KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Vitesse de changement de direction et agilité réactive, deux compétences distinctes mais complémentaires.

Čoh M et al.



La vitesse de changement de direction et l'agilité réactive sont-elles des compétences indépendantes même en utilisant le même modèle de mouvement ?


Les résultats actuels suggèrent que les COD et les RA sont deux domaines de compétence distincts qui définissent l'agilité même en utilisant des scénarios de mouvement identiques à des fins d'évaluation. Par conséquent, l'entraînement d'agilité, en particulier dans les sports d'équipe, ne devrait pas se limiter à des tâches COD pures mais impliquer des scénarios spécifiques au sport d'une configuration spatiale congruente qui comprend des tâches de prise de décision.
 
 
Introduction :
L'agilité est une capacité physique complexe qui intègre plusieurs mécanismes et dépend de nombreux facteurs internes et externes. Elle est un élément essentiel dans de nombreux sports, en particulier ceux qui comprennent des schémas de mouvements complexes. Cette capacité peut être définie de plusieurs manières différentes selon les critères appliqués.
Alors que le paradigme actuel du développement de la vitesse chez les athlètes met l'accent sur l'amélioration de l’accélération, de la vitesse maximale et de l'endurance, les rapports suggèrent que la vitesse de changement de direction (COD) pourrait être plus importante. Cette capacité à changer de direction rapidement et précisément, est la façon dont certains auteurs ont classiquement défini l'agilité (2,11,27).
 
Cependant, des définitions plus récentes prennent en compte d'autres facteurs tels que le temps de réaction au démarrage, le contrôle du mouvement global, la flexibilité dynamique et l'équilibre du corps lors des COD (13,5,15,31,6). De nombreux auteurs ont également soutenu que cette capacité ne dépend pas uniquement des compétences motrices mais impliquent divers facteurs cognitifs (13,35,10,37). Des études sur la relation entre l'agilité et diverses aptitudes cognitives ont trouvé de fortes associations avec la vitesse de traitement visuel, la mémoire sensorielle, la reconnaissance kinesthésique des limites spatiales et l'anticipation (1,4,25,30,12,27).
Exécutés dans un environnement dynamique et instable, avec un temps limité et souvent sous un stress physique sévère, les décisions doivent être rapides et appropriées (28). Le processus de prise de décision est essentiel car il détermine la capacité à programmer des mouvements rapidement et efficacement avec la vitesse et la précision les mieux adaptées à un stimulus planifié ou non.
Par conséquent, les scénarios de mouvement non planifiés impliquent ce que l'on appelle l'agilité réactive alors que les situations de mouvement planifiées impliquent une agilité non réactive, déterminée plus par la vitesse de COD que toute composante réactive ou cognitive tels que l’anticipation, les facteurs visuels et perceptifs, la vitesse de réaction et les capacités d'attention sélective (25,26,23).
 
Dans les structures de mouvement qui comprennent des sports complexes, cette forme d'agilité réactive se manifeste beaucoup plus fréquemment que l'agilité planifiée puisque les situations spécifiques au sport sont des événements imprévisibles qui impliquent un mouvement aléatoire d'un objet ou d'un adversaire nécessite une réponse adaptée (19,23,14,3,22,30).
L'analyse de l'agilité dans un état planifié en mesurant la vitesse de COD et dans un état non planifié en mesurant la RA pourrait identifier quelle qualité est une meilleure mesure quantitative de l'agilité. En outre, il pourrait être possible de dériver des informations sur la mesure (par exemple, le temps jusqu'à l'achèvement) qui détermine le mieux les performances RA ou COD comme induites par les spécificités du protocole de test.
 
Par conséquent, le but de cette étude était de déterminer s'il y avait des différences dans les performances d'agilité lors de tests dans une tâche basée sur COD puis sur RA utilisant des configurations spatiales identiques. Deuxièmement, l'étude visait à identifier la relation entre COD et RA avec sprint en ligne droite, la puissance réactive des membres inférieurs et certaines caractéristiques anthropométriques.
 
Méthode :
Le but de cette étude était de déterminer s'il y avait des différences entre les deux approches pour quantifier l'agilité (réponse planifiée vs non planifiée) lors de la réaction à un stimulus dans des scénarios spatiaux identiques.
L'étude a porté sur 45 athlètes masculins et 31 athlètes féminines entraînées (âge 21,2 ± 1,78 et 20,6 ± 1,27 ans, taille 181,6 ± 8,31 et 167,7 ± 5,03 cm, masse corporelle 78,9 ± 11,33 et 63,3 ± 8,65 kg, respectivement).
Un système d'entraînement réactif basé sur un stimulus visuel (FitLight Trainer) a été utilisé pour mesurer le temps nécessaire à l'accomplissement d'une tâche évaluant l'agilité par COD dans un état planifié et la RA dans quatre configurations spatiales (Fig 1).
Les performances de sprint sur 30 m et la réactivité des membres inférieurs dans un test de saut à une jambe sur 10 m ont également été mesurées.
Le protocole de test pour la condition COD (planifiée) a fourni aux participants des connaissances avancées sur l'ordre séquentiel de l'activation des LED (FR: 1-2-3-4-5-6, UN: 1- 2-3-4- 5-6, SC: 1-2-3-4-5, LA: 1-2-3-4).
Deux essais ont été réalisés pour chaque configuration (séparés par 90 s de repos) avec le meilleur résultat sélectionné pour l'analyse statistique. Dans la condition RA, les mêmes configurations spatiales ont été utilisées sauf que l'ordre d'activation des LED était inconnu et non séquentiel (FA: 2-6-4-3-6-1, UN: 6-3-2-4 -1-5, SC: 4-2-3-1-5, LA: 3-1-4-2).
Similaire à la condition COD, deux essais ont été effectués dans chaque configuration avec le meilleur résultat retenu comme score final.
 
Vitesse de changement de direction et agilité réactive, deux compétences distinctes mais complémentaires.

Résultats et discussion :
Des différences statistiquement significatives entre les hommes et les femmes ont été trouvées dans trois des quatre tests d'agilité, sans différences statistiquement significatives observées dans la configuration universelle (UN) (tableau 1).
En termes d'exécution, ceci peut être considéré comme la plus complexe des quatre configurations car elle nécessite une attention et une concentration considérables (29) et un balayage visuel à 360° (9). Parmi les trois tests, la plus grande différence entre les sexes a été observée dans la configuration spatiale FR.
Cela peut être le résultat des exigences physiologiques et cognitives de ce test, nécessitant non seulement une accélération considérable, un freinage efficace, un équilibre dynamique et de multiples changements de direction à 180 degrés, mais aussi une concentration maximale.
La meilleure performance de réalisation de ce test et des deux autres chez les hommes s'explique par leur potentiel moteur inhérent plus élevé, en particulier en termes de puissance explosive, de puissance réactive, de vitesse d'accélération et de décélération.
 
Vitesse de changement de direction et agilité réactive, deux compétences distinctes mais complémentaires.

Les comparaisons entre les performances COD et RA ont révélé qu'il y avait des différences significatives entre les hommes dans les quatre configurations spatiales. Ces différences variaient de 13,8% à 22,3%, la plus grande différence étant dans la configuration UN (tableau 2). Cette variation peut s'expliquer par la tâche multidirectionnelle très complexe que comporte cette configuration, où la performance peut dépendre de l'expérience des athlètes, car plus la situation est complexe, plus le processus décisionnel est complexe (12).
Chez les femmes, les différences entre les performances de COD et de RA réalisées dans les configurations FR, SC et LA étaient variaient de 9,8% à 14,2% (Tableau 2).
Cependant, la différence entre les performances COD et RA dans la configuration UN était également la plus importante parmi tous les scénarios testés et s'élevait à plus de 30%.
Ainsi, en plus de l'expérience des athlètes, on peut supposer que la perception périphérique et d'autres composants cognitifs sont essentiels pour une performance efficace dans la configuration UN (4).
 
Vitesse de changement de direction et agilité réactive, deux compétences distinctes mais complémentaires.

L'un des objectifs secondaires de cette étude était de déterminer si les facteurs anthropométriques étaient associés aux performances de COD et RA, car l'optimisation du mouvement de l'agilité dépend de l'inertie (19, 4, 29, 21). Plus la taille ou le poids d’un athlère est élevé, plus la stabilité du corps est faible et plus le sportif sera désavantagé lors d’un COD (5).
Les tests d'agilité parmi les joueurs de tennis ont montré que ceux qui avaient une taille moins importante réussissaient mieux que les plus grands (30). Dans la présente étude, aucune corrélation significative n'a été trouvée chez les hommes entre la hauteur corporelle et l'un des protocoles d'agilité, la seule exception étant la condition LA-RA, qui présentait une corrélation négative significative avec la taille (r = -0,43) (Tableau 4).
L'influence négative de la taille sur la performance d'agilité est mieux exprimée dans le groupe féminin.
Des corrélations négatives significatives ont été trouvées principalement entre la taille et le RA, suggérant que les femmes plus petites réussissent mieux à changer la vitesse et la direction du mouvement quand il y a une composante cognitive. Étonnamment, le poids corporel n'a pas eu d’effet sur la performance d'agilité.
Vitesse de changement de direction et agilité réactive, deux compétences distinctes mais complémentaires.

Les effets de la vitesse et de la force / puissance sur l'agilité ont été fréquemment étudiés dans des études antérieures (4, 5, 34, 16, 22). Dans la présente étude, un large éventail de corrélations a été trouvé entre les performances d'agilité dans les conditions COD et RA et l’accélération (S15m), la vitesse maximale du sprint (L15m) et la puissance réactive (SK10m) (Tableau 4).
Un aspect qui doit être mentionné est que le sprint en ligne droite, d'un point de vue biomécanique, diffère de ceux exécuté dans les tests d'agilité. La nécessité d'une accélération et d'une décélération optimisées nécessite un contrôle de la vitesse, qui est associé à des facteurs tels que la stabilité et l'équilibre, le balayage visuel et l'anticipation.
Par rapport au sprint, la fréquence et la longueur des foulées lors des tests d'agilité sont respectivement plus grandes et plus courtes en raison des changements rapides dans la direction et la vitesse (26,4).
Chez les hommes, les corrélations les plus fortes lors de l'évaluation de S15m ont été observées entre SC-COD et SC-RA (r = 0.62 et r = 0.60, respectivement) puis LA-RA et LA-COD (r = 0.58 et r = 0.54, respectivement). Les dernières corrélations étaient particulièrement inattendues car cette configuration spatiale implique une structure de mouvement complètement différente de celle du sprint.
En considérant L15m parmi les participants masculins, des corrélations relativement fortes ont été trouvées avec les conditions SC-RA et SC-COD (r = 0,64 et r = 0,58, respectivement).
 
Les différences significatives entre les protocoles COD et RA, même parmi des configurations spatiales identiques, montrent que même des tests d'agilité relativement similaires évaluent en fait différentes caractéristiques d'agilité (qu'elles soient physiologiques, techniques ou cognitives).
Chez les hommes et les femmes, la plus grande différence entre les deux conditions était dans la configuration UN, avec des différences légèrement plus faibles dans la configuration LA. Ces résultats suggèrent que plus le mouvement est complexe, plus la différence entre la performance RA et COD est grande.
De plus, les différences significatives entre les hommes et les femmes dans la majorité des tests d'agilité suggèrent que davantage de recherches sont nécessaires pour déterminer quel type de test est le plus approprié au sexe. Les performances de sprint (vitesse de départ et vitesse maximale) et la puissance réactive ont montré des corrélations faibles à modérées entre les tests d'agilité, suggérant que le test de RA ne dépend pas du potentiel moteur ou des facteurs anthropométriques mais des composantes cognitives et sensorielles.
 
 
Application pratique :
Les résultats actuels suggèrent que les COD et les RA sont deux domaines de compétence distincts qui définissent l'agilité même en utilisant des scénarios de mouvement identiques à des fins d'évaluation. Par conséquent, l'entraînement d'agilité, en particulier dans les sports d'équipe, ne devrait pas se limiter à des tâches COD pures mais impliquer des scénarios spécifiques au sport d'une configuration spatiale congruente qui comprend des tâches de prise de décision.
 
Article de référence :
Čoh, M., Vodičar, J., Žvan, M., Šimenko, J., Stodolka, J., Rauter, S., & Maćkala, K. (2018). Is the change-of-direction Speed and Reactive Agility are Independent Skills Even Using the Same Movement Pattern?. Journal of strength and conditioning research.
 
References:
1. Abernethy, B, Wood, M, Parks, S. Can the anticipatory skills of experts to be learned novices? Res Q Exerc Sport 70: 313-318, 1999.
2. Bloomfield J, Ackland, T, Elliot B. Applied anatomy and biomechanics in sport. Blackwell Scientific; 1994.
3. Cochrane, D. The effect of acute vibration exercise on short-distance sprinting and reactive agility. J Sports Sci Med 12: 497-501, 2013.
4. Cox, R. Sport Psychology: Concepts and applications (5th ed.). New York: McGraw- Hill; 2005.
5. Cronin, JB, Hansen, KT. Strength and power predictors of sports speed. J Strength Cond Res 19: 349-357, 2005.
6. Dolan, K. Reactive agility, core strength, balance, and soccer performance. Master’s thesis. Ithaca College, Ithaca, NY, 2013.
7. Enoka, R. Neuromechanics of Human Movement. Human Kinetics (3rd ed). Champaign, IL: Human Kinetics. 2002.
8. Gabbett, TJ, Kelly, JN, Sheppard, JM. Speed, change of direction speed, and reactive agility of rugby league players. J Strength Cond Res 22: 174-81, 2008.
9. Haj-Sassi, R, Dardouri, W, Gharbi, Z, Chaouachi, A, Mansour, H, Rabhi, A, Mahfoudhi M. Reliability and validity of a new repeated agility test as a measure explosive of anaerobic and power. J Strength Cond Res 25: 472-480, 2011.
10. Hodges, N, Starks, J, MacMahon, C. Expert performance in sports: A cognitive perspective. In: The Cambridge handbook of expertise and expert performance. Ericsson, KA, Charness, N, Fletovic, PJ, Hoffman, RR. eds. New York, NY, Cambridge University Press; 2006. p. 471-488.
11. Jeffreys I. A task-based approach to developing context-specific agility. J Strength Cond Res 33: 52-59, 2011.
12. Laessoe, U, Grarup, B, Bangshaab, J. The use of cognitive cues for anticipatory strategies in a dynamic postural control task - validation of a novel approach to dualtask testing. PLoS ONE 11:1-12, e0157421, 2016;
13. Little, T, Williams, A. Specificity of acceleration, maximum speed, and agility in professional soccer players. J Strength Cond Res 19 :76-78, 2005.
14. Lockie, R, Jeffriess, D, McGann, S, Callaghan, S, Schultz, A. Planned and reactive agility performance in semi-professional and amateur basketball players. Int J Sports Physiol Perform 9: 766-771, 2014.
15. Markovic, G, Sekulic, D, Markovic, M. Agility is related to strength qualities? - analysis in latent space. Coll Antropol 31: 787-793, 2007.
16. Markovic, G, Jukic, I, Milanovic, D, Metikos, D. Effects of sprint and plyometric training on muscle function and athletic performance. J Strength Cond Res 21: 543- 549, 2007.
17. Miller, M, Herniman, J, Ricard, M, Cheatham, C, Michael T. The effects of a 6-week plyometric training program on agility. J Sports Sci 5: 459-465, 2006.
18. Nimphius S, Mcguigan, M, Newton, R. Relationship between strength, power, speed, and change of direction performance of female softball players. J Strength Cond Res 24: 885-,895, 2010.
19. Oliver, J, Meyers, R. Reliability and generality of measures of acceleration, planned agility, and reactive agility. Int J Sports Physiol Perform 4: 345-354, 2009.
20. Paul, DR, Gabbet, TJ, Nassis GP. Agility in team sports: testing, training and factors affecting performance. Sports Med 46: 421-442, 2016.
21. Salaj S, Milanović, D, Jukić, I. The effects of proprioceptive training on jumping and agility performance. Kinesiology 39: 131-141, 2007.
22. Sekulic, D, Spasic, M, Mířkov, D, Ćavar, M, Sattle,r T. Gender-specific influences of balance, speed, agility and power on performance. J Strength Cond Res 27: 802- 811,2013.
23. Serpell, B, Ford, M, Young, W. The development of a new test of agility for rugby league. J Strength Cond Res; 24: 3270-3277, 2010.
24. Sheppard, J. Strength and conditioning exercise selection in speed development. Strength Cond J 25:26-30, 2003.
25. Sheppard, J, Young, W. Agility literature review: classifications, training and testing. J Sports Sci 24: 919-932, 2006.
26. Sheppard, J, Young, W, Doyle, TL, Sheppard, T, Newton, R. An evaluation of a new test of reactive agility and its relationship to sprint speed and change of direction speed. J Sci Med Sport 9: 342-349, 2006.
27. Sheppard, JM, Dawes, JJ, Jeffreys, I, Spiteri, T, Nimphius, S. Broadening the view of agility: A scientific review of the literature. J Aus Strength Cond 22: 6-25, 2014.
28. Spasić, M. Morphological and bio-motorical predictors of agility in puberty (Morfološki and biomotorički prediktori agilnostiu pubertetu). Doctoral thesis. Faculty of Kinesiology, University of Split, 2013; (in Croatian).
29. Spasić, M, Uljevic, O, Coh, M, Dzelalija, M, Sekulic, D. Predictors of early agility performance among pubescent girls. Int J Perform Anal Sport 13: 480-499, 2013.
30. Spasić, M, Krolo, A, Zenica, N, Delextrat, A, Sekulic, D. Reactive agility performance in handball; development and evaluation of a sport-specific measurement protocol. J Sports Sci Med 14: 501-506, 2015.
31. Sporis, G, Jukic, I, Milanovic, L, Vucetic, V. Reliability and factorial validity of agility tests for soccer players. J Strength Cond Res 24: 679-686, 2010.
32. Verhagen, E, Van Der Beek, A, Twisk, J, Bouter, L, Bahr, R, Van Mechelen, W. The effect of a proprioceptive balance board training programs for the prevention of ankle sprains. Am J Sports Med 32: 1385-1393, 2004.
33. Williams, J, Nideffer, R, Wilson, V, Sagal, M, Peper, E. Concentration and strategies for controlling In: Applied sport psychology. Personal growth to peak performance. Williams VJM eds. Singapore, McGraw-Hill, 2010. p. 336-358.
34. Young, W, McDowell, M, Scarlett, B. Specificity of sprint and agility training methods. J Strength Cond Res 15: 315-319, 2001.
35. Young, WB, Jame, R, Montgomery I. Is muscle power related to running speed with changes of direction? J Sports Med Phys Fitness 42: 282-288,2002.
36. Young, WB, Willey, B. Analysis of the reactive agility field test. J Sci Med Sport 13: 76-378, 2010.
37. Young, WB, Dawson, B, Henry, G.J. Agility and change-of-direction speed are independent skills: Implications for training for agility in invasion sports. Int J Sports Sci Coach 10: 159-169, 2015.
 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter