KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Nouvelle formation Kinésithérapie Echo-assistée
  • Kinesport partenaire et affilié au football élite
  • Formation Ki-Dos
  • Récupération dans le Sport


Vitesse de changement de direction : Vers une approche de musculation avec des actions musculaires excentriques accentuées

Helmi Chaabene et al.



Résumé de l’article : Point de vue synthétisant que l'entraînement en force avec des actions musculaires excentriques accentuées a montré des effets bénéfiques sur la performance de vitesse de CoD chez les athlètes. De futures études comparatives sont nécessaires pour approfondir nos connaissances de ces résultats.
 
Introduction
 
La vitesse du Changement de Direction (Change of Direction = CoD) caractérise principalement la capacité des athlètes à décélérer dans les plus brefs délais et à accélérer rapidement dans une nouvelle direction [2, 3]. Des études antérieures ont examiné si la vitesse d’un CoD est liée à d'autres composants de la condition physique tels que la vitesse, la force musculaire et la puissance musculaire [4, 5]. Elles ont déterminé que la plupart des déterminants physiques de la vitesse d’un CoD ne sont pas résolus, justifiant que davantage de recherches sont nécessaires.
 
La force musculaire excentrique peut influencer fortement les performances de vitesse d’un CoD car elle permet aux athlètes de décélérer rapidement le corps à des vitesses de mouvement élevées, ce qui est une condition préalable importante pour la phase d'accélération du corps et la performance globale des tâches CoD. [9].

En se référant à des résultats d'étude précédemment publiés [6, 7], l'entraînement en force excentrique peut constituer une approche prometteuse.
Cette hypothèse concerne les résultats d'études d'entraînement en force excentrique qui ont permis d'élucider des adaptations musculaires, neuromusculaires, tendineuses et métaboliques spécifiques, pouvant être bénéfique pour les performances de vitesse d’un CoD [10, 11]. Cependant, les connaissances issues de ces études n'ont pas été traduites aux professionnels de la condition physique et aux chercheurs. Par conséquent, aucune étude n'a examiné les effets de l'entraînement unique en force excentrique sur la vitesse du CoD [12-14].

Ainsi, nous postulons dans cet article d'opinion que l'entraînement en force avec des actions musculaires excentriques accentuées devrait être mis en œuvre dans les programmes de préparation physique des populations athlétiques pour développer systématiquement la performance de vitesse du CoD.
 
Méthode

Une recherche bibliographique a été effectuée dans les bases de données électroniques PubMed et Google Scholar. Les études étaient admissibles à l'inclusion si elles examinaient des athlètes jeunes, de sous-élite ou d'élite,
 
Relation entre performance de vitesse de CoD et force excentrique

Il a déjà été démontré que des niveaux élevés de force musculaire excentrique sont nécessaires pour ralentir le corps humain à partir de vitesses de mouvement élevées pour permettre des mouvements rapides de CoD [52].

Il existe des preuves cohérentes de la relation entre les variables de la force musculaire excentrique et la performance de vitesse CoD [2, 6-8, 52]. Par exemple, Jones et al. [8] ont montré une corrélation significative et de grande taille (r = 0,63; p \ 0,01) entre la force musculaire excentrique maximale des fléchisseurs du genou et la performance de vitesse CoD (test 505) chez des élèves d'éducation physique âgés de 21 ans.

Chez les joueuses de basket-ball d'élite âgées de 24 ans, Spiteri et al. [7] ont trouvé des corrélations significatives et de grande taille entre la force excentrique maximale des extenseurs de la jambe et la performance dans le test 505 (r = -0,89; p \ 0,001) et le T test  (r = -0,88; p \ 0,001). De plus, les résultats des équations de régression ont révélé un potentiel prédictif élevé de la force maximale excentrique des extenseurs de la jambe avec les tests 505 et T Test(test T: R2 = 79,5%, test 505: R2 = 77,1%) [7]. En se référant à ces découvertes, on peut conclure qu'une force musculaire excentrique est nécessaire pour tolérer les charges de freinage ou la capacité de freinage afin d'optimiser les performances du CoD.

Dans une autre étude, Spiteri et al. [2] ont examiné les différences dans les forces de réaction au sol et les impulsions en utilisant une plaque de force triaxiale lors d'un test de vitesse de CoD à 45 °. Les résultats de cette étude ont montré que les joueurs ayant des niveaux de force élevés étaient capables de produire une plus grande force musculaire excentrique pendant la phase de freinage.

Naylor et Greig [6] ont trouvé des associations significatives de taille moyenne à grande entre la force excentrique maximale des ischios jambiers et la performance de vitesse du CoD (test T: r = 0,56-0,78, p B 0,01; test de décélération: r = 0,45-0,56, p B 0,05). Plus récemment, Jones et al. [53] ont observé des corrélations significatives de grande taille entre la force excentrique des fléchisseurs (r = 0,60, p \ 0,05) et des extenseurs (r = 0,67, p \ 0,01) du genou avec les performances de vitesse du CoD.

Pris ensemble, ces résultats montrent clairement des associations entre les mesures de la force musculaire excentrique et la performance de vitesse du CoD, ce qui explique pourquoi l'entraînement en force avec des actions musculaires excentriques accentuées pourraient être un moyen adéquat pour améliorer la performance de vitesse du CoD [2, 7, 8].

Effets du renforcement avec des actions musculaires excentriques accentuées sur les performances de vitesse du CoD

Notre recherche documentaire a révélé trois études qui ont examiné les effets de l'entraînement en force avec des actions musculaires excentriques accentuées sur la performance de vitesse CoD chez les athlètes [12-14]. La qualité méthodologique des études incluses était plutôt faible.
 
Lockie et al. [13] ont démontré des améliorations significatives de la performance de vitesse de CoD (Test de changement de direction et d'accélération [CoDAT] et T test) après 6 semaines d'entraînement.

De Hoyo et al. [12] ont étudié les effets d'un entraînement musculaire de 10 semaines avec des actions musculaires excentriques accentuées à l'aide d'un entrainement sur plateforme iso-inertielle sur les paramètres cinétiques (Force de réaction verticale au sol, impulsion excentrique, impulsion totale) pendant des tâches de CoD chez les jeunes joueurs de football âgés de 17 ans. Les résultats de cette étude ont montré des améliorations significatives dans la cinétique de vitesse du CoD après l'entraînement.

Tous-Fajardo et al. [14] ont étudié les effets d'un entraînement de force de 11 semaines avec des actions musculaires excentriques iso-inertielles accentuées et une vibration supplémentaire du corps entier par rapport à un entraînement combiné conventionnel qui incluait du travail de pliométrie, de vitesse linéaire et des exercices avec charges additionnelles chez des jeunes footballeurs d'élite âgés de 17 ans. Les résultats de cette étude ont démontré que l'entraînement en force avec des actions musculaires excentriques accentuées en combinaison avec des stimuli de vibration améliorait la performance en vitesse de CoD (ES = 1,22) plus que l'entraînement conventionnel (ES = 0,24).


Pris ensemble, les quelques études qui ont examiné les effets de l'entraînement en force avec des actions musculaires excentriques accentuées sur la performance de vitesse CoD chez les athlètes ont systématiquement rapporté des effets d'entraînement significatifs et pratiquement pertinents par rapport aux groupes de contrôle actifs.

Dans leur modèle, Sheppard et Young [4] ont considéré plusieurs «qualités musculaires des jambes», à savoir la force musculaire réactive, la force musculaire concentrique, la puissance musculaire et le déséquilibre musculaire gauche-droit comme déterminants importants de la vitesse de CoD. Dans ce document d'opinion, nous avons identifié des associations substantielles entre les variables de force musculaire excentrique et la performance de vitesse CoD.

Par conséquent, nous avons tenté d'inclure les résultats de ces études dans le modèle existant de Sheppard et Young [4] (figure 1).

Vers une approche de la musculation avec des actions excentriques accentuées

Pour optimiser les performances de vitesse de CoD, la capacité à accélérer et décélérer rapidement le corps humain par des actions musculaires concentriques et excentriques est primordiale.
En ce qui concerne la littérature disponible (bien que préliminaire), il semble raisonnable de considérer l'entraînement en force avec des actions musculaires excentriques accentuées comme un moyen important d'améliorer la capacité des athlètes à s'arrêter, à changer de direction et à repartir. Du point de vue du praticien, l'entraînement en force avec des actions musculaires excentriques accentuées peut être réalisé à l'aide d'appareils de surcharge excentriques spécifiques tels que des dispositifs iso-inertiels [12, 14]. Cependant, l'entraînement en force avec des actions musculaires concentriques ne doit pas être ignoré car il est nécessaire pour réaccélérer le corps pendant les tâches de CoD.

Conclusion

Cet article d'opinion actuel appelle à plus de recherche dans le domaine de la musculation et comment elle influe et optimise la performance de vitesse d’un CoD. Plus précisément, nous avons identifié un manque d'études et/ou une ignorance des chercheurs sur le rôle de la force musculaire excentrique pour le développement de la performance de vitesse dans le CoD. Compte tenu des résultats prometteurs des études transversales et d'intervention identifiées, nous recommandons aux chercheurs d’accorder plus d'attention à ce domaine de recherche en effectuant des études comparatives sur les effets de l'entraînement en force avec des actions musculaires excentriques accentuées par rapport aux exercices traditionnels dans la performance de vitesse de CoD chez les athlètes jeunes et adultes.
 
Article original :
 
Change of Direction Speed : Helmi Chaabene, Olaf Prieske, Yassine Negra,  Urs Granacher Toward a Strength Training Approach with Accentuated Eccentric Muscle Actions Sports Med https://doi.org/10.1007/s40279-018-0907-3
 
Références :
 
2. Spiteri T, Cochrane JL, Hart NH, Haff GG, Nimphius S. Effect of strength on plant foot kinetics and kinematics during a change of direction task. Eur J Sport Sci. 2013;13(6):646–52.
3. Chaabene H. Change of Direction Tasks: does the eccentric muscle contraction really matter. Sci Pages Sports Med. 2017;1(1):1–2. 

4. Sheppard JM, Young WB. Agility literature review: classifica- tions, training and testing. J Sports Sci. 2006;24(9):919–32. 

5. Brughelli M, Cronin J, Levin G, Chaouachi A. Understanding change of direction ability in sport: a review of resistance training studies. Sports Med. 2008;38(12):1045–63. 

6. Naylor J, Greig M. A hierarchical model of factors influencing a battery of agility tests. J Sports Med Phys Fit. 2015;55(11):1329–35. 

7. Spiteri T, Nimphius S, Hart NH, Specos C, Sheppard JM, Newton RU. Contribution of strength characteristics to change of direc- tion and agility performance in female basketball athletes. J Strength Cond Res. 2014;28(9):2415–23. 

8. Jones P, Bampouras TM, Marrin K. An investigation into the physical determinants of change of direction speed. J Sports Med Phys Fit. 2009;49(1):97–104. 

9. Green BS, Blake C, Caulfield BM. A comparison of cutting technique performance in rugby union players. J Strength Cond Res. 2011;25(10):2668–80. 

10. Douglas J, Pearson S, Ross A, McGuigan M. Chronic adaptations to eccentric training: a systematic review. Sports Med. 2017;47(5):917–41. 

11. Franchi MV, Reeves ND, Narici MV. Skeletal muscle remodeling in response to eccentric vs. concentric loading: morphological, molecular, and metabolic adaptations. Front Physiol. 2017;8:447. 

12. de Hoyo M, Sanudo B, Carrasco L, Mateo-Cortes J, Dominguez- Cobo S, Fernandes O, et al. Effects of 10-week eccentric overload training on kinetic parameters during change of direction in football players. J Sports Sci. 2016;34(14):1380–7. 

13. Lockie RG, Schultz AB, Callaghan SJ, Jeffriess MD. The effects of traditional and enforced stopping speed and agility training on 

multidirectional speed and athletic function. J Strength Cond Res. 2014;28(6):1538–51.
Tous-Fajardo J, Gonzalo-Skok O, Arjol-Serrano JL, Tesch P.
15. Enhancing change-of-direction speed in soccer players by func- tional inertial eccentric overload and vibration training. Int J Sports Physiol Perform. 2016;11(1):66–73.
52. Kovacs MS, Roetert EP, Ellenbecker TS. Efficient deceleration: the forgotten factor in tennis-specific training. Strength Cond J. 2008;30(6):58–69.
53. Jones PA, Thomas C, Dos’Santos T, McMahon JJ. Graham-Smith P The role of eccentric strength in 180° turns in female soccer players. Sports. 2017;5(2):42.
 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales