KINESPORT KINESPORT







largeur de la position d’appui sur l'activation musculaire et le nombre de répétitions effectuées pendant le Romanian deadlift exercise




L'entraînement en résistance est l'une des variations de l'entraînement physique qui peut être défini comme l'entraînement qui exerce une force ou une résistance de manière progressive. Au cours des dernières décennies, l'entraînement en résistance a été reconnu comme étant non seulement bénéfique pour augmenter la force, la puissance et l'hypertrophie, mais il a également été adopté dans le cadre du processus de réhabilitation. 
 
Le deadlift est un exercice postérieur en chaîne cinétique fermée qui cible les muscles des jambes et du bas du dos. Outre le deadlift classique, il existe peu des variantes comme le sumo, le deadlift unilatéral, le deadlift à barre hexagonale, le stiff-legged deadlift et le romanian deadlift (RDL).
 
La RDL est l'une des variantes de deadlift qui a toujours été pratiquée pour cibler davantage les ischio-jambiers. Alors que le deadlift conventionnel est effectué en tirant une charge du sol, le RDL est l'inverse du deadlift conventionnel car l'exécutant maintient la charge en position debout et abaisse la charge jusqu'au point de flexibilité le plus bas.
 
À ce jour, à la connaissance des auteurs, aucune étude n'a encore déterminé l'effet de la largeur de la position  d’appui sur l'activation musculaire et le nombre de répétitions effectuées pendant le RDL. C'est pourquoi l'étude de Koderi et al. (2020) a été menée pour déterminer l'effet de trois positions différentes : étroite, largeur des épaules, large sur le nombre de répétitions effectuées et le niveau d'activation musculaire (vastus lateralis, biceps femoris, fessier maximum et multifidus) pendant le RDL.

Anthony MARTIN vous propose sa synthèse traduction.
 
Méthodologie
  • 30 participants 
  • Critères d'inclusion : 
    • 19 - 23 ans
    • Hommes
    • Avoir suivi un entraînement de résistance récréative 
    • Etre capable d'effectuer 1 répétition maximum (1RM) de l'exercice RDL avec une charge minimale de 1,5x leur poids corporel 
    • N'avoir aucun antécédent de blessure ou aucune limitation pour effectuer l'exercice RDL
  • Critères d’exclusion : 
    • Incapables d'accomplir la tâche tout au long de la session 
    • Incapables d'effectuer l'exercice RDL avec succès avec une technique appropriée 
    • N'ont pas réussi à exécuter un RDL avec une charge minimale de 1,5 ou leur poids corporel en 1RM.
 
Mesures : 
  • EMG : 
    • Vastus lateralis 
    • Biceps femoris 
    • Gluteus maximus 
    • Multifidus
  • Nombre de répétitions à 80% 1RM
 
 
Procédures
  • Collecte de données démographiques telles que la taille, l'âge et la masse corporelle. 
  • Session de familiarisation où les participants ont été informés et ont reçu une démonstration de la bonne exécution de RDL jusqu'à ce qu'ils puissent l'exécuter correctement. 
  • Test 1RM a été effectué selon les directives fournies par la National Strength and Conditioning Association.
  • Pour la deuxième session, les participants devaient soulever 80 % de leur 1RM déterminé lors de la première session. Les participants ont effectué le RDL en utilisant l'une des trois largeurs d'appui : troite, largeur des épaules, large. L’ordre de la largeur d'écartement a été contrebalancé de manière à ce qu'il n'y ait pas d'effets d'ordre. La valeur moyenne du niveau d'activation musculaire pendant la phase excentrique et concentrique a été observée pendant les séances.
 
Résultats
  • EMG pendant la phase concentrique du RDL 
L'analyse des données sur la phase concentrique a montré que les principaux effets significatifs se situaient dans le gluteus maximus, F(2, 58) = 338,97 ; p = 0,000, et le multifidus, F(2, 58) = 302,19, p = 0,000. Aucun effet principal significatif n'a été constaté dans cette étude pour le vastes lateralis, F(2, 58) = 0,46 ; p = 0,634 et le biceps femoris, F(2, 58) = 2,07 ; p = 0,135.

  • EMG pendant la phase excentrique du RDL 

L'analyse de la phase excentrique a montré que les principaux effets significatifs ont été trouvés dans l'activation du muscle gluteus maximus, où F(2, 58) = 204,982 ; p = 0,000, et dans le muscle multifidus, F(2, 58) = 215,184, p = 0,000. Aucun effet principal significatif constaté pour le muscle vastes laterlis, F(2, 58) = 1,604 ; p = 0,210 et le biceps femoris, F(2, 58) = 0,363 ; p = 0,697.

 

  • Nombre de répétitions

L'analyse du nombre de répétitions effectuées par les participants a montré un effet significatif principal; F(2,28) = 37.152 ; p = 0.000. Le nombre de répétitions effectuées se sont avérées significativement plus importantes en position large qu'en position étroite (p = 0,000) et qu’en position largeur d’épaules (p = 0,032). D'autre part, la position largeur d’épaules a montré un nombre significativement plus élevé de répétitions effectuées par rapport à la position étroite (p = 0,000).


Discussion

Les résultats de l'EMG ont révélé que le muscle gluteus maximus s'activait significativement plus dans les positions larges que dans les deux autres positions. D'autre part, le multifidus était plus activé dans une position étroite que dans une position large et à la largeur des épaules. Aucune différence statistique sur le vastus latéralis et le biceps femoris n'a été constatée en comparant la largeur des trois positions. La position large et la position à la largeur des épaules ont montré un plus grand nombre de répétitions par rapport à la position étroite. La raison possible est que les muscles du bas du dos semblent être moins stressés lorsque la position large est utilisée, ce qui permet au sujet de résister à l'entraînement avec plus de répétitions. 


Conclusion 

Les résultats de cette étude ont révélé que la modification de la largeur de la position a affecté l'activation musculaire et la performance pendant l'exercice de RDL. On peut voir ici que si les individus veulent augmenter l’activation (gluteus maximus) et la performance (nombre de répétitions 80% 1RM) pendant l'entraînement, il est plus bénéfique d'adopter une position plus large. Néanmoins, l’exercice RDL avec une position d’appui étroite augmente l'activation des muscles multifidus, ce qui doit être étudié plus en détail.


L'article :

Koderi KL, Tan K, Azzfar MS, Fazila N. The effects of stance width on muscle activation and performance during Romanian deadlift exercise. 2020




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique