rechute ou d’une rupture du LCA controlatérale suivant une reconstruction est 35 fois plus élevé que chez les sportif sains. Ce risque semble plus important en homolatéral dans les 2 premières années suivant la reconstruction alors que la proportion de lésion du membre controlatéral semble survenir à plus long terme.

Références :
1 von Porat A, Roos EM, Roos H. High prevalence of osteoarthritis 14 years after an anterior cruciate ligament tear in male soccer players: a study of radiographic and patient relevant outcomes. Ann Rheum Dis 2004;63:269–73.
2 Erickson BJ, Harris JD, Cvetanovich GL, et al. Performance and return to sport after anterior cruciate ligament reconstruction in male Major League Soccer players. Ort J Sports Med 2013;1: 2325967113497189.
3 Ekstrand J, Hägglund M, Kristenson K, et al. Fewer ligament injuries but no preventive effect on muscle injuries and severe injuries: an 11-year follow-up of the UEFA Champions League injury study. Br J Sports Med 2013;47:732–7.
4 Lundblad M, Waldén M, Magnusson H, et al. The UEFA injury study: 11-year data concerning 346 MCL injuries and time to return to play. Br J Sports Med 2013;47:759–62.
5 Waldén M, Hägglund M, Ekstrand J. Time-trends and circumstances surrounding ankle injuries in men’s professional football: an 11-year follow-up of the UEFA Champions League injury study. Br J Sports Med 2013;47:748–53.
6 Brophy RH, Schmitz L, Wright RW, et al. Return to play and future ACL injury risk after ACL reconstruction in soccer athletes from the Multicenter Orthopedic Outcomes Network (MOON) group. Am J Sports Med 2012;40:2517–22.
7 Roi GS, Nanni G, Tencone F. Time to return to professional soccer matches after ACL reconstruction. Sport Sci Health 2006;1:142–5.
8 Waldén M, Hägglund M, Magnusson H, et al. Anterior cruciate ligament injury in elite football: a prospective three-cohort study. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2011;19:11–19.
9 Zaffagnini S, Grassi A, Marcheggiani Muccioli GM, et al. Return to sport after anterior cruciate ligament reconstruction in professional soccer players. Knee 2014;21:731–5.
10 Roi GS, Creta D, Nanni G, et al. Return to official Italian first division soccer games within 90 days after anterior cruciate ligament reconstruction: a case report. J Orthop Sport Phys Ther 2005;35:52–66.
11 Weiler R, Monte-Colombo M, Mitchell A, et al. Non-operative management of a complete anterior cruciate ligament injury in an English Premier League football player with return to play in less than 8 weeks: applying common sense in the absence of evidence. BMJ Case Rep published online 26 Apr 2015; doi:10.1136/ bcr-2014-208012.
12 Waldén M, Hägglund M, Ekstrand J. High risk of new knee injury in elite footballers with previous anterior cruciate ligament injury. Br J Sports Med 2006;40:158–62.
13 Waldén M, Hägglund M, Ekstrand J. Injuries in Swedish elite football—a prospective study on injury definitions, risk for injury and injury pattern during 2001. Scand J Med Sci Sports 2005 15:118–25.
14 Waldén M, Hägglund M, Ekstrand J. UEFA Champions League study: a prospective study of injuries in professional football during the 2001-2002 season. Br J Sports Med 2005;39:542–6.
15 Hägglund M, Waldén M, Bahr R, et al. Methods for epidemiological study of injuries to professional football (soccer) players: developing the UEFA model. Br J Sports Med 2005;39:340–6.
16 Ekstrand J, Waldén M, Hägglund M. Hamstring injuries have increased by 4% annually in men’s professional football, since 2001: a 13-year longitudinal analysis of the UEFA Elite Club Injury Study. Br J Sports Med Published Online First: 8 Jan 2016; doi:10.1136/bjsports-2015-095359.
17 Lindenfeld TN, Schmitt DJ, Hendy MP, et al. Incidence of injury in indoor soccer. Am J Sports Med 1994;22:364–71.
18 Gilchrist J, Mandelbaum BR, Melancon H, et al. A randomized controlled trial to prevent noncontact anterior cruciate ligament injury in female collegiate soccer players. Am J Sports Med 2008;36:1476–83.
19 Waldén M, Atroshi I, Magnusson H, et al. Prevention of acute knee injuries in adolescent female football players: cluster randomised controlled trial. BMJ 2012;344:e3042.
20 Silvers-Granelli H, Mandelbaum B, Adeniji O, et al. Ef ficacy of the FIFA 11+ injury prevention program in the collegiate male soccer player. Am J Sports Med 2015;43:2628–37.
21 Dupont G, Nedelec M, McCall A, et al. Effect of 2 soccer matches in a week on physical performance and injury rate. Am J Sports Med 2010;38:1752–8.
22 Carling C, McCall A, Le Gall F,et al. The impact of short periods of match congestion on injury risk and patterns in an elite football club. Br J Sports Med Published Online First: 18 Dec 2015; doi:10.1136/bjsports-2015-095501.
23 Waldén M, Krosshaug T, Bjørneboe J, et al. Three distinct mechanisms predominate in non-contact anterior cruciate ligament injuries in male professional football players: a systematic video analysis of 39 cases. Br J Sports Med 2015;49: 1452–60.
24 Bahr R, Thorborg K, Ekstrand J. Evidence-based hamstring injury prevention is not adopted by the majority of Champions League or Norwegian Premier League football teams: the Nordic Hamstring survey. Br J Sports Med 2015;49: 1466–71.
25 Creighton DW, Shrier I, Shultz R, et al. Return-to-play in sport: a decision-based model. Clin J Sport Med 2010;20:379–85.
26 Ardern CL, Taylor NF, Feller JA, et al. Fifty-five per cent return to competitive sport following anterior cruciate ligament reconstruction surgery: an updated systematic review and meta-analysis including aspects of physical functioning and contextual factors. Br J Sports Med 2014;48:1543–52.
27 Ardern CL, Webster KE, Taylor NF, et al. Return to the preinjury level of competitive sport after anterior cruciate ligament reconstruction surgery: two-thirds of patients have not returned by 12 months after surgery. Am J Sports Med 2011;39:538–43.
28 Ekstrand J. A 94% return to elite level football after ACL surgery: a proof of possibilities with optimal caretaking or sign of knee abuse? Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2011;19:1–2.
29 Wiggins AJ, Grandhi RK, Schneider DK, et al. Risk of secondary injury in younger athletes after anterior cruciate ligament reconstruction: a systematic review and meta-analysis. Am J Sports Med. Published Online First: [15 January 2016].
30 Waldén M. Return to sports after ACL reconstruction surgery: a risk for further joint injury? In: Sanchis-Alfonso V, Monllau JC, ed. The ACL-deficient knee. A problem solving approach. 1st edn. London: Springer-Verlag, 2013:183–8.
31 Barber-Westin SD, Noyes FR. Factors used to determine return to unrestricted sports activities after anterior cruciate ligament reconstruction. Arthroscopy 2011;27:1697–705.
32 Fuller CW, Ekstrand J, Junge A, et al. Consensus statement on injury definitions and data collection procedures in studies of football (soccer) injuries. Br J Sports Med 2006;40:193–201.




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique